Les UV ratatinent l’esprit critique…

Lunettes et crème solaire seraient inutiles…

J’ai vu passer 3 fois cet article sur mes murs de réseaux sociaux ce matin. Je suis sidéré. Le niveau de n’importe quoi atteint un seuil rare.

https://www.bioalaune.com/fr/actualite-bio/37910/non-creme-solaire-lunettes-soleil-ne-sont-pas-indispensables-lete

« La crème et les lunettes doivent rester un complément pour les plus sensibles ou lors de très fortes expositions. À trop les utiliser, on trompe notre cerveau et on affaiblit notre corps. »
➡️ D’où sort cette affirmation ? Quelles études ?

« Pour rappel, en passant 90% de notre temps à l’intérieur, nous sommes devenus la génération “indoor”. Le problème vient peut-être de notre rythme de vie. À méditer. »
➡️ Qu’est-ce que la cancérogéneicité d’un agent à à faire avec votre rythme de vie ?

« Il y a un bon sens commun qui pousse à avoir envie de soleil. Les gens, dès qu’ils le peuvent, se mettent au soleil, car ils savent que c’est bon pour la santé. »
➡️ Appel au « bon sens ». Cette envie est justement part du problème.

« C’est grâce aux rayons UV que notre peau synthétise la vitamine D, dont on a absolument besoin. »
➡️ Tout comme manger du sel est utile. Mais nocif à haute quantité. La dose, you know ???

« On leur bourre le crâne sur le fait que le soleil est quelque chose de dangereux dont il faut absolument se protéger. »
➡️Je suis sidéré par ces gens qui soutiennent que le glyphosate est cancérigène -et luttent contre à ce titre- et vont se faire toaster 15 jours sur une plage.

« Deuxièmement, de par notre approche très naturopathique, on pense que les produits chimiques ne doivent pas être appliqués sur la peau. »
➡️ Même le monoxyde de dihydrogène ? H20, you know ?

« la peau va naturellement envoyer des messages d’alerte quand elle est malmenée. Elle va commencer à picoter, rougir et brûler. »
➡️ Le fait que votre peau brûle est un argument pour dire qu’elle n’a pas besoin d’être protégée 😱

L’histoire du journaliste tout blanc qui aurait pu s’exposer grâce à des adaptations notamment alimentaires.
➡️ Conclure d’après UN cas isolé, avec des explications multiples : 🚮

« Je préconise la même chose pour le port des vêtements. »
➡️Je sens venir un feu d’artifice.
« L’idéal, c’est le naturiste. »
➡️ Bingo.

Je suis convaincu, même si aucune étude ne le démontre, que les naturistes développent moins de cancer de la peau.
➡️ Ah bah alors, si aucune étude le démontre, c’est que ça doit être vrai.
En se protégeant moins, ils sont mieux protégées.
➡️ C’est le bon sens populaire même.
“ce qui ne nous tue pas nous rend plus forts”.
➡️ Voilà. (Argumentoc /Argument d’autorité )

Par exemple, on sait maintenant que les enfants un peu exposés aux microbes durant leur enfance se forgent une immunité beaucoup plus robuste que les enfants surprotégés, à l’écart des microbes. C’est la même réflexion avec le soleil.
➡️ Analogie. Foireuse.
➡️ L’immunité se constitue sur le mode du répertoire. Prévenez moi le jour où exposé à une radiation, votre corps enregistre spécifiquement la longueur d’onde et trouve le moyen de s’en protéger intégralement et bien plus rapidement la fois suivante. (Non. ça n’arrive pas.)

« Il n’y a rien qui m’énerve plus de voir qu’on tartine les enfants de crème solaire, qu’on essaie de les abriter constamment. »
➡️ Peut-être parce que l’épaisseur de leur peau est telle qu’elle laisse passer bien plus de rayonnements ?

« Vivre enfermé est dramatique au niveau de la santé. »
➡️ Dramatique avec quelles conséquences ?

« Au Japon, les médecins (➡️ Lesquels) invitent leurs patients à prendre des bains de forêt. Il y a là toute une série de molécules appelé les terpènes qui rechargent les batteries.
➡️ Les fameuses batteries aux terpènes. (?) En quoi la résine de pin (par exemple) a à voir avec le métabolisme énergétique ?

