Effet rebond ou comment rien ne change en changeant tout…

Vous connaissez l’effet rebond?

Il s’agit ici du fait qu’une avancée dans le domaine des économies d’énergie implique des dépenses d’énergie supplémentaires car les usages changent de manière plus globale.
En voici l’illustration par une vacherie de pub immobilière, qui en fait la promotion en disant, en substance :
« Achetez du neuf pour faire des économies d’énergie. Et avec l’argent économisé, achetez vous du kérosène à brûler en tours du monde variés. »

#ClimateChange ? #StopPUB !

https://twitter.com/Groupe_Arc/status/1063386195848253440

(Et on leur dit aussi que l’énergie grise du Béton-Polystyrène-Tuile neuf est astronomique? #MakeTheBetonGreatAgain #Rénovation )

Pub : Apple donne un su-sucre aux développeurs d’appli…

Il y a déjà quelques temps sortait un spot  d’Apple pour sa conférence mondiale des développeurs. Peut-être l’avez-vous vu? La voici:

Tout d’abord un soin particulier (comprendre : plein de pognon) à la réalisation.
Vue sur internet, on la distingue immédiatement du travail un peu sale d’un de ces esclaves autoenchainés à Google que l’on appelle Youtubeur (Un exemple? https://www.youtube.com/channel/UC_wpuRDB7SFBR1AJ3kWmYig?sub_confirmation=1)

Vraies cascades de voitures, nombreux acteurs, décors fignolés, plans larges, photo soignée…  Bon nombre de longs métrages rêveraient probablement du budget injecté dans ces 3 minutes. Mais bon Apple vaut 1.10^12 $ (Oui, on est d’accord, c’est trop.)

Apple s’y dépeint comme un lieu de blancheur robotique, propre, aux espaces aérés, calme…
Alors que Apple se sont aussi, mais surtout, les usines de fabrications, où vivent les (vrais) esclaves asiatiques, munies de filets anti-suicide. Ambiance…

On y fait aussi le tour des populations cibles de Apple, sa vision des consommateurs. Voiture, maison, vacances, brunch, on y fait le tour du monde des semi-pauvres (AKA classe moyenne) de l’hémisphère Nord.

Enfin, il y a la vision du monde sans smartphone. La soit-disant « Appocalypse ». Personnes démunies à tous points de vue, accidents divers, monde poussiéreux et palliatifs folkloriques. Niveau originalité, on a déjà fait mieux…

Il y a, dans ce spot, plusieurs messages:
-Celui aux consommateurs : Sans appli, c’est la perte de tous vos moyens. Un monde ridicule, poussiereux, folklorique. #Mépris
-Celui aux développeurs d’appli : Vous sauvez le monde. #Illusion

C’est d’ailleurs une des finesses de cette pub.
Tout en étant officiellement destinée aux développeurs dont elle justifie l’existence et flatte l’égo, elle augmente la demande par un appel à la peur de manquer.

Mais rappelez-vous, le 1er smartphone grand public, c’était en 2007… Rassurez-moi : Vous n’avez pas vraiment l’impression qu’il y a 10 ans, c’était le Moyen-âge…?

Voilà donc une pub bien nauséabonde ayant pour effet de renforcer votre attachement à votre smartphone, tout en motivant les développeurs d’appli.

Développeurs,qui pour une part massive d’entre eux, sont des petites entreprises qui bossent à perte en se rêvant start-up à succès un jour rachetées par une grosse entreprise.  On leur fait, d’ailleurs, miroiter dans le spot le succès de certains « hits » : Airbnb, Lyft, Tinder…
Développeurs qui, pour la plupart, n’y arriveront pas. (Beaucoup d’appelés, peu d’élus.)
Développeurs qui sont responsables d’une bonne part des 1.10^12 $ mentionnés plus hauts.

Car s’il y avait une APPocalypse, ce n’est pas le monde entier, mais le monde de APPle, Google et consort qui s’écroulerait.
Apple à BESOIN des développeurs.
Mais ne souhaite pas significativement partager le gâteau.

Ce spot, cher pour nous, quasi gratuit au regard de la fortune d’Apple, c’est l’équivalent d’une poignée de main accordée par un seigneur à ses serfs.

Une miette.

Un signe de reconnaissance apte à entretenir le syndrome de Stockholm…

Opération LePasClerc.

Temps de lecture : 3 minutes. Lorsque j’ai vu passé l’offre publicitaire de E.Leclerc,  elle m’a inspiré des choses. Puis j’ai laissé passé mais lorsque mon collègue Martial Bouilliol a lui-même publié un article à ce sujet, je me suis dit que c’était l’occasion de « regards-croiser ». Une thématique vue par l’un et par l’autre, l’un ancien publicitaire et l’autre, moi, hypn0tiseur, tous 2 profondément contre la propagande…

Lire la suite

Ce père sans honte détourne les découvertes du neuromarketing pour mieux nourrir ses enfants!

