Effet rebond ou comment rien ne change en changeant tout…

Vous connaissez l’effet rebond?

Il s’agit ici du fait qu’une avancée dans le domaine des économies d’énergie implique des dépenses d’énergie supplémentaires car les usages changent de manière plus globale.
En voici l’illustration par une vacherie de pub immobilière, qui en fait la promotion en disant, en substance :
« Achetez du neuf pour faire des économies d’énergie. Et avec l’argent économisé, achetez vous du kérosène à brûler en tours du monde variés. »

#ClimateChange ? #StopPUB !

https://twitter.com/Groupe_Arc/status/1063386195848253440

(Et on leur dit aussi que l’énergie grise du Béton-Polystyrène-Tuile neuf est astronomique? #MakeTheBetonGreatAgain #Rénovation )

« On m’aurait menti. »

Intéressant ce jugement rendu par l’autorité de contrôle de la publicité au Royaume-Uni (ASA)

Le régulateur avait été saisi par Airbus au sujet d’une publicité de son concurrent américain, parue dans le magazine britannique Flight International, sur fond de guerre commerciale entre les deux géants de l’aéronautique. Airbus considérait qu’il y avait tromperie de la part de Boeing.

Boeing affirmait que le 747-8 Intercontinental, nouvelle version de son 747, représentait un « avantage de coût de 26 % » pour chaque vol par rapport à l’A380 et était « 8 % plus efficace » en termes de consommation de kérosène par siège.

Airbus affirme que la comparaison faite en fonction de la consommation de kérosène par siège doit prendre en compte la configuration actuelle des sièges et le niveau de confort appliqué par les compagnies aériennes ». « Dans ces conditions comparables, l’A380 […] consomme significativement moins de carburant par siège que le 747-8 ».

Dans sa décision, l’ASA ne contredit pas l’avis d’Airbus, au contraire!

Mais elle a estimé que les lecteurs « experts » d’une revue spécialisée dans l’aéronautique n’étaient pas dupes, étant habitués à ce genre de comparaisons, aussi imparfaites soient-elles. Les lecteurs potentiellement impliqués dans le choix d’un avion pour une compagnie aérienne n’auraient sans doute pas décidé en faveur d’un modèle plutôt que l’autre « sans chercher à obtenir beaucoup plus d’informations sur les avantages potentiels de l’appareil, sur la base de leur propres besoins spécifiques », ajoute encore l’autorité. Le lecteur n’était donc pas susceptible d’être trompé, a-t-elle conclu en retoquant la plainte d’Airbus.

Une autorité de régulation de la publicité peut donc laisser passer une publicité qui est hors légalité et trompeuse si cette autorité considère que le public cible est suffisamment éduqué pour se débrouiller tout seul face à ladite publicité…

Mais elle se base su quoi pour dire qu’il est suffisamment éduqué…?

(Pour rappel, en France, l’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité, l’ARPP. (c’est si mélodieux) est une association interprofessionnelle de type loi de 1901 qui constitue un organisme privé d’autorégulation de la publicité, elle regroupe notamment… des publicitaires…)

Mauvais esprit ?

Le problème avec les gens qui ont de l’esprit critique c’est qu’il devient parfois très énervant de discuter avec eux… Je le sais, j’en suis un…

Maintenant, suite à un petit échange de mail avec un site de co-voiturage sur lequel je suis inscrit, je vous laisse juger de qui est dans le mauvais esprit par rapport à ce qu’il affiche habituellement…

En tout cas, n’hésitez pas à faire des remarques à vos prestataires. Ils en tiennent plus compte qu’ils veulent bien l’admettre…

Bonjour Phloem,
Envie de soleil et de sable fin ?
BlaBlaCar vous offre un voyage de rêve pour 2 à Madagascar !

Tentez de remporter un voyage à Madagascar

Jouez pour le voyage à Madagascar

Pour partir à Madagascar :
1) Rejoignez la course sur notre page Facebook
2) Répondez aux quiz, parrainez vos amis et jouez à l’instant gagnant pour accumuler des points
3) Finissez en tête de la course et faites vos valises !

Bon voyage !
L’équipe BlaBlaCar

PS : Le lémurien est un mammifère proche de la famille des singes, emblématique de Madagascar !

Bonjour!

Je lis ici même [Sur le site internet] que « Frédéric Mazzella [Le fondateur de l’entreprise] envisage le covoiturage comme une solution d’optimisation simple et prometteuse pour diminuer la pollution atmosphérique »

Alors qu’elle est donc cette tartufferie de concours à la noix qui met en premier prix « un voyage de rêve pour 2 à Madagascar ». »Ecotourisme », c’est une plaisanterie..? On y va en co-voiturage à Mada? En pousse-pousse? Partir en avion à Madagascar, ça doit être ça « le rêve » à avoir quand on partage les valeurs de la communauté de covoiturage ? Alors que je suis certain qu’un seul aller-retour à Madagascar explose allégrement mon budget CO2 annuel. [8000Km en avion si mes souvenirs sont exactes…]

Dans l’échelle des valeurs du groupe, l’environnement est descendu à quel niveau précisément? Parce qu’il semble que BlaBlaCar porte de mieux en mieux son nom…

Bonne route.

Phloem.


From: no-reply@blablacar.com
Subject: Re : Un vol à Madagascar???
Date: Thu, 4 Jul 2013 19:10:05 +0200

-------------------------------------------------


Bonjour Phloem,

Nous avons pris note de votre remarque que nous transmettons aux personnes concernées.