« Globalement, il faut aussi comprendre que la société nous invite à nous protéger pour diverses raisons, notamment parce qu’il y a un marché derrière. Un marché de la peur. »
➡️ « Big Pharma »; et braconnage sur les terres de l’anticapitalisme avec une raison bidon, dans 3, 2,1…

« Nous avons le même génome que nos ancêtres du paléolithique, or pendant des millions d’années l’Homme a vécu nu dans la nature. »
➡️ Avec une espérance de vie de… ? Voilà.

On sait que si on s’expose au froid, on devient plus résistant. Des gens font ce qu’ils appellent le yoga du froid à se plonger dans des bains glacés sur la banquise ou en montagne.
➡️ Analogie. Foireuse. (Bis)
➡️ Le froid n’a pas les même conséquences que le soleil. #Engelures.

Il y a plusieurs personnalités célèbres qui pratiquent l’hormèse du froid.
➡️ Argument d’autorité. Les gens connus ne sont pas plus finots que les autres. C’est pas ça le critère de la notoriété.
➡️Utiliser un mot qui fait savant inutilement : 🚮

« Les capacités réelles du corps humain ne sont pas connues à ce niveau-là, ou disons méconnues. »
➡️ Avec un regard mystérieux. Seuls les initiés savent. #SecretSpirituelDeLEtrange #

« Si on revenait à l’inconfort qui était celui de nos ancêtres pendant des millions d’années, on renforcerait efficacement notre santé. »
➡️ C’est prouvé par… ?

« Les grands laboratoires fabriquent des compléments alimentaires à base de caroténoïde, des pigments. Tout cela est devenu un véritable business »
➡️ Bim! Braconnage sur les terres de l’anticapitalisme, avec une raison bidon.
➡️ Au fait… Le carotène est un terpène. #BainDeCarottes

« et il est inutile de croire que ces produits assez chers sont indispensables. »
➡️ Merci de nous dire qui croire ou ne pas croire, avec des argument solides et tout… #Gouroucoucou

Et alors, le pompom, c’est le paragraphe final, qui commence par :
« À noter, tous ces conseils n’engagent que vous si vous les suivez. »
➡️WHAT ?

Et c’est suivi des recommandations de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (!)
➡️Ce qui pue le « Il est important de présenter tous les avis pour que vous vous fassiez votre propre opinion. »
Spoiler : Non.
Ou bien, c’est la trouille du procès..?

Ce genre d’article relève, pour moi, de la mise en danger d’autrui. Et si je tâche d’éduquer à l’autodéfense intellectuelle, c’est aussi pour que ce genre de choses nuisent le moins possible…

[Bonne nouvelle] Les choux permettent de résister aux radiations.

Photo  "Mon choux" CC Mathieu Luna (Flickr)

Photo « Mon choux » CC Mathieu Luna (Flickr)

Une équipe américano-chinoise vient de montrer, sur des rats, que l’administration de 3,3′-diindolylméthane (DIM)permet de résister à des doses habituellement mortels de radiations.

Quel rapport avec les choux rouge, blanc et autres broccoli ? la famille des brassicacées? Et bien parce que c’est un composant présent dans ces plantes, l’indol-3-carbinol (I3C) qui une fois digéré, se transforme en une autre molécule, le DIM!!!

Pour le déterminer, les auteurs de cette recherche ont exposé ces rongeurs à une dose de 13 grays qui, en temps normal, aurait dû les tuer. On estime qu’un organisme humain ne résiste pas à une dose supérieure à 10 grays. D’ailleurs, dans le cadre de cette étude, tous les rats du groupe témoin, qui ont été irradiés mais n’ont pas reçu de 3,3′-diindolylméthane , sont morts dans les huit jours qui ont suivi.

Cela n’a pas été le cas de tous ceux à qui l’on injectait la molécule. Dans la meilleure des configurations (dose élevée et première injection 10 minutes après l’irradiation), jusqu’à 60 % des rongeurs étaient toujours en vie un mois après l’irradiation!