(Ce père éhonté n’est autre que Pascal du blog www.commeuneailedepapillon.fr. Il publie régulièrement sur ses coupables industries. Tous les aveux sont sur son site.)

Une étude des années 70, reproduite au début des années 2000 montre qu’à l’aveugle, les zones du cerveau liées au plaisir sont plus activées par du Pepsi cola que par du Coca cola, un peu moins sucré. Mais que c’est le contraire s’ils savent ce qu’ils boivent. Traduction : Les gens préfèrent le Pepsi sauf s’ils savent que ça en est!

Une marque de Cola inconnue activant encore moins les centres du plaisir que les 2 autres. Y compris si le contenu des 3 canettes est…seulement du Pepsi! Les enfants de ce père manipulateur (pléonasme :-), si on veut éduquer ?) ressentent donc probablement effectivement plus de plaisir avec la cacao mis en boite marketée qu’avec le même cacao en boîte de marque distributeur.

Est-ce malheureux…?

 

 

Black Friday is today…

Paul Mazur, qui a travaillé dans les instances dirigeantes de Lehman Brother dans les années 30 déclarait :

We must shift America from a needs to a desires culture. People must be trained to desire, to want new things even before the old have been entirely consumed. We must shape a new mentality in America. Man’s desires must overshadow his needs.

Nous devons faire passer l’Amérique d’une culture du besoin à une culture du désir. Les gens doivent être entrainés à désirer, à vouloir de nouvelles choses avant même que les anciennes soient complètement usées. Nous devons dessiner une nouvelle mentalité en Amérique. Les désirs de l’Homme doivent éclipser ses besoins.

Bravo Paul, on y est! On est même passé au delà avec la culture de la pulsion

Cette vidéo a été tournée lors d’un Black Friday. A 4h du matin.

Le Black Friday est une institution aux États-Unis au même titre qu’Halloween. A l’occasion de ce vendredi « noir », la plupart des grandes enseignes proposent des réductions éphémères mais non négligeables, d’autant qu’avant la période des Fêtes, c’est la seule occasion de payer un peu moins cher. C’est aujourd’hui.

Et, pour info, récupération, récupération, à la base le Black Friday est le vendredi au cours duquel furent exécutés quatre des huit militants de gauche (socialistes et anarchistes) arrêtés après l’explosion d’une bombe lors du rassemblement politique ouvrier de Haymarket Square, à Chicago. Le lien entre les militants et l’attentat ne fut jamais établi. Les capitaines d’industrie purent assister à la pendaison par invitation. Les condamnés seront réhabilités par la justice en 1893. Innocentés par le gouverneur de l’Illinois, celui-ci confirma que c’était le chef de la police de Chicago qui avait tout organisé, et même commandité l’attentat pour justifier la répression qui allait suivre….

Voici, en tout cas un exemple supplémentaire de l’écrasement mnésique produit par le capitaliste sur les populations…

Comment faire quand les gens ont déjà un truc? Leur vendre en double!

On se décortique une pub?  Celle-ci, toute récente, est tout à fait stupéfiante de technicité et donc de fourberies…

Temps de lecture : 5 à 6 minutes.

Je vous propose de la visionner ensuite de vous dire ce que j’y vois…

Bénéfice rationnel/Bénéfice aspirationnel

Dès les premières secondes, cette pub permet de comprendre la différence entre bénéfice rationnel (être éclairé quand il n’y a pas de soleil; parler de loin à quelqu’un; se déplacer sans effort …) et bénéfice aspirationnel (Le début d’une nuit moins sombre; une nouvelle manière de rester connecté avec quelqu’un; rejoindre l’amour…). Le symbole de la nuit devenant plus claire, le besoin de connection entre humains, aller vers ceux qu’on aime, repousser les limites du ciel voilà de belles choses, difficilement refusables. Autant de propositions de remplir des aspirations élevées, quasi sorties d’un livre de développement personnel. Le ton est donné : Rêvez haut les gens, on va vous épater !

Yes set

Ampoule, téléphone, voiture, avion, aérospatiale. Les inventions sélectionnées sont consensuelles et ubiquitaires. On ne parle pas de la pilule  contraceptive ou du nucléaire. Tout le public cible bénéficie de ces domaines ou de leurs conséquences. Et donc implicitement, tout le monde est OK avec ces choses. Une suite d’approbations, ça vous rappelle quelque chose? Oui, oui, c’est le Yes set : Une suite de Oui qui aura pour effet de produire la même réponse à la proposition suivante. Celle qu’on veut vous vendre.