Il est vrai que certaines destinations ne sont accessibles qu’en avion mais faut-il pourtant réfuter ce mode de transport? Ne doit-on plus avoir le plaisir de voyager et découvrir d’autres pays?

Toujours est-il que l’idée était de faire profiter nos utilisateurs d’un beau cadeau, car nous pensons effectivement qu’il s’en agit bien d’un, ceci au sein d’un concours proposé à notre communauté et nos nouveaux utilisateurs.

Nous regrettons donc sincèrement votre réaction même si nous en prenons bonne note.

Restant à votre disposition,

Nous vous souhaitons de bons covoiturages.

Cedric – Relations Membres BlaBlaCar

BlaBlaCar est le nouveau nom de Covoiturage.fr
Plus d’infos à ce sujet: http://www.blablacar.fr/blog/nom-blablacar-france

___

Bonjour Cédric,

Merci d’avoir répondu à ma question.
Je me permets de la lire avec intérêt et, comme c’est ma désagréable mais (auto)salutaire habitude, esprit critique.

« Il est vrai que certaines destinations ne sont accessibles qu’en avion mais faut-il pourtant réfuter ce mode de transport? Ne doit-on plus avoir le plaisir de voyager et découvrir d’autres pays? »

Mon interrogation, quoique rendue baroque dans sa forme par l’émotion du moment, portait sur l’incohérence extérieure entre les valeurs environnementales parfois avancées par Comuto et la promotion de l’avion (Le fait d’y adjoindre le qualificatif « beau cadeau » le confirmant).  Vous déplacez l’argumentation sur un terrain différent. Ce faisant, vous n’apportez pas directement une réponse à ma question mais élargissez le champ de discussion. Si c’est votre souhait, soit…

Je ne réfute pas le mode de transport par avion mais son utilisation à des seuls fins d’agrément de courte durée. Surtout quand celle-ci a pour conséquence la mise en danger, à terme, de la destination.
Il me semble évident que les déplacements obligatoirement rapides vers ces destinations ne peuvent être réalisés autrement qu’en avion. Quoique les contours de l’obligation et de la rapidité puissent aussi être redessinés.
Quant au plaisir de voyager et de découvrir d’autres pays, il est tout à fait découplable de l’utilisation de l’avion, voire favorisé par sa non-utilisation.

Étonnamment, votre argument confirme indirectement mon hypothèse précédente : Dans l’échelle des valeurs de l’entreprise, la responsabilité environnementale recule. Derrière le plaisir personnel. Cela me semble changer quelques peu l’image du service proposé.

« Toujours est-il que l’idée était de faire profiter nos utilisateurs d’un beau cadeau, car nous pensons effectivement qu’il s’en agit bien d’un, ceci au sein d’un concours proposé à notre communauté et nos nouveaux utilisateurs. »

Un cadeau est, par essence, gratuit. « un cadeau au sein d’un concours » est un produit offert en contrepartie d’un comportement ( un partage facebook dans ce cas ). C’est un paiement.

Je ne peux donc pas considérer que le produit proposé est un voyage (Si vous considérez cela, au final, 2 personnes seulement seront rémunérées. Or vous parlez de « nos utilisateurs ». ) mais par contre que c’est un ticket de tombola pour gagner un voyage, oui.  Cela relativise la valeur et la beauté du cadeau-rémunération. On pourrait encore la relativiser en considérant le retour sur investissement en terme de web-réputation, voire d’adhésions simples (Qui est, je pense, le but recherché, plus que l’envie de nous faire découvrir la douceur du pelage des lémuriens.)

Merci d’avoir pris le temps de lire le message contenant ma question et d’y avoir répondu en plus. Ce précédent mail ne me convient guère dans la mesure où il ne répond pas tellement à la question ou alors indirectement : Dans l’échelle des valeurs du groupe, à quel niveau est descendu l’environnement ? Etes-vous encore légitime pour faire la promotion d’un comportement écologique?

Belle journée à vous.

Phloem

 

Je n’ai toujours pas de réponse…

Le vrai prix du hard discount

Je conseille le visionnage d’urgence de ce documentaire. D’urgence car il est disponible 7 jours et seulement 7 jours après le 29 Janvier. Le 4, il disparaîtra donc.

http://www.france2.fr/emissions/infrarouge/diffusions/29-01-2013_24761

On y découvre comment le discount aérien parasite le système de protection sociale et comment le discount alimentaire, dont le modèle est issu de l’économie de guerre, écrase l’humanité des gens qui y travaillent.

On y découvre aussi que Cochonou, Justin Bridou, Jean Caby ou encore Aoste, qu’on trouve chez des distributeurs pas dicount pour autant, sont des émanations de Smithfield, une entreprise qui a délocalisé en Roumanie, s’affranchissant quasiment d’humain pour élever ses cochons et s’affranchissant également de toute norme écologique. Et cet exemple laisse imaginer, au delà de l’horreur sociale et écologique du hard discount,  l’état des filières des grands groupes de distribution…

La leçon est la suivante : L’argent économisé dans le discount est de l’argent que nous paierons avec nos taxes, impôts et nos frais de santé dé-remboursés.

A visionner d’urgence.

Et adhérer à la Biocoop. D’urgence. Histoire d’économiser des sous. Vraiment.