Pub, pas besoin de corrompre…

Ce conseiller de Paris ferraille, dans cette vidéo, contre une demande à la ville de Paris en paraphrasant le publicitaire Jacques Séguéla, disant que les villes sans pub sont tristes…
 
Et il accompagne le tout d’un chapelet de moisissures argumentatives, lyriques et dignes d’un vendeur de foire.
 
 
( Séguéla : « C’est elle, par la voie de l’affichage dans l’espace public, qui apporte à la ville l’info, la couleur, l’humour, la joie de vivre, le partage, le talent et qui favorise le vivre ensemble. »
 
 
A l’entendre, la pub, c’est la vie, quoi. Enfin…ça le fait vivre.)
 
Revenons à l’intervention de Jean-Louis Missika.
Mêler l’art au débat sur la pub me parait un misleading…
Et ceux qui disent qu’il faut défendre la pub parce que c’est de l’art, du beau… sont souvent les mêmes qui coupent les budgets communs de la culture, la livrant à l’obligation d’avoir recours à… la pub, pour se financer.
 
Utiliser la polysémie du mot « publicité » pour donner de la légitimité à la fabrique du consentement en s’appuyant sur celle, bien fondée, de l’accès du public aux débats de ses élu-e-s, est aussi une moisissure argumentative.
 
Parler de ses souvenirs est une forme d’appel à la tradition.
Tout comme parler de Rome…
Ramener l’omniprésence lumineuse des enseignes, des logos, des idées, sponsors, naming… à quelques fresques romaines éparses… finit de ruiner la crédibilité de cette intervention.
 
Je comprends que Danielle Simmonet soit morte de rire en écoutant cela. Car pas une once de cette intervention n’a de rigueur argumentative : On est entre le prêche et la… pub pour la pub.
Sans même l’avertissent « Visuel non contractuel. »
 
Et, du coup, sous ses dehors très sérieux, il est très difficile d’y répondre adéquatement.
(Le pigeon, l’échiquier, tout ça…)
Reste le rire.
Et la navrance, un peu.
Car ce monsieur est adjoint à la mairie de Paris.
 
Par curiosité, je suis allé voir la notice Wikipedia de l’homme en question.
 
➡️Rédac’ chef de MediaPouvoirs.
➡️DG d’un groupe d’édition qui appartenait à Havas (Tiens… Quand je parlais de Séguéla…)
➡️Soffres
➡️BVA
➡️Admin-Lobbyiste pour Iliad (X.Niel)
 
 
Dans une espèce de présomption, je m’étais dit qu’il avait écrit son discours à partir d’éléments de langages.
Mais, là, du coup, je peux croire que tout est de lui.
Et c’est pas joli-joli…
#IlsSontLaCorruption

Laisser un commentaire