Le vrai prix du hard discount

Je conseille le visionnage d’urgence de ce documentaire. D’urgence car il est disponible 7 jours et seulement 7 jours après le 29 Janvier. Le 4, il disparaîtra donc.

http://www.france2.fr/emissions/infrarouge/diffusions/29-01-2013_24761

On y découvre comment le discount aérien parasite le système de protection sociale et comment le discount alimentaire, dont le modèle est issu de l’économie de guerre, écrase l’humanité des gens qui y travaillent.

On y découvre aussi que Cochonou, Justin Bridou, Jean Caby ou encore Aoste, qu’on trouve chez des distributeurs pas dicount pour autant, sont des émanations de Smithfield, une entreprise qui a délocalisé en Roumanie, s’affranchissant quasiment d’humain pour élever ses cochons et s’affranchissant également de toute norme écologique. Et cet exemple laisse imaginer, au delà de l’horreur sociale et écologique du hard discount,  l’état des filières des grands groupes de distribution…

La leçon est la suivante : L’argent économisé dans le discount est de l’argent que nous paierons avec nos taxes, impôts et nos frais de santé dé-remboursés.

A visionner d’urgence.

Et adhérer à la Biocoop. D’urgence. Histoire d’économiser des sous. Vraiment.

Le jeu des quarante douze milles différences.

Lorsque vous vous trouvez en possession de sacs en plastique d’une certaine chaine de supermarchés, ça ne vous sauté pas au yeux tout de suite mais… Voici un petit jeu… Saurez vous découvrir les différence entre ces véhicules appartenant à Intermarché et leur représentation sur les sac de ladite enseigne?

Tout d’abord le bateau de pêche (Ci dessous, un bateau de Scapêche, la flotte d’Intermarché.) :

C’est trop chou ce petit pêcheur avec sa petite cane et son seul hameçon pour 3 poissons de surface. Les vrais pêcheurs , eux, ramonent à donf le fond avec leurs gros filets, histoire de racler un max de poissons abyssaux.  Enfin, ceux qui restent. Une lotte est mature en 5 ans, un grenadier en 18. Si on les massacre annuellement, forcément, ça ne marche pas. Rappelez-vous que la mer est immense mais, dans l’ensemble, assez peu productive de poissons…

Ainsi donc, à l’opposé de sa propagande aux accents naîfs, fleurant bon l’innocence des jeu d’enfant, Intermarché pratique le chalutage profond. Voici comment en parle Greenpeace :

Le chalutage profond est un crime écologique : 100% des espèces profondes pêchées en Atlantique Nord-Est sont surexploitées. De plus, les filets labourent littéralement le fond des océans, et entraînent de nombreuses prises accessoires : des espèces capturées mais non visées, qui sont aussitôt rejetées à la mer, mortes ou mourantes.

La France est un des principaux pays pêcheurs en Europe, derrière l’Espagne. Sa flotte de chalutiers profonds se monte à 25 bateaux, dont 7 appartiennent à la Scapêche, la flotte d’Intermarché, responsable de 60% des prises françaises en pêche profonde.

Le transport en camion :

C’est vraiment trop mignon, cette petite manivelle qu’on peut remonter sur le côté. Ce qui est bien avec le camion à manivelle, c’est qu’il ne va pas loin, jamais, toujours il est local, parce que sinon, il marche p’us, il s’arrête tout seul. Couic. Fini. ça c’est écologique. D’ailleurs, il ne fait pas de fumée le gros vroum-vroum avec la popomme. Les vrais camions, eux, crament du gasoil, sur 8 pneus à la fois et sur des milliers de kilomètres…

Intermarché, tous unis contre le monde réel…

Il faut abolir les entreprises de relations publiques.

Le nouveau court metrage de Josh Fox (Réalisateur de Gasland, à voir dans la section Des Films du blog.) est en ligne. Il s’agit d’une réponse à la réponse faite par les industries du gaz à son premier film.

