Petite évolution de ligne éditoriale du blog Propagando

Bonjour, bonjour!

Comme vous l’aurez peut-être remarqué, des choses sont en train de se passer de notre côté…Il y a des idées dans les cartons qui demandent à sortir, de la conférence en voie de programmation tout les mois, bref, du changement. Représentant une part de ces choses en équilibre qui bougent, ce blog risque lui aussi de subir quelques changements.  Explications…

Une des préoccupations, c’est de faire de ce blog un véritable complément de la conférence gesticulée. Il parait donc important d’y conserver à la fois le ton et l’accessibilité mais d’en augmenter à la fois la précision du fond et la rigueur des explications. Afin que ce puisse être, en soi, un vrai outil d’auto-formation sur la manipulation.

La seconde c’est de séparer plus encore ESPRIT critique d’HUMEUR critique. En conséquence, devenir un peu plus technique, explicatif et publier ailleurs, sous forme éditoriale, les textes relevant plus d’un avis personnel. Pour éviter, de petites dérives que nous ne verrions plus en humeur émotionnées, de se retrouver un jour dans ce genre de liste (fort utiles néanmoins!)

Au total, une tentative d’aller vers des textes un peu plus denses sur le fond et la forme mais toujours attrayants et ancrés dans les exemples quotidiens.

Il y a du défi dans l’air!

Bonne année!

Ah, les fêtes de fin d’année… Que ce soit en famille ou entre amis, on se retrouve à côtoyer de manière obligée des gens dont on a pas l’habitude et dont les idées sont différentes.

Peut-être avez-vous côtoyé des managers ? Oh, des gens forts sympathiques au demeurant. Souriants, prévenants, travaillant beaucoup, dans une multinationale qui est du genre à posséder tout un tas de marques qui n’ont rien à voir les unes avec les autres mais dont vous connaissez certaines, sans savoir qu’elles appartenaient toutes au même groupe. (Même celle de produits super bio!!! Fichtre!)  Des gens lucides et pragmatiques. Des gens qui auront dit que les lois en France ne sont pas faciles à vivre pour les entreprises, qu’il faut faire confiance aux gens et à leur sens des responsabilités. On a un sens moral qui protège des abus.

Sympathiques et qui permettent de s’ouvrir un peu à la mentalité de ceux que l’on considérera, peut-être par ici, comme adverses.

Pourquoi « adverses » alors s’ils sont si sympathiques ?

Parce qu’ils auront aussi pu affirmer sans ciller qu’on a raison de délocaliser et de virer tout le monde puisque c’est autorisé. D’autant que les normes environnementales en Chine posent un peu moins de souci en ce qui concerne les déchets de production…

Pourquoi les personnes qui prônent la suppression des lois au profit de la moralité  sont les premiers à s’appuyer sur ce qui est autorisé ou pas pour justifier des choses immorales ?

En vous souhaitant une année de découverte de l’autre dans sa diversité de pensée, d’étonnement et de calme tout en détermination à faire changer ce que vous pouvez, nous vous souhaitons bonne lecture.

Le guide de la consommation alternative et locale 74 est paru!

Des articles de ma production sont dans le guide de conso alternative et locale de Haute-Savoie !!! Procurez-le vous sans tarder, c’est une mine d’informations!

L’idée ? Pouvoir se permettre de consommer bio, local, de saison, équitable, auprès de structures relevant de l’Économie Sociale et Solidaire… Que ce soit pour s’habiller, se déplacer, se nourrir, se divertir… tout en ne roulant pas sur l’or, des solutions de consommation alternative et locale existent en Haute-Savoie et Genève.

© …Et Faits Planète – Septembre 2014 – 99 pages – 4,50 €

Disponible auprès de moi!

Pour connaître d’autres points de vente près de chez vous : …Et Faits Planète
06 82 16 51 93 – contact@etfaitsplanete.org – www.etfaitsplanete.org

Couverture

Manifeste de la Compagnie du Pas Sage à l’Acte.

Nous sommes la compagnie du Pas Sage à l’Acte.

Une compagnie qui veut accompagner, de la prise de conscience à la réalisation, du premier pas qui coûte à l’action engagée. Nous sommes une compagnie de transition, dans le sens donné par Rob Hopkins à ce mot. Une transition culturelle active, de la monoculture à la permaculture.

