Regardez ce que France 2 fait avec la côte de popularité de Mélenchon…

Temps de lecture : 3 à 4 minutes.

France 2 n’en finit plus de ne pas nous surprendre sur le traitement de l’actualité de la France Insoumise. Hier soir, un sujet incontournable était la convention FI qui se tenait à Clermont-Ferrand. 1600 personnes qui viennent sur le week-end entier travailler à l’élaboration collégiale d’un mouvement, on est loin sur la forme et le fond des 500 personnes réunies à Lyon la semaine dernière par LREM pour participer à une élection à candidat unique…

Et compte tenu du traitement dont a bénéficié l’événement LREM, il aurait été voyant que rien ne se fasse pour la FI…

D’ici à faire rigoureux, c’est autre chose…

Coup de ciseau.

L’angle choisi est celui de la déprime. On appréciera le placement du sujet sur le terrain de l’émotion plutôt que sur celui de la raison et des chiffres.  C’est déjà moyennement honnête mais chacun est libre de choisir son angle. ça fait partie de la liberté d’expression. A ceci près qu’il serait alors judicieux de ne pas se réclamer de l’objectivité dans le même temps. Objectivité et émotions sont un peu contradictoires… Bon ça commence mal…

Pour accréditer la thèse de la déprime, rien de mieux qu’une phrase directement sortie de la bouche de Jean-Luc Mélenchon lui-même : « Nous venons de subir un revers. Il parait que si je le dis, je démoralise. Non, je le dis parce qu’on est démoralisé » [Salve d’applaudissement]

Sauf que la vidéo fournie par la FI montre qu’il manque la fin de cette phrase « Non, je le dis parce qu’on est démoralisé dans certains secteurs de la société. » Pas du tout le même sens, n’est-ce pas… Et pas de chance, quasiment en même temps TF1 passait la phrase, en entier. Les arguments de « montage plus serré » auront du mal à passer, TF1 étant généralement le champion en la matière.

Ce point beaucoup de gens l’ont vu.

La raison d’être de cet article est ailleurs…

Elle est dans le graphique utilisé pour « expliquer » la supposée déprime de la FI. Faire ça le soir même de mon cours sur les mathématiques de l’oppression, c’est donner le bâton pour se faire battre. (Bon, OK, France 2 ne se tient peut-être pas au courant de mon agenda 🙂 ). Le graphe en question est reproduit ci dessous.

Je passe rapidement sur la méthode de l’obtention de ces chiffres mais s’ils sont issus de sondages par la méthode des quotas [ Update de 22h31 : Non, il faut creuser, les panels ont changé considérablement semble-t-il entre septembre et novembre...Réduisant a priori le nombre de personne susceptibles d’être favorables à JLM.], ce qui est probable, il est utile de se rappeler que cette méthode a une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 points environs… 36-2,5 = 33, 5. Et 28+2,5 = 30,5.  Possiblement de 33,5 à 30,5, la baisse entre les mesures existe mais est déjà moins nette que les 8 points avancés… Mais soyons bon joueur, quasiment aucun media autres que les scientifiques purs ne font figurer les barres de variations sur leurs graphique. Et ici, je ne les connais pas non plus précisément. L’incertitude de la mesure existe mais mon 2,5 est un chiffre générique.  Passons au gros morceau.

« Le désaxé pourrait encore nuire. »

L’axe vertical de ce graphique est faux. La graduation semble juste. Les variations de hauteur entre les différentes unités semblent proportionnelles à ces unités (Même espace entre 30 et 31 qu’entre 31 et 32 par exemple.).

Mais l’axe ne commence pas à zéro. Et comme souvent, ce n’est signifié nul part. L’impression générale qui résulte de ce graphique est donc que la côte de popularité de Jean-Luc Mélenchon est proche du plancher… Ce qui est loin d’être le cas à 28%.