On y apprend que l’entreprise de relation publique employée pour mener cette basse tache  est la même que celle qui a fait prendre 10 ans de retard à la lutte anti-tabac. J’aimerais d’ailleurs retrouver la référence de l’article qui me vient en tête…

Il y était fait mention d’un calcul assez simple. D’une part le nombre de décès par cancers du poumon est proportionnellement relié au nombre de cigarettes qui se vendent.D’autre part, pendant de nombreuses années les entreprises de relations publiques ont fait de la désinformation vantant les mérites « santé » du tabac, aboutissant à une hausse tout à fait connue du nombre de cigarettes vendues pa rapport à la période précédente. Calculer le nombre de morts dans lesquelles les relations publiques ont une responsabilité de ce seul fait. (On estime, à peu près, à 150 millions le nombre de morts entre le début du 20e siecle et maintenant…)

Il faut impérativement éduquer les gens à réfléchir. L’école ne le fait pas correctement, les parents ne le peuvent pas, la télé fait exactement le contraire… Il faut que nous démolissions les gens qui jouent avec l’opinion publique. Ces gens sont à la démocratie ce que la police politique et la torture sont aux dictatures. (Oups, je viens de paraphraser Chomsky là…) Alors que tout le monde sens que le système a des versant nocifs qui ne pourront plus durer longtemps, ces gens font tout pour le faire perdurer.

Jugez par vous même de ce en quoi consistent les relations publique à l’échelle de Gasland : http://vimeo.com/44367635 [vimeo 44367635 w=400 h=300]

Le Plan atmosphère sentait bien mauvais…

J’ai eu accès au compte rendu de la conférence de presse liée au plan de protection de l’air de la vallée de l’Arve

À la première lecture, j’ai trouvé que ce plan était pas mal.  À ceci près que les graphiques sont illisibles car en résolution trop basse…

A la deuxième lecture, j’avais un peu réfléchi… Et ce plan ne me paraît plus vraiment bien…Plus du tout.

Exercice de décodage, avec les points que je relève, pêle-mêle…

___

L’intention positive.

Le document commence ainsi :

 «L’air que nous respirons est déterminant pour notre santé,
notre qualité de vie et notre environnement.
La lutte contre la pollution atmosphérique est l’aff aire de tous.
Chaque citoyen doit réduire les émissions de polluants qu’il génère dans l’atmosphère.»

L’origine de la citation n’est pas indiquée. Qui a dit ça ?

De toute manière, on ne peut qu’être d’accord avec elle… Qui pourrait sérieusement affirmer que l’air que nous respirons n’est pas déterminant pour notre de santé ?

Première chose qui doit éveiller les soupçons : Si quelque chose remporte l’adhésion immédiate, il vaut mieux la regarder de plus près avant d’adhérer… L’intention positive est toujours mise en avant dans les opérations de propagande.

Dans ce cas précis, puisque l’air et sa qualité sont si importants, comment se fait-il qu’il faille un plan de protection? Comment se fait-il qu’on ait laissé faire jusque là? Mais passons…

___

L’urgence

L’auteur du document se réjouit que le plan est eu lieu ait été mis en place en 15 mois au lieu des 36 à 48 habituellement nécessaires. Sans expliquer pourquoi le délai fut si court. En fait, si. Une explication est donnée, en gras, bien lisible en page sept : l’urgence de la situation et la volonté d’appliquer le plan le plus rapidement possible.

Deuxième chose qui doit éveiller les soupçons : L’urgence est généralement invoquée pour faire prendre des décisions qui, si on y regardait à deux fois, seraient très contestables.

Mais la lecture du reste de la page sept, page où est expliquée la démarche, dans un gros pavé de texte rébarbatif, est éclairante : Le public est invité à consulter le plan proposé. Il est également invité à faire des remarques, dont il est dit qu’elles pourront être prises en compte lors d’amendement éventuels.