Ce pourcentage de survie à 30 jours montait à 80 % pour une dose de 9 grays (qui tuait 80 % des animaux n’ayant pas reçu le traitement) et à 100 % pour une dose de 5 grays, laquelle venait à bout d’un quart des rats sans DIM.

Les raisons sont doubles.

Les chercheurs se sont d’abord rendu compte que l’administration de DIM activait la protéine dite ATM, spécialisée dans la réparation de l’ADN, par exemple lorsque celui-ci est brisé sous l’effet de l’irradiation…

Mais la molécule ne se contente pas de stimuler la réparation de l’ADN : les auteurs de l’étude ont également découvert que le DIM parvenait à bloquer la mort cellulaire induite par les radiations.

Car une exposition à des rayonnements ionisants constitue une agression physique susceptible de provoquer une apoptose, c’est-à-dire une sorte de suicide de la cellule. C’est un peu comme si celle-ci préférait mourir plutôt que de se battre pour sa survie. Or, les chercheurs se sont aperçu que le DIM déclenchait la production d’une protéine qui elle-même allait activer des gènes chargés de combattre l’apoptose. Les deux mécanismes sont d’ailleurs peut-être liés quand on sait que la rupture de l’ADN peut provoquer l’apoptose de la cellule qui le contient.

On connaissait le DIM pour son effet anti-cancéreux (Il évite la formation des vaisseaux sanguins irriguant les tumeurs, ce qui empêche la prolifération des cellules cancéreuses et conduit celles-ci à la mort. ) mais ce nouvel effet de radio-résistance et de radio-résilience est éminemment intéressant dans un contexte où les ondes qui nous traversent n’ont jamais été aussi nombreuses…

[De temps en temps, je publie des « Bonnes Nouvelles ». J’en donne la raison dans ce billet.]

Suppositoire effervescent à vendre.

Aujourd’hui, c’est décryptage publicitaire avec une publicité simple.

Le produit en est EvaQ, le suppositoire effervescent. Au début j’ai cru à une blague. Mais non, en Italie, ça existe. Ce fut alors le fou rire le plus long depuis des mois. Je suis bon public. Et le simple fait d’imaginer une bande de créatifs se dire « Qu’est-ce qu’on pourrait imaginer pour dynamiser le marché du suppositoire? … Je sais! Le suppositoire effervescent!!!! » Tout le monde sait que le suppositoire ça marche. Et tout le monde sait que l’effervescence donne à l’aspirine un truc en plus. Et bien moi, je dis > pouf, pouf! < on croise les 2 et on fait un suppo à réaction! » Imaginez des créatifs en arriver à une telle hauteur dans leur art, à un tel niveau de créativité absurde m’a paru impayable.

J’ai ensuite, après m’être remis de mes émotions, visionné la publicité pour ladite chose.  La publicité est, d’après moi, elle même très drôle, de par son sérieux absolu. A mettre en rapport avec le fait qu’elle vante une capsule de carburant à pets… Il vaut mieux ne pas pas laisser paraître le moindre sourire sinon, on est fichu…

Et c’est en tout cas un bon support d’analyse publicitaire. Car tout en étant simple, elle a néanmoins plusieurs niveaux de lecture.

Le premier est le signifiant. C’est l’histoire que semble raconter la publicité, l’histoire que vous dira avoir voulu raconter le publicitaire. Cela tient en peu de mots : Une  femme, une espionne pleine de technologie en aide une autre qui souffre.

Une femme, toute de blanc vêtue, se présente à la manière de James Bond (« Je m’appelle Bond. James Bond »)

« Je m’appelle Q. Eva Q. »  « Q » comme le responsable en chef du secteur recherche et développement  en gadgets super incroyables qui sauvent la vie, de l’employeur de James Bond.

Cheveux tirés vers l’arrière, coiffure fonctionnelle, costume futuriste, regard perçant. Lara Croft croisée Star Trek.

« Pourquoi m’affecte-t-on les missions les plus difficiles? Parce que j’agit rapidement. »

Démarche de panthère. Elle sonne chez Rossi (Le nom de famille le plus répandu en Italie, tel Martin en France.)