Nous sommes aussi la compagnie de celui qui n’est pas sage, celui qui dérange par son embarrassante parole. Le Pas Sage qui n’aura pas le silence poli, ni la pensée à angles ronds. Nous nommons ce que nous voyons et vivons avec l’œil et l’exigence de l’Enfant. Nous sommes Fou du Roi, Mât, Guignol.

Nous faisons du théâtre, de l’éducation populaire, nous sommes un incubateur de mauvaises graines, de celles qui résistent aux herbicides mais nourrissent ceux qui savent en faire usage.

Il ne s’agit pas seulement d’apporter sa pierre à l’édifice mais de le faire en allant se servir dans les pierres des précédents, qu’il faudra peut-être démonter, re­-sculpter ou juste garder en l’état.

Nous aurions pu nous appeler la compagnie d’immobilisation générale, en souvenir de « l’an 01 » qui demandait qu’on arrête tout et qu’on réfléchisse.

Mais nous sommes la compagnie du Pas Sage à l’Acte.

Nous réfléchissons et nous agissons.

Pas à pas.

 

 

Merci!

Merci infiniment aux personnes venues vendredi soir au spectacle et samedi matin à l’atelier.  A chaque fois, je ressens un grand bonheur et une grande chance de pouvoir me produire avec un public si attentif et si expressif à la fois. Nous avons des choses à dire. Et les discussions qui naissent à ces occasions me donnent plein d’espoir et d’énergie. Car en plus, il semble que nous fassions ce que nous disons 🙂

Merci également pour votre générosité. C’est bien souvent cette générosité individuelle qui permet à des travaux comme ceux-là de débuter et de durer suffisamment pour avoir une chance de toucher plus largement encore.

Merci enfin et ensuite, d’en parler largement et d’être artisan-e-s de cet élargissement du public, de la propagation de ce spectacle. Le nombre grandissant de personnes faisant le déplacement, me laisse espérer le mieux. Mais tout cela n’est possible que grâce à la somme des petites affiches, grands mails et recommandations inattendues.

Alors, encore, merci.

Eloge de la motivation de la performance et du depassement de soi par le travail.

elogePsychiatre, coach, DRH, ecce la moderne trinité.

Le tailleur et le costume font office de robe de bure et le serre-tête a remplacé l’auréole. Il sauront -car ils savent- nous faire profiter de la brillance de leurs costumes de lumière. Tous parés de la légitimité des titres, c’est pour votre plus grand épanouissement personnel , qu’ils viennent dispenser la bonne parole:

Oui, le dépassement de soi peut être quotidien, il serait paresse que de ne pas le croire.

Oui, la maîtrise de soi se conquiert à chaque instant dans une période où la rentabilité peut titiller notre confiance en l’Entreprise. Saint-Gobain, Saint Algue, Saint Laurent, priez pour nous.

Oui, les chamallows, c’est bien.

Sermon, communion, rédemption, voire crucifixion : In Managio Veritas. Pour dérouler l’évangile, ils y vont chacun de leur credo. Le mot, le geste, l’attitude gagnante qui sauront vous faire gravir les marches du Panthéon de ceux qui ont réussi.

Sur un fond blanc ouvert à tous les possibles, débarrassés du chichi des vitraux mais en appelant à leurs sens diagonal de la mise en scène dynamique, ce sont les missionnaires des temps nouveaux des années 80. Et en tant que tels, ils n’hésitent pas, verset après verset, à briser les tabous, à défier les vieux schémas. A commencer par ceux de la famille, de l’humanité et de la bienveillance crasse si éloignée des Lois Naturelles.

Dotés pourtant d’un inégalable sens de l’écoute, ils sauront vous conseiller, vous coacher, vous confesser au cours d’une évaluation expiatoire. Pour la paix de vos cendres dispersées ici ou et même au-delà, ils le le disent de charmante manière : « Va et rependt-toi »

Un spectacle salvateur qui saura faire ressusciter en vous l’âme du productivisme et de l’éternel croissance.

Un spectacle à diffuser auprès de tous les salariés, de tous les cadres et même auprès des incroyants.