Pendant l’enquête publique, le projet est à disposition du public. C’est un moment important de la vie démocratique. L’enquête publique est ouverte à tous, sans aucune restriction. Elle permet d’informer les personnes concernées, de garantir les droits des propriétaires et de favoriser la concertation.

En fait d’important moment de la vie démocratique, il s’agit de prendre la température afin de vérifier si le plan suscite une opposition quelconque ou si au contraire, il peut être appliqué en l’état. Avec tout au plus quelques modifications cosmétiques.

Car bien que vivant dans une des grandes communes concernées, bien que sensible aux questions environnementales, bien que lisant avec assiduité la communication communale, je n’étais pas au courant de la consultation… Par contre, toutes les semaines, je reçois des invitations pour les inaugurations/ouverture/discours du maire. ( par la poste, 0,60 € par envoi…). Ce qui me semble la preuve que si le maire veut vraiment mettre au courant les gens, il en a les moyens. Dans ce cas précis, il ne les a pas mobilisés, malgré l’importance, affirmé plusieurs fois dans le document, de la chose.

Le fonctionnement est donc« Qui ne dit mot consent ».  Ce qui me semble contrairement à ce qui est affirmé, l’opposé de la démocratie. A moins que la décision prise par deux personnes de se marier, avec son « Si quelqu’un s’oppose à cette union qu’il parle maintenant ou se taise à jamais », vous paraissent une décision prise démocratiquement par l’assemblée…

Et cette simple explication, suffit à donner la cause d’un délai si court. L’exercice de la démocratie, l’expression des points de vue, l’écoute et la contradiction prennent du temps. Si le plan a été élaboré en à peine plus d’un an au lieu de quatre, c’est bien parce qu’on a contourné l’exercice de la démocratie.

___

Les graphiques maintenant…

Si on les met dans le document, c’est bien qu’on considère qu’ils constituent une information importante à avoir pour le lecteur. Et c’est le cas, puisque c’est sur la lecture de ces graphiques que s’appuient un certain nombre de conclusions. Je vais me permettre d’en reproduire un ici, zoomé à 150 % (!) :

Pas de titre. Pas de source. Pas de légende( illisible! ). Pour moi, ces graphiques n’existent purement et simplement pas pour le lecteur. Le pdf étant réputé pour conserver la qualité de son contenu quel que soit le zoom qu’on lui applique, ces graphiques ont été mis dans ce document en l’état. C’est-à-dire sciemment inaccessibles.

____

Les images.

Il y en a 5. Aucune n’est datée, ni attribuée à un organisme ou un auteur. En conséquence, il faut donc les considérer comme des « photos déco », appuyant le propos mais ne montrant pas un événement particulier du passé. Je ne vais pas m’attarder sur toutes…

La première est censée illustrer la concertation  ayant présidée à l’élaboration du plan. La disposition des personnes (un large public face à un écran et quelques personnes à une table) montre que même la  » concertation » ne s’est pas faite de manière horizontale, mais de manière descendante ou transmissive. Ou en tout cas, qu’elle a été imaginée comme telle par les auteurs du document, qui sont les organisateurs de la concertation. Les  » acteurs » dont il est question dans le document, ont ,en fait surtout, été sollicités pour « acter » ce qu’on leur proposai semble-t-il…

La deuxième et la troisième montrent des feux de bois. Cela aura son importance…

La quatrième, sur la page des mesures envisagées, montre 2 VTT circulant hors piste cyclable (Des VTT = vélo loisir… pas de déplacement…), un bus et 5 voitures. Ce qui montre bien l’intention de l’auteur : Voiture majoritaire et pas de train.

La dernière représente des maisons individuelles avec un gros 50 % en surimpression. 50 % de quoi ? Et selon quel source? Difficile de le savoir.

Pas très réjouissant…

___

Il faut lire jusqu’à la fin.

L’annexe quatre. Pages 16 et 17. Les dernières.

Voilà la raison de ce déploiement d’éléments de propagande.