La pauvre femme qui ouvre semble fort embêtée et se tient le ventre. La constipation, c’est terrible. On ne peut en parler à personne. (Heureusement qu’il y a des agents qui nous comprennent sans qu’un seul mot soit dit.)

Vue de synthèse « comme aux rayons-X ». Car les rayons X, c’est médical, c’est scientifique, c’est tout ce qu’il nous faut. La voix off du Vrai Medecin Qui Décrypte L’action Vue Aux Vrais Rayons-X : « Contre la constipation, essayez EvaQ, le suppositoire qui respecte l’intestin avec la delicatesse de ses petites bulles. (Poésie) EvaQ, effervescent, rapide et sans contre-indication. »

On suit la trajectoire du suppositoire. Oui, il faut expliquer où le mettre. C’est important. Tout médecin vous racontera une anecdote du genre de celle-ci (Un très bon blog à lire...  Mon grand-père qui était médecin de son état m’avait raconté une variante avec des suppositoires à l’eucalyptus et un monsieur revenu une semaine plus tard avec une moustache verte et pas d’amélioration de sa toux…). Le suppositoire disparait dans un magique et enchanteur tourbillon de bulles libératrices. Pas de la grosse mousse de…Non! Et on réfléchira au fait qu’un suppositoire qui est visible aux rayons X n’est pas un suppositoire mais une balle de fusil…

En dix minutes qui passent en 3 secondes à l’écran, tout est fait. Oui, EvaQ agit rapidement, elle l’a dit. Retour à la pauvre habitante de l’immeuble en image de synthèse. Si vous n’aviez pas encore remarqué, tous les décors sont en images de synthèse. Ces 2 femmes ne se sont jamais rencontrées et ont tournée devant un fond bleu. La preuve finale étant apportée par la femme qui, après une respiration, heureuse d’être gonflée à plus savoir quoi faire d’autre que de propulser soniquement son compact fumier  libérée, fait un un petit caca coucou de la main à sa libératrice avec un sourire figé et, surtout, un regard dont le point de focalisation est plus éloignée que la tête de l’interlocutrice. Cela donne l’impression qu’elle lui regarde à travers la tête.

Ultime rappel si on n’avait pas compris le « Mission accomplie » qui s’affiche sur une tablette-tactile-qui-montre-bien-que-c’est-une-espionne-super-équipée-en-technologies-révolutionnaires.

Packshot (c’est à dire brève présentation du produit avec les mentions légales et tout.) sur 2 notes musicales de James Bond (Tin-Tin!)

Remarque : C’est à ce niveau qu’on doit réfléchir un instant au genre des protagonistes. Si on passe outre le fait que suppositoire est un mot féminin en italien et si on fait référence à James Bond, pourquoi pas UN espion ? Pourquoi 2 femmes? Vous pouvez trouver seul-e… N’importe quelle autre combinaison est scandaleuse…. Les rayons-X ne mentent pas, il est question de fesses… Un homme qui vient déboucher une femme qu’il a à peine rencontré, c’est « Anus horribilis » au pays du Vatican… Quant à un homme qui vient en déboucher un autre, c’est juste pire.  Quand à une femme qui vient sauver un homme, bonjour la dégradation! La seule combinaison possible devient donc une femme qui s’occupe d’une autre. Car, comme chacun sait, entre femmes, ça ne peut être que mignon, et Dieu sait (encore lui) , qu’il y a besoin de douceur, de la « délicatesse des petites bulles » pour aborder la difficile question du suppositoire dans l’espace public…  Et puis, espionne ou pas, les femmes s’y connaissent beaucoup mieux que les hommes en ménage, n’est-ce pas…?

Mais allons plus loin dans le 2e niveau de lecture en reprenant tout depuis le début. Dans une publicité, tout est absolument pensé, tout.  Alors pourquoi une plante verte? (L’aviez vous vu) Pourquoi un ascenseur?

Et ça, c’est la deuxième histoire que les publicitaires n’ont sans doute même pas expliqué aux comédiennes qui ont joué devant des fonds bleus…

Voici l’histoire signifiée…

Le suppositoire (femme effervescente) monte et passe le premier sphincter (Porte d’ascenseur qui s’ouvre). Il devance les solutions à base de plantes (passage hautain devant la plante verte du couloir). Il vise pile au bon endroit ( ding-dong sur la sonnette) et va dénicher l’excrément au delà du 2e sphincter (La femme, toute de marron vêtue, ouvre la deuxième porte). Après son action, l’excrément est délogé (La femme n’est plus à l’intérieur mais à l’extérieur de l’appartement.)