Ce graphique désaxé est donc un élément de fiction tout simplement créé pour servir le propos du journaliste. Cela retire encore un peu plus ce sujet du JT du domaine de l’objectivité. Pire, il tâche de reprendre à son compte l’image de respectabilité et de rigueur qu’ont les graphiques orthonormés, tout en étant clairement éloigné…

Comme le montre le redressement réalisé par mes soins, il était tout à fait possible de faire rentrer un graphique rigoureux dans l’espace prévu… Mais l’histoire racontée n’est plus du tout la même…

[Update du 30/11/17] L’aimable twittos Philippe V (@NewbieVenerable) va plus loin dans la correction de la courbe, proposant d’inscrire en intégralité l’ordonnée. A y regarder de plus près, effectivement, ma présentation donnait une impression de popularité immense. Le graphique ci dessous semble tout à fait correct et plus à même de transcrire la réalité. On notera que l’histoire racontée par le graphe n’est vraiment plus du tout la même que celle du graphe diffusé par France 2. En fait, là, il n’y a presque plus d’histoire du tout…

La photo du Mélenchon- bashing ordinaire.

En latéral et en plongée pour montrer les traits tirés, les yeux plissés et la bouche entrouverte, sur un fond de nuage gris. Suggestion  à France 2 : Une photo de Jabba le Hut un lendemain de cuite à St-Malo aurait été encore plus efficace. Jabba n’a pas de lunette? Qu’à celà ne tienne, vous avez prouvé que l’infographie n’a pas de secret pour vous.

Trêve de balivernes. Trouver une photo neutre où JLM ne fait pas la gueule, sans pour autant être une photo de propagande pour lui, prend à peu près 5 minutes. Et quand on a des émissions entières de lui en boîte, on doit pouvoir faire mieux. Non ? (France 2 : c’est votre métier. Merci.)

Violation du métamodèle : Présupposition complexe

Et puis, il y a la petite phrase sous le graphique, reprise depuis sur d’autres chaines. ça semble l’élément de langage parfait. C’est condensé, percutant et avec l’apparence de la neutralité.

« A la recherche du second souffle ».

C’est surtout très commode car cela présuppose qu’il y a essoufflement. Pourquoi chercher le second souffle sinon? Cet angle, encore une fois, pose un problème en terme d’objectivité. Sans parler de la lecture de pensée que constitue l’allégation selon laquelle la FI se sentirait déprimée.

Mais on n’en est plus à ça près…

La page Président, à visiter de temps en temps…

De temps en temps, la page Président de Brain Magazine recèle des pépites… Je recommande particulièrement les publications signées J. Bordat

– Un article sur la moisissure rhétorique de l’appel à la peur avec un cas concret : Marine Le Pen et la Torture. Avantageux, cet article clôt le moindre débat qui pourrait éclore. Il y en a quand même eu un? Mais pourquoi?

-Le temps d’antenne des classes ouvrières sur France Inter : 1,8%. Merci Fakir pour l’info.

-La richesse se concentre encore aux USA… 32000 personne possèdent 11% des sous de tout le pays…

Traduction des éléments de langage Fillionistes VS Sarkozy. Fleurets pas vraiment mouchetés…

-Dégommer l’hyperbole d’un politicien qui se victimise.

-Hypebole encore… Seisme, coup de tonnerre, pluie de grenouille. Comment parler d’un score du FN après les élections? Une classification bien commode.

-En image, l’utilité très relative des sondages à J – 3…ans.

[Correction!]Le chomage des jeunes donné à voir par TF1

Chomage des jeunes TF1 30-05-13

Petite correction de l’exercice donné récemment…

Oui, je la donne plus tôt que prévu car j’ai posté ce petit exercice sur Facebook où selon la vitesse de consommation de l’information d’aujourd’hui, dans 4 jours ce serait, je m’en rend compte maintenant, une autre ère quasiment…

J’ai eu des réponses diverses et fort intéressantes. Tout n’a pas été trouvé mais l’essentiel oui. Alors voilà…

La courbe ne s’étend pas sur 12 mois mais 15. (Peut-être pour montrer que début 2012, avant l’avènement de F.Hollande, les choses allaient bien? Je n’en sais rien.)