Gradation et mobilisation émotionnelle

Ampoule, téléphone, voiture, avion, aérospatiale. Du plus petit au plus grand. Un effet de gradation, renforcé par la musique épique se complexifiant et les changements de réglages de la caméra (du sépia, au noir-blanc, puis couleurs, puis…). C’est le PROGRES.  Ce qui va suivre va être GIGANTESQUE! Plus grand qu’aller sur la LUNE! Cette gradation a aussi un effet émotionnel. Regardez cette pub sans les images, cela semble quasiment un audio de coach motivationnel visant à vous mettre en état de haute énergie et en  mouvement.

Rupture, parce que sinon…

Changement de tons, tant colorimétriques que musicaux. Parce que présenter une machine à laver sur une musique épique à la Vangélis, c’était bon pour les années 90 et que ça révélerait le ridicule de la gradation précédente : Plus fort que d’aller sur la Lune,  plus fort qu’un casque d’astronaute, avoir un HUBLOT de DOUBLE MACHINE A LAVER!!!! (Chariots of Fire en fond sonore, merci.) . On passe donc sur un truc qui fait globalement plus « quotidien et simple » avec une musique enfantine. Rappelez-vous, l’apocalypse vous sera vendue en vous reliant à la part insouciante de vous même grâce à une bande son de métallophone enfantin guilleret ou de guitare adolescente conviviale. Là, c’est l’enfant.

Machine à laver avec vue.

« quotidien et simple » c’est vite dit pour ces 3 derniers plans. (3 l’équilibre, 2 la division qui dit « choisi ton camp »)… Sur lesquels je vais passer rapidement tellement il y aurait de choses à dire. A commencer par le type de famille qui sera la cible de la campagne. On présente des blancs, en maison avec jardin, près de la forêt, un seul  enfant, donc on cherche à toucher la classe sociale qui voudra bien imiter celle-ci ou s’y reconnaîtra…

  • Plan 1 :  La famille jouant à un jeu de construction en bois : Vous aussi vous avez mis votre machine à laver dans votre salon??? En flou, à l’arrière, l’idée que quelqu’un (Papa) va vous donner un signe de reconnaissance lorsque vous prenez le risque d’aller plus haut (Gradation, progrès, etc…) sous le regard protecteur d’une autre. (Maman)
  • Plan 2 : Le couple faisant la lessive ensemble après le sport. C’est moderne, monsieur fait la lessive. En revanche, c’est lui qui est en tenue de travail et madame qui est en tenue de course à pied. On a compris qu’il y en avait un qui travaillait pendant que l’autre était au sport et s’occupait de son physique. Pas si moderne finalement… Et vous aussi, quand vous avez des 2 grandes baies vitrées donnant sur votre jardin fleurie, vous mettez la machine au milieu? (Tiens, elle n’est plus dans le salon???)
  • Plan 3 : La famille faisant la lessive ensemble (c’est beau), c’est facile, il suffit de laisser tomber le linge. En ce qui concerne se baisser jusqu’au sol pour sortir le linge mouillé ou collé au tambour, on le montre moins… Et vous aussi votre enfant intérieur trépigne à l’idée de lancer une programme court 30° Linge délicat???

Métaphore de changement

Le passage d’un plan de grand inventeur à un autre se fait par un changement de costumes et de décor « à vue ». Ce ne sont pas des plans brutalements coupés mis les uns derrières les autres. Il y a une continuité et il y a du changement. La continuité dans le changement, ce n’est pas la première fois que vous entendez cela. C’est une manière de ménager l’inconscient, qui n’aime pas trop les modifications de son environnement et préfère la stabilité, en lui suggérant pourtant d’envisager de faire différemment. Par ailleurs l’évidence des costumes permet d’éviter les problèmes de droits d’image des personnes concernées, qui ne sont, de plus, pas nommées. Ce sont des évocations en somme plutôt que des représentations. Cela exonère de plus de trop faire attention à la réalité historique (Edison aimait-il vraiment l’astronomie?)

Suggestion par disposition d’esprit

« Plus haut c’est mieux ». Une phrase jamais dite. Mais du téléscope du tout premier plan, en passant par la voiture surélevée par rapport au vélo (qui va moins vite vers ceux qu’on aime, je vous le rappelle. Bisou de LG aux contructeurs automobiles.), l’avion, la Lune, l’empilement de jeu en bois, beaucoup de d’éléments concourent à transmettre cette idée. Pour contre-balancer l’idée que ce lave-linge est quand même super imposant et sort largement de tous les standards de mesure de l’électroménager…  Vous aurez du mal à le mettre sous un plan de travail de cuisine. D’ailleurs, on le filme plutôt en contreplongée, ce qui le fait paraître plus petit.

