Le Grandéba : Conclusion – Résumé « Ali Débat et les CAC40 Voleurs. »

Lire, écouter ou télécharger la partie précédente.

Ce Grandéba n’a pas les caractéristiques de l’ambitieuse opération de démocratie participative qu’il dit être. Il a même les caractéristiques du contraire. Ce qui est un peu triste car avec les moyens dont dispose l’État, on aurait pu imaginer, des choses avec, peut-être, moins ambitions affichées mais mieux faîtes. Avec une meilleure préparation et quelques concessions de la part du pouvoir. Cela n’aurait pas eu le même clinquant, ni la même urgence mais cela aurait été une vraie réponse, par l’expérience à la demande de démocratie des Gilets Jaunes.

A la place, nous avons une opération de com’, de fabrication du consentement, de pédagogie, servie par des questionnaires qui ne respectent aucun des standards de qualité minimum des sondages, voire qui vont même à l’opposé, naviguant entre sophismes, biais et manipulation.

Une opération qui est, encore une fois, un moyen de mettre le couvercle sur les contestations plutôt que de les écouter vraiment.

Une opération qui risque bien de se retourner contre ses instigateurs, en terme d’image, de finances, de pouvoir. Car, si on peut imaginer qu’avec les moyens dont dispose l’État, on aurait pu mieux faire les choses, on aurait au minimum, pu espérer que ces moyens ne soient pas détournés.

Reprenez du pop-corn, après le Benallagate, le GranDébaGate risque d’être au moins, aussi palpitant… Ou navrant.

Vivement la #6e République…

Laisser un commentaire