Il n’y a pas de nom sur les axes. On arrive grossièrement à comprendre cependant ce qu’ils représentent.

– Si on a un indicateur, un point,  pour le 549 400, on ne sait pas où situer le 492 100. Était-ce en mars 2012 comme le laisse supposer le commentaire du présentateur? Ou en janvier? Mettre une échelle à l’axe vertical, aurait permis de le lire.

-A ce sujet, je remercie Cédric qui a pointé une chose que je n’avais pas vue (Vive l’intelligence collective!), les chiffres donnés sont sans aucun rapport avec le pourcentage mis en exergue. En effet 492 100+9%= 536 389 (et non 549 400). En prenant les chiffres proposés, l’augmentation est de 57 300 personne soit…11,6%

La courbe est colorée selon un dégradé de orange clair à orange foncé. Orange, couleur du danger. Dégradé accentuant l’impression d’augmentation.

Et terminons par la  violation des règles de représentation graphiques, la « plus graves » selon moi.

L’axe vertical ne commence pas à zéro et rien n’indique cet arrangement. Cela a pour effet de nous donner l’impression d’un multiplication par 5 de la donnée représentée entre le point le plus bas de la courbe et le point le plus haut et non pas une multiplication par 1,09. On le voit en comptant les intersections verticales du quadrillage dont on se demande encore ce qu’elles représentent (20 000 unités?)

Voilà pour la critique du graphique…

Une interrogation a été posée au cours de cette exercice. Ou disons que c’était une contribution qui m’a interrogée. Elle était formulée ainsi  : « Et s’il s’agit simplement d’une histoire d’échelle, que la base de la courbe soit si proche du 0, que chaque carreau ne correspond pas à 1 mois ni à 10 000 personnes, […], je ne vois rien à redire… »

La question que cela m’a posé est « L’autodéfense intellectuelle telle que je la propose, est-elle utile à quoi que ce soit? »

Pour accéder à une information juste, on pourrait  se demander pourquoi se focaliser sur le chômage des jeunes plutôt que sur les chiffres globaux du chômage comme on les présente habituellement. On pourrait aussi interroger l’obtention de ce 9% : Comment a-t-il été obtenu? A partir de quelles données? Ou encore s’attarder sur le découpage de la classe étudiée :  Qu’est-ce qu’un jeune dans cette statistique? Les étudiants sont-ils inclus ou exclus ?  Mais là, on passe à autre chose que la représentation graphique, des choses qui demanderaient un accès aux sources et des recherches. C’est également très intéressant mais c’est un travail à temps plein! Le travail de journaliste, vérificateur et transmetteur objectif d’information (et non pas perroquet déformant…) permettant une prise de décision en connaissance de cause (et non pas influençant en vue de faire prendre une décision prévue…)

Je n’ai pas la prétention d’être journaliste. J’ai seulement la chance de pouvoir passer plusieurs heures par semaine à décortiquer des documents, et je ne peux pas demander à tout le monde d’en faire autant.

Par contre, je peux inciter tout le monde à se munir d’outils simples, de cultiver des réflexes de lectures qui permettront au minimum d’éviter de se faire enfumer. Pas de trouver toute l’information juste à tous les coups mais au moins de déceler quand elle est fausse, orientée ou destinée à tromper.

Parce que, dans ce cas précis, si on demande à quelqu’un qui aurait vu ce graphique pendant les  5 secondes de son affichage, de tracer la courbe du chômage chez les jeunes, il ou elle va tracer ça : courbe  la main1

Alors que l’allure générale que la courbe représentant cet ensemble de données devrait suivre, selon les critères enseignés à l’école est celle-ci.

courbe  la main2

Ce n’est quand même pas la même chose !

Voilà. Vous l’aurez compris, je vois à redire dans le fait que des personnes qui se disent journalistes soient en fait des publicitaires et que celles qui se disent publicitaires soient, en fait, des modeleurs d’opinion utilisant nos processus mentaux à notre insu.