« Eloge de la motivation de la performance et du depassement de soi par le travail. » par le Compagnie du détour, dans tous les bons open spaces  ou à prier auprès du prêtre de la chapelle culturelle de votre diocèse.

[Correction!]Le chomage des jeunes donné à voir par TF1

Chomage des jeunes TF1 30-05-13

Petite correction de l’exercice donné récemment…

Oui, je la donne plus tôt que prévu car j’ai posté ce petit exercice sur Facebook où selon la vitesse de consommation de l’information d’aujourd’hui, dans 4 jours ce serait, je m’en rend compte maintenant, une autre ère quasiment…

J’ai eu des réponses diverses et fort intéressantes. Tout n’a pas été trouvé mais l’essentiel oui. Alors voilà…

La courbe ne s’étend pas sur 12 mois mais 15. (Peut-être pour montrer que début 2012, avant l’avènement de F.Hollande, les choses allaient bien? Je n’en sais rien.)

Il n’y a pas de nom sur les axes. On arrive grossièrement à comprendre cependant ce qu’ils représentent.

– Si on a un indicateur, un point,  pour le 549 400, on ne sait pas où situer le 492 100. Était-ce en mars 2012 comme le laisse supposer le commentaire du présentateur? Ou en janvier? Mettre une échelle à l’axe vertical, aurait permis de le lire.

-A ce sujet, je remercie Cédric qui a pointé une chose que je n’avais pas vue (Vive l’intelligence collective!), les chiffres donnés sont sans aucun rapport avec le pourcentage mis en exergue. En effet 492 100+9%= 536 389 (et non 549 400). En prenant les chiffres proposés, l’augmentation est de 57 300 personne soit…11,6%

La courbe est colorée selon un dégradé de orange clair à orange foncé. Orange, couleur du danger. Dégradé accentuant l’impression d’augmentation.

Et terminons par la  violation des règles de représentation graphiques, la « plus graves » selon moi.

L’axe vertical ne commence pas à zéro et rien n’indique cet arrangement. Cela a pour effet de nous donner l’impression d’un multiplication par 5 de la donnée représentée entre le point le plus bas de la courbe et le point le plus haut et non pas une multiplication par 1,09. On le voit en comptant les intersections verticales du quadrillage dont on se demande encore ce qu’elles représentent (20 000 unités?)

Voilà pour la critique du graphique…

Une interrogation a été posée au cours de cette exercice. Ou disons que c’était une contribution qui m’a interrogée. Elle était formulée ainsi  : « Et s’il s’agit simplement d’une histoire d’échelle, que la base de la courbe soit si proche du 0, que chaque carreau ne correspond pas à 1 mois ni à 10 000 personnes, […], je ne vois rien à redire… »

La question que cela m’a posé est « L’autodéfense intellectuelle telle que je la propose, est-elle utile à quoi que ce soit? »

Pour accéder à une information juste, on pourrait  se demander pourquoi se focaliser sur le chômage des jeunes plutôt que sur les chiffres globaux du chômage comme on les présente habituellement. On pourrait aussi interroger l’obtention de ce 9% : Comment a-t-il été obtenu? A partir de quelles données? Ou encore s’attarder sur le découpage de la classe étudiée :  Qu’est-ce qu’un jeune dans cette statistique? Les étudiants sont-ils inclus ou exclus ?  Mais là, on passe à autre chose que la représentation graphique, des choses qui demanderaient un accès aux sources et des recherches. C’est également très intéressant mais c’est un travail à temps plein! Le travail de journaliste, vérificateur et transmetteur objectif d’information (et non pas perroquet déformant…) permettant une prise de décision en connaissance de cause (et non pas influençant en vue de faire prendre une décision prévue…)

Je n’ai pas la prétention d’être journaliste. J’ai seulement la chance de pouvoir passer plusieurs heures par semaine à décortiquer des documents, et je ne peux pas demander à tout le monde d’en faire autant.

Par contre, je peux inciter tout le monde à se munir d’outils simples, de cultiver des réflexes de lectures qui permettront au minimum d’éviter de se faire enfumer. Pas de trouver toute l’information juste à tous les coups mais au moins de déceler quand elle est fausse, orientée ou destinée à tromper.

