Platiste, mon amour.

J’ai une certaine affection pour les platistes… Leur constance de Don Quichotte a essayer de réfuter une thèse acquise depuis des centaines d’années, leurs crowfundings pour fabriquer des fusées artisanales lancées depuis leurs jardins, qui les rapprochent plus du Darwin Award que de la Lune, et surtout leurs arguments.

Car, disons le, leurs arguments sont souvent frappés au coin du bon sens. Ils sont d’une évidence quasi absolue. C’est limpide. Et complètement à côté de la plaque (si on peut dire…)

Et c’est une leçon importante, notamment lorsqu’il s’agit d’enseigner la permaculture ou l’autodéfense intellectuelle : Méfiez-vous du bon sens, de ces choses qui paraissent évidentes, qui sautent au yeux. Ces choses qui, en fait, confirment ce que vous pensez déjà.

De même, méfiez-vous du bon sens qu’il y a au delà du bon sens. « J’ai fait mes propres recherches et j’ai trouvé un (bon) sens caché. » Ce n’est pas parce que votre démarche ressemble à ce que vous avez comme idée de la démarche scientifique qu’elle est scientifique.

Les platistes sont justes des amateurs de sciences qui n’ont pas compris ses fondamentaux : On ne cherche par pour prouver un truc qu’on imagine. On cherche pour élargir un domaine de connaissances en ce qui concerne la réalité, quelle qu’elle soit.

Les platistes me semblent être à la science ce que sont les enfants aux professionnels du métier auxquels ils jouent. Du coup, c’est peut-être condescendant, mais je trouve ça chou.

J’ai un peu moins d’attendrissement quand des gens font la même chose en mettant en danger autrui…

Le pape, le tueur et l’IVG.

Mais qu’entends-je? Comm’ au Vatican? Le pape a fait une bulle? Les médecins pratiquant l’IVG seraient des tueurs?

Au delà (Jeu de mot, on commence fort!) de l’oxymore médecin-tueur que les puristes apprécieront, je voudrais rappeler une chose: Dans les pays où l’IVG n’est pas légalisé, le nombre de décès maternelles liés aux avortements explose.

Donc, aux « #ProLife« / »#ProVie » qui sont contre l’#IVG légal. » vous pouvez répondre que, de fait, ils préfèrent que les femme meurent.

La méta-analyse permettant de l’affirmer : http://dspace.itg.be/bitstr…/…/10390/2671/2001shsop0159.pdf…

Je vous renvoie à la page 10. Cas de la Roumanie.
1965, IVG autorisé : 30 ☠️ liés aux complications d’avortement pour 100.000 naissances vivantes.
1989, Ceaucescu, IVG interdit : 142 ☠️décès pour 100.000 n.v.
1992, IVG re-permis : 50 ☠️ pour 100.000 n.v.
(Stephenson et al. 1992, Serbanescu et al. 1995).

Donc, s’il y a un tueur dans cette affaire, il est en blanc. La version velours et goupillon. #Pape

Mais c’est vrai que si on compte sur un abstinent représentant une entité invisible pour donner son avis sur le corps des femmes à l’aide d’un livre illustrant une morale d’un peuple d’il y a 2500 ans… on l’a un peu cherché…

(Ce bon mot final est une fière production de Le Bouseux Magazine 6 , que je vous encourage à suivre, et à grassement payer ici : https://fr.tipeee.com/le-bouseux-magazine)

Algodystrophie de la vision du monde.

Bonjour! Il y a bien peu de temps pour remplir le blog en ce moment…

Mais vous pouvez continuer de vous cultiver en lisant cet article… Il aborde ce dont on parle un peu en fin de conférence. Il explique plutôt bien l’idée de la bulle de filtre construite par les algorithmes des géants du web, qui empêchent volontairement de vous exposer aux aspérités et diversités du monde. Ce faisant, c’est donc eux qui décident avant vous ce qui va vous intéresser…Souvent avec succès.

Bonne lecture

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2015/03/20/demain-comment-saurons-nous-comment-on-nous-manipule/#xtor=RSS-3208

Ce qu’ils ne veulent pas qu’on sache au sujet de Charlie Hebdo

Après les attentats de début janvier, les hypothèses « alternatives » vont bon train. Elles sont souvent centrées sur les vidéos tournées. Et plutôt que de contacter les personnes qui ont tourné ces vidéos, les « journalistes » à l’esprit « critique » aiguisé ont préféré tirer des conclusions compliquées…

Je suggère donc la lecture de ce droit de réponse que s’est octroyé le principal « vrai » journaliste mis en cause par ces tenants de l’hypothèse complotiste.

Une qualité de vidéo rendue médiocre par la compression lors de l’envoi email (Et pas par les habiles mais si racoleurs informaticiens truqueurs d’image des services secrets.). Un changement de planning du service de maintenance expliquant les incohérences au sujet de ce que les personnes interviewées ont dit de la personne tuée à l’accueil. 2 personnes qui filment et pas une seule, ce qui explique pourquoi le « cameraman » est visible sur certains montages.