Si la vallée de l’Arve fait partie des 16 zones en France dont l’air est le plus pollué, ce n’est pas parce qu’elle a une concentration d’usines très élevée. Ce n’est pas parce qu’elle a un trafic ferroviaire indigent, et donc un trafic autoroutier très dense, notamment de manière pendulaire vers et depuis Genève. Ce n’est pas non plus par ce qu’au fond de cette vallée, il y a un des quelques rares tunnels de passage des Alpes. Ni même parce que sa population a considérablement augmenté en quelques années.Non. C’est parce que des irresponsables CHAUFFENT AU BOIS!!!

Tout est la faute des vieilles chaudières et des cheminées. D’ailleurs, il n’y a qu’en Haute-Savoie qu’il y a des vieilles chaudières et des cheminées…

Trêve de balivernes sur le fond, revenons à la forme…

Si on se reporte aux pages huit et neuf du document, on peut clairement lire que le transport et l’industrie ont aussi leur part de responsabilités. (Une part équivalente à elles-deux… Mais qui l’affirme et au sujet de quelle zone géograhique?) Comment se fait-il qu’il n’y ait pas aussi une annexe à ce sujet ? Informations partielles = informations partiales

La raison se trouve en toutes lettres page 6 :

Ce projet de PPA a été rédigé à partir des contributions proposées par l’ensemble des acteurs et avait pour objectif d’intégrer au maximum les intérêts de toutes les parties prenantes.

Et qui sont ces parties prenantes ?

des techniciens, des élus, des citoyens membres associatifs, des industriels.

dont le détail figure page 12 et 13. Et dont je n’ai pas l’impression qu’il est spécialement en faveur des associatifs, en ce qui concerne le nombre…

Et, avec un peu de mauvaise foi, j’aimerais bien connaître l’heure à laquelle étais organisées les réunions… Parce qu’entre un bénévole associatif (Qui travaille par ailleurs.) et un salarié représentant son entreprise,  » l’égalité des chances » n’est pas vraiment respectée si la réunion  à lieu à 15h un jour de semaine… Mais bien sûr, ce n’est là, que pures allégations, produits d’une suspicion infondée… Cela ne peut pas arriver.

___

Conclusion:

Informations partielles, graphiques inutiles, image purement décoratives, ce document est du vent. Mais un vent qui souffle dans un certain sens…

On y passe progressivement d’un discours concernant quatre polluants (Particules fines, ozone, NO2, HAP) un discours qui n’en concerne plus que deux.(Particules et HAP.)

Ne se préoccupant plus de l’ozone et du NO2, qui sont eux majoritairement dûs à l’industrie  et aux transports, le document cible essentiellement le chauffage individuel. Sans signaler pourtant que les HAP proviennent aussi en grande quantité de la combustion dans les véhicules diesel, notamment donc, les camions… Il s’agit donc bien de taper sur le chauffage au bois au bénéfice du chauffage au fioul et au gaz, présentés, avec beaucoup de culot, comme propres! ! ! (cf dernier tableau du document). L’aspect « émission de CO2 »  est, purement et simplement, botté en touche et la pollution liée à l’exploitation des hydrocarbures complètement ignorée. Ce plan n’a pas de vision globale de la thématique environnementale. Je le soupçonne même, à un autre niveau, de faire le jeu de l’exploitation du gaz de schiste. Car, une fois que chacun aura une « chaudière moderne » au gaz, il est bien probable que cela ait un impact sur l’opinion publique en ce qui concerne l’exploitation des ressources locales en ces gaz…

Ce document, hautement nocif en termes de libre arbitre ( les citoyens sont censés s’exprimer sur le plan après avoir lu ce document), est l’exemple parfait que, même à l’échelle locale, la propagande trouve des déclinaisons très fouillées. Le processus complet aboutissant à ce document pouvant lui-même être considéré comme une manipulation.

Et mention spéciale pour l’interdiction des feux d’artifice, qui de l’aveu même du document, n’aboutira à aucun changement… Mais permet quand même d’interdire aux particuliers de faire des feux d’artifice. Pour les feux d’artifices communaux, il est bien certain que les dérogations seront accordées chaque fois que cela sera demandé…

Earth is not a Gasland.