En fait, la publicité nous raconte plusieurs fois la même choses de différentes manières à différents niveaux tout en nous  donnant, au niveau le plus accessible, une jolie histoire qui n’a pas grand chose à voir. (De l’aventure, du charme, de la technologie, un peu l’opposé du suppositoire quand même…).  Le sens caché, s’il semble évident lorsqu’il est expliqué, passe généralement inaperçu et c’est pourtant celui-ci qui a le plus d’impact sur la personne a qui elle est destinée. Un impact décisionnel et de changement inconscient. C’est l’exacte principe d’une métaphore thérapeutique. Un des outils les plus puissants en hypn0se. Et c’est sur ce modèle que sont construite la plupart des publicités audio-visuelles aujourd’hui… La prochaine fois que vous avez envie d’un nouveau truc, pensez-y… Même si ce n’est pas un suppositoire effervescent…

Le pléonasme se met à table

Les personnes qui ont suivi un cours de langue bois libérale, avec moi ou de merveilleux autres intervenant-e-s, savent que l’emploi d’un pléonasme a pour fonction de renforcer un terme vacillant. La « deuxième couche » doit cacher la fissure. Dire d’une démocratie qu’elle est participative en dit donc long sur l’état de la démocratie en question. Et que penser d’une agriculture qui ne serait plus dans la logique de la vie, une agriculture qui ne serait pas une agriculture biologique ?

Et bien je viens de percuter sur 2 pléonasmes du domaines de l’alimentation:

L’eau minérale : L’eau est par essence minérale. Le préciser laisse penser, en creux, qu’il existe une eau « organique ». Savez vous comment une eau peut se charger en matières organiques? Notamment en solubilisant un composé organique. Comme par exemple le plastique des bouteilles. En fait, l’eau et le soleil sont sans doute les principales causes de l’altération de ces bouteilles… C’est pour cette raison que sur les bouteilles figure la mention « Conserver au frais et à l’abris de la lumière. » L’eau la moins minérale qui soit est sans doute celle qui le clame le plus. Que dire alors de « l’eau minérale naturelle » ? Elle laisse penser que certaines eau en bouteille ne sont pas naturelles… Et sous sa marques Dasani, Coca-cola vend de l’eau « purifiée » en bouteille. Je n’ose même pas écrire que c’est de l’eau du robinet car chez moi, à Grenoble, celle-ci vient d’une source… Coca vend, au mieux, de l’eau de rivière filtrée. La même rivière où on rejette les égouts 50 kilomètres plus haut?

100% Pur Boeuf : « 100% Pur »… Peut-on être pur à 27%? Pas vraiment… Une éclatante révélation de la supercherie de ce pléonasme est venue du scandale alimentaire récent. Horreur! On avait mis du petit poney dans les lasagnes! Le petits poney sont tellement plus dignes de vivre que la vache Lola!  Non, en fait, le scandale me venait pas tout à fait de là…Quoique…S’il s’était s’agit de magrets de canard plutôt que de cheval, le scandale aurait sans doute été moins grand. (Petites avanies des différences de cote de popularité…Sorry Donald. So long Saturnin.) Le scandale venait du fait que les résidus ingestionnables incriminés étaient étiquetés « 100% Pur Boeuf ». Et que donc, si c’était faux, mais alors, mais peut-être, c’est possible que… ce qui est sur l’étiquette est FAUX! Et peut-être même que le fabricant ne sait pas ce qu’il met dans ce qu’il fabrique! Voire qu’il le sait mais ne le dit pas! En tout cas, si c’est  « 100% pur », ça devrait mettre la puce à l’oreille, sans mauvais jeu de mot. Parce que c’est probablement pas pur ou alors pas à 100% 🙂

Prochain cours de langue de bois, le 8 Juin  à ‘Atelier Equi-thé à 9h aux Houches. Toutes les infos ici. Inscriptions au 06-10-42-41-66, jusqu’au 6 Juin.