La questions, amis (car vous êtes probablement de futurs participants à nos stages 🙂 ) complotistes, c’est : Qui donc a intérêt à répandre les hypothèses que vous défendez en toute bonne foi ?

Réponse des formateurs en autodéfense intellectuelle : « Cette question contient une présupposition : Qui vous dit que qui que ce soit a un tel intérêt et qu’il agisse intentionnellement dans ce sens ? »

Pour aller plus loin :

-Article sur le Rasoir d’Ockham.

-Le dossier complet sur Hoaxbuster

« On devrait traiter la Silicon Valley avec la même suspicion que Wall Street »

Voici un entretien qui mérite amplement d’être lu en entier. Il s’agit d’une rencontre avec l’universitaire Evgeny Morozov. C’est un point de vue qui complète tout à fait le paragraphe de la conférence au sujet du Big Data.

Impossible de tout résumer ici, d’autant que sa pensée est déjà exprimée de manière très concentrée et limpide.

Quelques citations toutefois…

« Le solutionnisme, c’est la tendance qu’ont certains acteurs, spécifiquement les entrepreneurs et les entreprises de la Silicon Valley, à prétendre qu’ils savent comment résoudre de grands problèmes politiques et sociétaux. « 
« La vision classique de la politique, où on débat du bien commun et de la manière de l’atteindre, est remplacée par une réponse standard qui est : le problème vient de l’individu. »
« comment les gouvernement vont-il gérer la pression qui va s’exercer pour qu’ils privatisent les données de leurs propres citoyens ? […] cela arrive déjà un peu en Grande-Bretagne où le gouvernement vend des données médicales. C’est la nouvelle frontière de la privatisation. »
« Nous sommes dans une nouvelle forme de capitalisme, où l’on paie des biens et des services avec nos données, qui sont ensuite vendues contre de la publicité. « 
« Il est absurde que la Silicon Valley se félicite d’avoir des milliers de critiques pour un livre sur Amazon au lieu d’une seule dans la New York Review of Books. Ce sont deux choses différentes. »
Un entretien à lire, relire et relire encore tant chaque question touche un point sensible et pertinent.

La stratégie du choc.

La stratégie du choc est un fonctionnement relevé et développé par Naomi Klein dans le livre éponyme. L’idée en est simple. S’appuyant sur l’opportunité qu’après un choc émotionnel, les humains se recadrent, les gouvernants profitent généralement d’évènements choquants pour faire passer des lois impopulaires. Les cas  sur lesquels elle attire l’attention sont les situations où Milton Friedman et ses disciplines ont profité de coups d’états, d’attentats et de diverses catastrophes naturelles pour libéraliser les économies de plusieurs pays.

En ces jours où « Nous sommes tous Charlie. », et à l’aune de la connaissance de cette stratégie, il peut paraitre utile d’avoir un oeil sur les lois passant en urgence et les mesures prises « au nom de… »

Mise à jour du 07/02/2015 : Citation qui illustre très bien notre propos  « Je suis tout à fait convaincu que d’abord que le moment d’unité nationale autour de ce qui s’est passé peut avoir des prolongements dans le vote de ce texte [La loi Macron] parce que d’abord les prémices étaient déjà là dans une sorte de consensus sur la nécéssité de libéraliser l’économie et le fait que la réponse, une réponse, une part de la réponse, soit dans la mise en adéquation de paramètres économiques pour donner de l’élan et de la croissance économique à notre pays, que ça fait partie de la consolidation de la Nation, et de la réponse à ce terreau qui est propice au développement du fondamentalisme (Leonidas Kalogeropoulos, président du cabinet de lobbying Médiation et Arguments et vice-président de Ethic (« Entreprises de Taille Humaine Indépendante et de Croissance »( ça ne s’invente pas…), relevée par La Decroissance sur BFM Business le 12 janvier )

Et, à toute fin utile, rappelons qu’il n’est pas besoin d’imaginer que quiconque organise ou laisse organiser des attentats POUR dérouler des programmes économiques ou législatifs. En revanche, penser qu’on puisse se garder sous le coude une ou 2 réformes pour un moment qu’on estime plus propice, voilà qui est crédible. N’inversons pas les choses.

https://www.youtube.com/watch?v=SWmifJnvBcM

Pour compléter, lire : « La Stratégie du choc, la montée d’un capitalisme du désastre. » aux éditions Actes Sud (titre original : The Shock Doctrine : The Rise of Disaster Capitalism)

Jacques Fresco et le Venus project : Le monde moins les humains ?

Je viens de finir de voir ce documentaire…

Je ne vais pas trop toucher à la forme bien que l’utilisation quasi continue d’images de stock plus ou moins découplées du propos m’ait un peu gêné.