Merci beaucoup  à ce contributeur qui me permet d’avancer sur mon mode d’intervention en m’obligeant à me poser une question dont la réponse me paraissait si évidente que je ne l’avais jamais définie précisément. Continuons de nous méfier des évidences… 😉

Le chomage des jeunes, vu par TF1

Chomage des jeunes TF1 30-05-13

« Les plus touchés ce sont les jeunes, plus d’un quart des moins de 25 ans, on le sait, est au chomage. Et leur nombre n’a cessé d’augmenter depuis un an. Regardez cette courbe +9% de chomeurs de moins de 25 ans en 12 mois. » tel était le commentaire de Jean-Pierre Pernault ce 30 mai dernier concernant cette courbe.

Si vous avez suivi des cours concernant les courbes et graphiques en ma compagnie, vous sauriez peut-être redresser ce graphique. Alors d’après vous que faudrait-il changer pour que ce graphique soit plus juste selon le mode de représentation qu’on lui a donné? Réponse la semaine prochaine pour vous laisser le temps de répondre! 😉

Fausses projections de croissance systématiques.

La croissance est un terme que j’ai en horreur. J’ai dépassé mon dégoût pour lire cet article. Et bien m’en a pris car cet article me parait hautement intéressant….

http://www.les-crises.fr/previsions-de-croissance/

Ce que j’en ai compris : On n’est pas sorti de l’auberge.

En effet, cette article montre, en s’appuyant sur les exacts documents mis en ligne par le ministère de l’économie, liens cités, que nos gouvernements successifs, dans leurs projection budgétaires surévaluent de manière systématique et grossière le niveau de croissance du PIB. En les imaginant tout le temps 2 à 3 fois ce qu’elles seront. Depuis 12 ans, lorsqu’ils font le budget de l’année suivante,  les gouvernements s’appuient généralement sur une croissance qui sera 2 fois celle effective. Cela signifie qu’ils més-évaluent tout ce qui en découle, à commencer par les rentrées financières, donc l’évolution de la dette.

Mais c’est aussi le cas du Conseil d’Orientation des Retraites. Qui fait,encore plus fort, pour appuyer ses projections, l’hypothèse de 2 taux de chomage : 7,0 % si “tout va mal” (niveau inconnu depuis 1982…) et 4,5 % si “tout va bien” (niveau inconnu depuis 1977…)  !

Lisez l’article, il est clair et démonstratif.

La question qui me vient, et à laquelle je n’ai que des réponses désagréables en terme de démocratie c’est : Pourquoi? Quel intérêt?

Connais ton ennemi…

Vous trouverez sur le site du monde un visuel interactif plutôt bien fait qui retrace l’évolution de Publicis-Omnicom, le plus grand groupe publicitaire au monde (Et dont Elizabeth Badinter détient une bonne part…) . Valorisé à 30 Milliards d’euros, produisant 23 milliards d’euros de chiffre d’affaire ( Soit plus que les PIB cumulés des 20 derniers pays au classement du PIB, et plus que, individuellement, 80 pays…), c’est le genre d’entreprise qui fait et défait les rois et les cultures à l’échelle industrielle.

http://www.lemonde.fr/economie/visuel_interactif/2013/07/29/publicis-la-petite-agence-de-reclame-devenue-geant-mondial_3455105_3234.html

Corrélation n’est pas causalité

On ne le dira jamais assez 2 phénomènes peuvent être liés sans pour autant que l’un engendre l’autre.

On utilise souvent une fourchettes en même temps qu’un couteau mais il serait faux de dire que l’usage d’une fourchette pousse à utiliser un couteau. Les 2 sont liés (par le fait qu’on les utilise au cours du même évènement) mais l’un ne cause pas l’autre.

Mais la presse à sensation ADORE trouver les causes à effet les plus vendeurs. Le dernier en date est titré ainsi :

« Pour décrocher un prix Nobel, mangez du chocolat. »

INSOLITE – Une étude scientifique affirme que la consommation de chocolat est liée au nombre de prix Nobel dans un pays…

Le chocolat a décidément des vertus insoupçonnées. Selon une étude américaine, les pays dans lesquels la consommation de chocolat est la plus importante sont aussi ceux qui enregistrent le plus grand nombre de prix Nobel. Le cacao pourrait doper les capacités mentales et favoriser l’apparition de petits génies de la physique, de la chimie ou de l’économie.