Ce message n’est pas objectif, il est très émotionnel. Il fait suite à un film.

Avant de voir ce film, je savais que ce n’était pas un film drôle mais très informatif de ce qui se passe lorsqu’on exploite les gaz de schiste.

Pendant le film, j’ai pleuré, je me suis senti révolté, abattu, déterminé. J’ai pensé à plein de choses…

Après avoir vu ce film, je vous en parle. En espérant que vous ferez pareil auprès des gens qui vous entourent.

J’ai eu l’impression qu’après avoir déclaré la guerre à l’Afghanistan, à l’Irak, à la Lybie, les gouvernants s’en prenaient maintenant à leurs propres populations. Et je pense qu’il y aura du sabotage. On les appellera éco-terroristes. Comme c’est déjà le cas parfois. Ils seront dans l’illégalité mais dans la légitimité. Car lorsque la loi est du côté de personnes qui détruisent ce que vous avez mis une vie à construire, vos parents et vous, pour vos enfants ensuite, que faire? Que faire quand l’eau du robinet est toxique? quand l’air est toxique ? quand votre paradis dans la forêt risque d’exploser, littéralement, un matin, avec vous dedans? quand juste vivre est impossible et qu’il n’y pas d’action en justice possible car rien n’est prouvable? Que faire quand une telle violence ne peut pas être exprimée par la catharsis d’un jugement au tribunal? Soit on a une philosophie de non-violence résignée très solide. Soit on rend la violence que l’on reçoit.

Je ne vois pas comment cela peut finir autrement.

Une chose me semble certaine et beaucoup plus sécuritaire : Il ne faut pas que cela commence. En France nous avons encore une mince possibilité d’éviter ça. Il faut impérativement s’en saisir. Et ça passera, encore, par une diminution de la consommation d’énergies. Car, n’oublions pas les commanditaires finaux de cette catastrophe : Les personnes qui brûlent ces gaz dans leurs voitures, leurs chaudières et ailleurs. Sans doute vous. Et moi. Mais ce film montre que, à vouloir conserver la même vie, et le même confort, nous en changerons quand même et risquons de tout perdre. Plus que jamais je pense que nous devons nous empêcher d’utiliser ces gaz. Nous devons nous empêcher d’utiliser notre voiture. A tout prix. Car, le prix de l’autre possibilité nous est décrit dans ce doc, et il est trop élevé.

http://www.dailymotion.com/video/xhfvhy_gasland_news

J’ai une réponse à une petite question que se pose le réalisateur : Les petits drapeaux multicolores présents près des usines et des bassins de décantation sont les même qu’on utilisent pour éloigner les oiseaux. Sans ces épouvantails, les sites seraient sans doute jonchés d’oiseaux morts après avoir bu. Et cela prouverait peut-être la toxicité de l’eau de manière beaucoup plus directe. On pourrait faire de la toxicologie sur les oiseaux et détecter les molécules responsables en les reliant directement au site. Trop gênant.

Pour terminer, une carte montrant une des zones demandées à l’Etat pour exploration, par la Société Schuepbach. Et ne vous leurrez pas, celles autour sont aussi demandées. Celle-ci est juste celle où figure ma ville, et ses propres pompages d’eau potable… (Source : « Non au gaz de schiste« )

Transformers 3 ne transformera rien…

Dans la série « la voiture nous sauvera », je suis allé voir (Vous allez dire, c’est ma faute, j’aurai dû m’en douter…) Transformers 3.

Des grands robots, qui changent de formes, se battent entre eux. Les gentils sont campés par des voitures de sport et des camions. Et évidemment ce sont des robots « masculins » (Pourquoi? Vous, auriez-vous l’idée de donner un genre à votre frigidaire???)