Je suis d’accord avec les constats qui y sont faits. Ces constats sont sensiblement toujours les mêmes chez les alternatifs (de droite comme de gauche…) : Inadéquation entre les politiques publiques et les enjeux environnementaux et sociaux, inégalités et mal-répartitions des biens, souci avec le système bancaire qui s’est arrogé le droit de frapper notre monnaie, obsolescence programmée, etc…. Avec ce qui me parait une originalité, l’idée que tout cela est lié à la pénurie.

Il faut donc changer. Soit.

En revanche, j’ai un souci sur les solutions. (Oui, c’est toujours là que les avis divergent…). J’aime bien l’idée d’une société basée sur l’abondance… Mais de quelle abondance s’agit-il ? Telle qu’elle nous est décrite dans cette vision, d’un abondance de biens et de technologies. Est-ce vraiment nouveau ? Je ne pense pas…

Il y aurait donc des lieux où l’ont pourrait se servir à l’envie. Le système productif devrait selon Fresco être reproportionné, agrandit. Il faudrait passer à une automatisation complète de la production (et des tâches bêtifiantes si j’ai bien compris) pour y arriver. Remplacement maximum des humains par des machines. Sur cette même ligne, il est proposé de ne pas rénover les villes mais de construire tout de neuf…

Est-ce vraiment la solution envisagée à la surconsommation et à l’épuisement des ressources non seulement pétrolières mais aussi, et surtout, minières ? Le rêve du MEDEF moins l’argent ? D’ailleurs, la solution proposée d’avoir des « senseurs » qui donnent des données sur les flux et les réserves existe déjà… On l’appelle Big Data…

Le plus étonnant, c’est que ce « plus de la même chose » s’appuie sur une citation attribuée à Einstein : « Nous ne pouvons résoudre des problèmes en utilisant les mêmes modes de pensées que ceux qui les ont engendrés. » (19e minutes.)… Un comble…

Jacques Fresco a également une phrase très importante, qui passe presque inaperçue (28’50) : « ça ne marcherait pas dans la culture actuelle. » Cette phrase est terrible car elle nous dit que ce système pour les humains a été pensé à partir d’être humains qui n’existent pas… (Je ne serait pas étonné que Fresco soit architecte ou ingénieur à la base mais pas sociologue…Oups, bingo…) Ce qui semble cruellement lucide : Centré sur l’idée (pas forcément vraie) que les pauvres veulent accéder à ce que les riches ont, il oblitère l’idée qu’une part du problème vient du fait que les riches ne lâcheront pas leur richesse si facilement… Quand bien même on ne leur prendrait pas mais qu’on se « contenterait » d’abolir l’argent. On aime l’égalité mais on adore les privilèges… Par exemple, les données du Big Data sont entre les mains d’un petit nombre, ne seraient-ce que parce que leur analyse et utilisation demandent des moyens faramineux…

Alors la phrase finale disant qu’il faudrait 10 ans pour changer la surface de la Terre résonne un peu différemment… 10 ans pour la surface de la Terre, c’est splendide… Mais combien de temps pour changer le fond des êtres humains ? Et d’ici là, que fait-on?

Les media et les pauvres d’ailleurs.

Je vous invite à lire cet article de Robert Bourgoing, photographe de son état, journaliste. L’article lui a été inspiré par une étrange rencontre à Bhopal, un mois après la catastrophe de fin 1984 et après que les stigmates immédiats de celle-ci aient disparu.

On y prendra le temps de lire une réflexion intéressante sur la non-capacité de refuser d’ouvrir son intimité au reste du monde en l’absence d’éducation, des propositions pour cette éducation mais, pour commencer, sur la réjouissante manipulation  par les pauvres -qui ont compris le truc- des media complices.

http://www.bourgoing.com/2011/07/limage-du-tiers-monde/

…jusqu’au bout…

Voici une entretien avec Jean Bricmont. Cet entretien est synthétique de la position qui devrait être défendue dans une république/une démocratie réelle. Et il est bien dommage qu’il faille le rappeler pour finalement défendre l’expression des Dieudonné et autres Bourges au visage Boutineux. « Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’au bout pour que vous puissiez le dire » comme ne l’a pas dit Voltaire…

Au passage, au cours de cet entretien est illustrée la figure rhétorique de la pente glissante : Argumenter qu’un fait aura pour conséquence un autre plus grave celui-ci en entrainant un autre pire. Genre « Autoriser le mariage pour tous c’est détruire la famille, la base de la société. Il ne faudra alors pas s’étonner du déclin de la France » Et avec elle, du Monde. Chute dont on sait, comme c’est la seule planète habitée connue, qu’elle entrainera tout le Système Solaire. Au minimum.

La propagande d’extrême droite expliquée aux indigné-e-s.

« Les idées à la con ne progressent pas grâce à l’intelligence de ceux qui les propagent mais grâce à la connerie de ceux qui prétendent les combattre. »

La démonstration toute en image de belle facture, dans ce billet de blog. Agréable et saine lecture à vous.