Liberté d’expression VS Libre commerce : 0-1. Shops must go on.

Nous observons les premières conséquence de la privatisation des espaces de socialisation (Anciennement connus sous le nom d’espaces publics, vous savez, les places, les rues, les parcs, tout ça, là où les gens se rencontrent…)

A Bloomington, Minneapolis, de procureur poursuit les organisateurs d’une manifestation qui avait réuni 3000 personnes dans un centre commercial pour protester contre l’assassinat d’un jeune noir par un policier.

Ladite manifestation avait occasionné une fermeture de 2h des magasins. Les organisateurs sont donc poursuivis à ce titre et il a été requis contre eux le remboursement du manque à gagner des magasins de la galerie marchande.

Le pire c’est qu’on aurait tendance à trouver ça normal maintenant…

Alors que tout comme, avec le service minimum, « lorsqu’il y a une grêve plus personne ne s’en aperçoit » (dixit N.Sarkozy.), on sera désormais libre de s’exprimer là où il n’y a personne pour entendre ou bien à payer des dommages et intérêts… Mais bien sûr, ce n’est pas votre prise de parole qu’on sanctionne, c’est la manière de la prendre… Shops must go on…

 

Laisser un commentaire