Si je suis allé voir ce film c’est parce j’aime les effets visuels… Ce qu’on appelle couramment les effets spéciaux mais qui sont en fait la partie imagerie par ordinateur de ces effets là… Mais le plaisir de voir un film à grand spectacle a été quelque peu matraqué par la pluie de placement produit…

Car, bien sûr, tous ces véhicules ont des marques. De Chevrolaide à Ferrarote, j’en passe et des quantités : C’est le salon de l’auto…

Fait d’ailleurs intéressant, les gentils sont des véhicules de grandes marques rutilants (vus de face, souvent, comme ça, on voit bien l’insigne.Comme ci-dessus… Mention spéciale à la petite jaune qu’on voit tout le temps) et les méchants ont soit des formes animales (oiseaux, vers.), soit de formes de guimbardes rouillées, soit, et c’est le summum, les formes de véhicules de services publiques (Police, camion poubelle.). Et j’y pense maintenant mais, dans l’histoire, il est affaire d’un robot traitre et il  s’agit bizarrement d’un camion de pompiers… Quel idiot! J’aurai dû imaginer dès le début qu’il allait faire un sale coup celui-ci!!!

Ce ne sont évidement pas des coïncidences. Pas quand le placement produit est présent dans, à vue de nez, 60 à 70 % des plans (Je n’en ai jamais vu autant. Une autre mention à un grand réseau de télécommunication : Chaque écran, vidéo, chaque ordinateur presque ont son sigle. Presque car les autres vont à une autre marque…) Et il n’y a pas beaucoup de conclusions possibles à ces faits. Ce filme prône, de manière sous-jacente, l’idée que la technologie, la nouveauté, et l’entreprise privée sont nos sauveurs. Et qu’à l’opposé, le réparé, les services publiques (A l’exception de l’armée, ominprésente chez les gentils…) , la nature sont à soumettre ou à éliminer. Et je ne parle pas du discours direct prôné par les robots : Liberté au dessus de tout, sacrifice pour la patrie (USA, hein, pas autre chose.), réussite individuelle bien que bossant en équipe…

Un film qui , malgré son nom ne change rien du tout et prône juste l’inertie, voire un progrès suicidaire finalement… La salle comptait essentiellement des adolescents. ça me motive vraiment à mettre sur pied mon module de formation sur le placement produit…

PS : D’après mes source Michael Bay est un familier des placements produits outranciers. Et il bat ses propres records de films en films semble t-il. 35 marques défendues dans The Island. ». Puis 47 dans Transformers 2. Certains pariaient sur le fait qu’il se surpasse encore dans le 3. Finalement, je n’en ai peut-être vu que 10 à 20 %… Mais en fait, le placement produit, dans un film basés sur des personnages qui était initialement seulement des jouets, c’est LE concept du film. Hasbro avec le premier film avait engrangé 480 millions en merchandising. Pas mal pour un film sans doute quasi-payé par la pub cachée. Et je ne parle pas des entrées… Alors il y aura un Transformers 4, c’est certain. Peut-être bien un 5 et un 6 d’ailleurs. Pourquoi se priver?

Des transports en commun et de leur potentialités en 2011…

Je recommande chaudement la lecture de cet article sur les transports en commun.

Il est très long pour un article lisible sur internet. Il vous faudra le lire à tête reposée. Il faut environ 20 minutes pour le lire. Mais on peut le lire par morceaux. Il est très bien argumenté, documenté et cite ses sources.

On y apprend notamment

-Comment la sncf est en cours de démantèlement et de dévoiement. ( Saviez-vous que l’entreprise SNCF est possesseur de Geodis, le plus grand tranporteur routier français?)

-Pourquoi le ferroutage du frêt est, contre toute idée reçue en fort déclin en France (divisé par 2 en 10 ans, déficit multiplié par 7)

-De quel manière le transport collectif de voyageurs est défavorisé.

-Comment les transports en commun pourraient-être gratuits si on en faisait le choix.

Un très bon article pour cultiver son esprit critique en ce qui concerne les politiques de transport.