L’Université de Columbia s’est basée sur la moyenne de consommation de chocolat dans 23 pays, et non sur la consommation personnelle des lauréats du Nobel. «À ma connaissance, il n’existe pas de données disponibles mesurant les fonctions mentales de toute une nation. On peut donc concevoir que le nombre total de Nobel par tête pourrait donner une certaine idée des fonctions cognitives d’ensemble d’un pays», explique le Dr Franz Messerli, qui a dirigé l’étude.

La Suède, cette exception

Les scientifiques ont pu ainsi observer une corrélation positive entre la consommation de chocolat et le nombre de prix Nobel pour 10 millions d’habitants. Ainsi, alors que la France, l’Allemagne et les Etats-Unis se situent dans une moyenne chocolat/Nobel honorable, la Chine, le Japon et le Brésil ont montré à la fois une plus faible gourmandise et un plus petit nombre de prix. Seule exception, la Suède, dont les habitants ne consomment «que» 6,4 kilos de chocolat par an et qui compte 32 Nobel alors que les calculs des chercheurs lui en attribuaient seulement 14. Du favoritisme de la part du comité Nobel, ont conclu les scientifiques.

Cette corrélation, bien qu’un peu hasardeuse, soulève à nouveau la question des vertus du chocolat: les flavonoïdes  qu’il contient pourraient avoir un effet positif sur les fonctions mentales. Mais de nombreux autres paramètres pourraient entrer en ligne de compte: le niveau de vie, en particulier. Plus il est élevé, plus on a accès à l’éducation… et au chocolat.

C’est à l’ étude scientifique (En était-ce bien une d’ailleurs…?) qu’en revient la faute ce coup-ci. Et – l’honneur est sauf- le journal pointe l’incohérence, dans le dernier paragraphe et non sans s’être longuement épandue sur le « résultat » et « l’étude ». Et c’est seulement à la dernière ligne qu’apparait la vraie corrélation non causale et encore, mise au conditionnel…  Alors pourquoi ne pas plutôt parler de la différence entre corrélation et causalité? Pourquoi faire un article sur un résultat que l’on sait faux? Parce que ça vend beaucoup plus. Et tant pis si c’est faux. Ce n’est pas du journalisme, c’est du racolage, de la pire espèce.

Et pour le plaisir voici un autre « cause à effet » implicite… Un (faux) graphe présentant (mal) le nombre de meurtres ainsi que l’usage d’Internet Explorer, aux US, en fonction du temps. Rien n’est dit mais on suppose bien l’auteur aura facétieusement trouvé la cause et l’effet…internet-explorer

Dosage de radiation.

Savez vous de quoi il est questions d’un microSievert? Il s’agit de l’ unité utilisée pour donner une évaluation de l’impact des rayonnements sur l’homme.

Voilà, voilà… C’est très bien.

Mais un microSievert, ça représente quoi exactement? Je veux dire…Comment ça s’atteint? Et si je suis exposé à 1 Sievert, je risque quoi par rapport à un microSievert?

Et bien on remerciera « Information is beautiful » d’avoir produit un beau tableau qui permet d’aborder assez simplement la question.

Cours du pétrole entre 1970 et 2011

Je ne sais pas si vous en aurez l’utilité. Moi, j’ai trouvé intéressant de scruter ce graphique montrant les cours du pétrole en dollar courant, des années 70 à nos jours… Le choc pétrolier des années 70 avait fait, à vue de nez, doubler puis doubler le prix du pétrole. Regardez un peu ce qui lui est arrivé depuis 1999. A peu près pareil.

Je ne sais pas si les efforts que nous faisons pour nous en passer sont de même ampleur qu’à l’époque.

Et cette courbe me parait monter tranquillement mais surement. C’est une interprétation, tout à fait subjective et sans fondement rationnel. Mais qui me taraude un brin quand même.