Alors que…

Sous prétexte de vous donner (bénéfice aspirationnel) « Deux fois plus de temps pour ce qui compte » (« Deux fois plus de temps pour vous » dans la version francophone.),  il s’agit de vous vendre DEUX machines à laver en même temps! (Relire cette phrase.)  Alors qu’il y a déjà toutes les probabilités pour qu’au regard du temps que passe votre lave-linge à ne rien faire, son temps de fonctionnement soit assez dérisoire (Aller, 3h par jour ? Sur 24h? 1/8e du temps max…). Quand on sait que sur ce type d’engin, l’énergie grise liée à sa production est assez considérable, vous vendre 2 machines au lieu d’une qui fonctionne déjà à temps partiel est quand même culotté (Les culottes, c’est programme court 30° Linge délicat.). A l’inverse, je me rappelle l’existence de ces superbes 8 machines à laver incroyablement durables et solides qu’il y avait dans une pièce spécialement aménagée de la cave d’un immeuble et des tours de lessive que se partageaient la cinquantaine de foyers de l’immeuble (Un jour chacun, en gros), dont le notre. Mais ça, bien sûr, ça fait 42 machines de moins à vendre… 84 si on compte la machine fourguée en rab’… La transition écologique, on en parle?

 

C’est la reprise! A votre santé!

Après une pause considérable, il va y avoir un peu d’activité par ici. 🙂

Pour commencer, un article digne des vacances, au sujet du whisky… Bon, on n’est pas grandement buveur par ici, voire pas du tout ( Et on le restera.)mais l’article ici reproduit depuis une page de passioné (La Soif du Malt.) nous éclaire sur un autre sujet : « Le meilleur ».

« Le meilleur XXX du monde/de France » ou « Elu le meilleur XXX » sont des mentions couramment utilisées en marketing. Mais les féru-e-s de métamodèle auront reconnu un superlatif absent (Le meilleur par rapport à quoi?) ou une omission simple (Elu par qui? comment?)

Voici une illustration pratique de ce qui peut se passer quand on répond à ces questions…

Vous avez été des dizaines à m’envoyer sur Twitter une tétrachiée de papiers vantant le miracle de la semaine: « Un single malt d’Aldi vendu moins de 20€ a été élu meilleur whisky au monde » (encore un).

Avant de ne pas vous en remercier, 3 points:

– C’est Spirits Business [NDLR : Un journal spécialisé, pour le moins confidentiel et qui doit pas mal de ses revenus à des encarts publicitaires possiblement achetés par les firmes possédant les marques évaluées dans le concours… The Independant, qui relaie l’info passe lui pour beaucoup plus sérieux mais est aussi vendeur d’encarts. De la fabrication d’une Shit News…] qui décernait les médailles… Son palmarès a été rendu public en juin, dans l’indifférence générale. Jusqu’à ce que The Independent le sorte comme un scoop il y a 5 jours. Un creux dans l’actu, je connais, ça nous fait parfois écrire de ces trucs…

– Le palmarès totalisait 188 breloques attribuées (j’ai compté avec mes petits doigts, j’ai pu en laisser passer). 188 scotches récompensés. Traduction: pour rentrer les mains vides, il fallait vraiment embouteiller du sans-plomb mal raffiné.

– Les Speyside se répartissaient à eux seuls dans 9 catégories: Standard (la moins « prestigieuse », celle où concourrait Aldi), Super Premium, Ultra Premium, NAS, Jusqu’à 12 ans, 13-18 ans, 19-30 ans, plus de 31 ans, single casks. Je suis d’accord avec toi, ça manque cruellement de catégories Méga Premium, Giga Premium, Supra Luxueux Premium. L’année prochaine peut-être.

Allez, sur ce je te colle le lien vers le papier à maudire. Ça t’apprendra

Je vous éviter le lien, fort peu utile à la démonstration. « Le meilleur du monde » est souvent le meilleur du monde de tout mon quartier limité à ma rue, vers ma maison…

Double lien jaune.

Et bien encore un exemple d’actualité! La conférence commence avec l’explication de ce qu’est un double lien et en voici un très splendide, tout juste saisi sur l’instant par votre serviteur dans un arrêt de bus JCDetrop. On vous demande, de manière à peine voilée, de vous positionner pour un camp ou l’autre en reprenant à moindre frais (!) la rhétorique de la présentation des combats de boxe. Et au final que vous choisissiez l’un ou l’autre, c’est bien égal… C’est Ricard qui l’emportera. Quant à son rival de toujours Pernod, qui fabrique le pastis 51 et semble lui disputer les parts de marchés selon les années… Il appartient à la même entreprise nommée… Pernod-Ricard! Vertigineuse mise en abime dans les doubles-liens…

Buvez de l’eau municipale,rien que de l’eau et pis c’est tout.

SAMSUNG