Parce que, dans ce cas précis, si on demande à quelqu’un qui aurait vu ce graphique pendant les  5 secondes de son affichage, de tracer la courbe du chômage chez les jeunes, il ou elle va tracer ça : courbe  la main1

Alors que l’allure générale que la courbe représentant cet ensemble de données devrait suivre, selon les critères enseignés à l’école est celle-ci.

courbe  la main2

Ce n’est quand même pas la même chose !

Voilà. Vous l’aurez compris, je vois à redire dans le fait que des personnes qui se disent journalistes soient en fait des publicitaires et que celles qui se disent publicitaires soient, en fait, des modeleurs d’opinion utilisant nos processus mentaux à notre insu.

Merci beaucoup  à ce contributeur qui me permet d’avancer sur mon mode d’intervention en m’obligeant à me poser une question dont la réponse me paraissait si évidente que je ne l’avais jamais définie précisément. Continuons de nous méfier des évidences… 😉

Désolé pour la publicité (Vive Adblock…)

J’avais initialement pris cette solution de blog car elle ne contenait pas de publicité. Je me disais bien que ce ne serait pas éternel. Et ça a, comme prévu, visiblement changé. Vous me voyez bien contrarié de vendre votre regard pour héberger mes informations. Je ne sais pas quel suites donner à cela. Je n’ai pas actuellement la possibilité, en terme de temps et de compétence, de créer un site internet qui conviendrait pleinement à ce que je voudrais. J’adorerais passer en publications papier mais les ouvertures ne se pressent guère et, encore une fois, je ne peux pas chercher ardemment… (Vous pouvez néanmoins lire certaines de mes publication sur etfaitsplanete.org, le site d’information alternative et solidaires.)

Tout au plus puis-je vous demander d’installer AdBlock sur votre navigateur (https://addons.mozilla.org/fr/firefox/addon/adblock-plus/   pour  Firefox , http://chrome-adblock.softonic.fr/ pour Chromehttp://www.01net.com/telecharger/windows/Internet/internet_utlitaire/fiches/124393.html pour Internet Explorer; http://safariadblock.com/ pour Safari) Il s’agit d’une petit supplément gratuit qui bloque la plupart des publicités. Je suis moi-même très surpris de l’efficacité de cette petite chose et la recommande vivement, y compris au-delà de mon seul site.

Dieudonné, non merci.

En tant que formateur à l’esprit critique, on me renvoie souvent à des personnes intervenant dans l’espace public en les rapprochant de mon travail. Stéphane Guillon, Dieudonné M’Bala M’Bala, les dessinateurs de presses… Mais celle-ci relèvent beaucoup plus souvent de l’humeur critique que de l’esprit critique. Je ne me reconnait pas en ces personnes, j’espère même être différent…

L’humeur critique me semble importante en cela qu’elle peut mener à avoir envie de former son esprit critique. En effet, à force de percevoir qu’il y a un truc qui cloche, on appréciera sans doute de se doter d’outils pour penser de manière construite, argumentée et aussi objective que possible

Mais l’humeur critique ne peut en aucun cas être un mode de réflexion posé, justement parce qu’empreinte d’émotion et de postulats non-dits. Et sur une voie émotionnelle de compréhension, il est alors facile de se perdre et de prendre une idée toute faite en la prenant pour vraie simplement parce qu’elle est différente du courant de pensée principal… Ce que j’appelle l’effet Galilée. « C’est une opinion minoritaire, donc elle doit être vraie. » Souvent l’humeur critique, par cette confusion entre « vraie » et « alternative », conduit aux solutions faciles, à l’absence de remise en question, ou pire à la remise en question des autres seulement et pas de soi.

Car c’est, il me semble, l’intérêt de l’esprit critique, rationnel, offrir la possibilité de prendre des décisions individuelles et collectives engageantes, de poser des actes le long de son propre chemin en le faisant sur des bases informatives solides, les plus objectives et neutralisées possibles.

J’ai conscience que par mes diverses productions, j’entretiens parfois la confusion. Mais je voulais clarifier une chose : Je fais dans l’esprit critique. Du moins, j’espère !