Scandale plus bifluoré.

Voilà un cas dont je ne parle pas dans le spectacle mais dont j’aurais pu parler…

Connaissez vous Alcoa? Alcoa est une firme américaine qui produit de l’aluminium, c’est même la 3e plus grand productrice de ce métal. Elle existe depuis fort longtemps. Elle est née en 1894.

Or, vous ne le savez peut-être pas, mais un des déchets de la production de l’aluminium est le fluor.

Mais des déchets, il n’y en a pas pour l’industrie. Alcoa a alors fait appel à Monsieur Edward pour lui permettre de fourguer son fluor…S’appuyant sur une étude (laquelle?) affirmant que des dents exposées au fluor sont plus résistantes au caries, Bernays, notre petit père des relations publiques chéri, convainc l’Association Dentaire Américaine de s’adjoindre à lui pour mener une grande campagne « d’information » : Il faut mettre du fluor dans l’eau potable. Voilà son message. Oh, pas beaucoup, juste un peu…

Et c’est ainsi que la plupart des pays américains ou d’influence américaine ont de l’eau fluorée.

Alors qu’une simple bonne hygiène dentaire et une alimentation variée sont tout à fait suffisantes pour prévenir les caries. Par contre, le fluor, lui, est toxique.

Et de plus en plus de voix commencent à s’élever contre le fait que les buveurs d’eau servent de poubelles à l’industrie de l’aluminium. Industrie qu’ils payent pour maintenir cet état de fait!  Bah oui, le fluor, ça a un prix… Nos santé aussi?

Nos amis les publicitaires….

Si vous avez besoin d’aide, le métro de Londres vous propose de vous débrouiller sans lui.

Mourrez dans votre coin, merci.

metroanglaissuicide

ERRATUM : Merci à Eaufolle qui m’a permis de connaître l’origine de ces visuels qui sont, en réalité des publicités qui ne verront jamais le jour, produite pour un concours de créatifs brisant les limites. (Lire l’interessant commentaire en cliquant en pied de cet article). Merci beaucoup!

Réponse à Eaufolle : Cette « campagne » me semble effectivement très « réussie ».
En fait, cette « réussite » tient au fait que l’on puisse, dans le climat quotidien actuel, imaginer qu’elle puisse effectivement exister. Elle pousse les limites mais dans les limites du possible. Le cas des (vraies) publicités diffusées en Roumanie pour déprécier le Royaume-Uni pour persuader les Roumains de rester dans leur pays me parait un exemple aussi cynique que celui ci-dessus… Le sous-message n’étant pas « Suicidez-vous dans votre coin » mais « Mourrez de misère dans votre pays. »  Sommes nous plus choqué si le message s’adresse à nos concitoyens directs?looVenez chez nous et nettoyez les chiottes.(L’angeleterre est plein de travaux horribles. Nous employons des étrangers pour les faires. Vous êtes bienvenu!)

L’Institut Montaigne, une asso indépendante?

Il est utile de questionner l’indépendance lorsqu’elle est fortement proclamée.

Etudions rapidement le cas de l’Institut Montaigne.

Cet Institut, connu pour être un Think Tank libéral se dit pourtant indépendant car il refuse toute subvention publique.

Soit.

Le refus des subventions est une condition nécessaire pour proclamer son indépendance.

Mais pas suffisante…

Voici une liste des donateurs de l’Institut Montaigne.

Pour « limiter la perte d’indépendance », aucun ne peur donner plus de 2% du compte de produit de l’Institut. Compte qui se monte à 3 000 000€.  Cela fait quand même 60 000€.

Par ailleurs, dans cette liste de donateur, on trouvera, par exemple Axa, Allianz, Groupama, CNP Assurances, La Générale de Santé,  MACSF,(Assurances, assurances, assurances) Sanofi-Avenis, Servier Mondes, Sorin Groups Stallergenes (Labo pharmaceutiques). N’avez vous pas l’impression que, vus comme ça, classées, ces entreprises ont des intérêts communs?

Aussi lorsque l’Institut Montaigne produit une vidéo pédagogique sur le système de santé français, j’ai un peu de mal à accepter la pilule. La vidéo semble pleine de bon sens mais le diable se cache quand même souvent dans les détails… Que cherche cet Institut? (Et je passerai outre le détail de la récupération de « la vidéo faite en dessins », concept initialement créé par des groupes d’éducations populaire effectivement de gauche, et désargentés (et créatifs),eux.)

Restons sur l’indépendance. Dans la liste des donateurs, on trouve aussi 3i, La Caisse des Dépots, le groupe Banque Populaire, la Banque postale, HSBC France, Lazard Frères, Rothschild et Cie, The royal Bank of Scotland France, Wndel Investissment, Equistone : Banque, banque, actionnaires professionnels, banques, banques, gestion de fortunes, banque…

Et puis aussi tous les médiatiques… Les 3 V : Vinci, Vivendi, Véolia. Les 2 B : Bolloré, Bouygues.  GDF-Suez et toute une floppée de gestionnaires de fluides plus ou moins énergétiques ainsi que de cabinets d’avocats.

Question : Est-ce que tous ces entreprises financerait une asso qui auraient un ton différent du sens de leurs intérêt? Est-ce que ces boîtes favoriseraient une associtaion qui aurait la liberté de penser en dehors du bain culturel dont elles sont issues?

L’Institut Montaigne n’est donc ni indépendant, ni apolitique.

Récupération de formats médiatiques initialement de gauche, apolitisme proclamé ou indépendance portée en étendard, media présentant des infos semblant de bon sens en trop peu de temps pour développer les raccourcis… Bienvenu dans le fonctionnement des officines de droite. Car il faut bien que le peuple accroche et soutienne pour qu’une oligarchie se maintienne…

Dosage de radiation.

Savez vous de quoi il est questions d’un microSievert? Il s’agit de l’ unité utilisée pour donner une évaluation de l’impact des rayonnements sur l’homme.

Voilà, voilà… C’est très bien.

Mais un microSievert, ça représente quoi exactement? Je veux dire…Comment ça s’atteint? Et si je suis exposé à 1 Sievert, je risque quoi par rapport à un microSievert?

Et bien on remerciera « Information is beautiful » d’avoir produit un beau tableau qui permet d’aborder assez simplement la question.

Le vrai prix du hard discount

Je conseille le visionnage d’urgence de ce documentaire. D’urgence car il est disponible 7 jours et seulement 7 jours après le 29 Janvier. Le 4, il disparaîtra donc.

http://www.france2.fr/emissions/infrarouge/diffusions/29-01-2013_24761

On y découvre comment le discount aérien parasite le système de protection sociale et comment le discount alimentaire, dont le modèle est issu de l’économie de guerre, écrase l’humanité des gens qui y travaillent.

On y découvre aussi que Cochonou, Justin Bridou, Jean Caby ou encore Aoste, qu’on trouve chez des distributeurs pas dicount pour autant, sont des émanations de Smithfield, une entreprise qui a délocalisé en Roumanie, s’affranchissant quasiment d’humain pour élever ses cochons et s’affranchissant également de toute norme écologique. Et cet exemple laisse imaginer, au delà de l’horreur sociale et écologique du hard discount,  l’état des filières des grands groupes de distribution…

La leçon est la suivante : L’argent économisé dans le discount est de l’argent que nous paierons avec nos taxes, impôts et nos frais de santé dé-remboursés.

A visionner d’urgence.

Et adhérer à la Biocoop. D’urgence. Histoire d’économiser des sous. Vraiment.

James Duke, inventeur de la cigarette industrielle…

Voici un article fort intéressant sur un inventeur et homme d’affaire méconnu : James Duke.

Vous ne le connaissez pas? Moi non plus jusqu’à il y a peu.

Et pourtant… Il est question de son invention dans le spectacle sur la propagande que je suis en train de finaliser.

Cet homme a inventé la cigarette moderne. C’est le fondateur de l’American Tobbaco…

Et 100 000 000 personnes sont mortes car il a trouvé un marché à son invention.

Car, oui, en plus, c’est un pionnier de l’utilisation du marketing et de la mondialisation.

Toutes les précisions ici, sur Big Browser, le blog du Monde.fr