[Bonne nouvelle] Comment se passer des banques?

Fidèle à mon idée de ne pas être seulement dans la critique mais aussi dans la proposition, de ne pas seulement dire « c’est bien laid » mais aussi « Le monde est beau », voici une vidéo pleine d’optimisme. Tournée non loin,  dans un bien bel endroit fait par de bien belles personnes, on y parle d’habitat partagé mais aussi de comment faire d’une contrainte un moteur dans le domaine bancaire. Une intéressante piste…

http://www.youtube.com/watch?v=_N-2BAm61S0

[Bonne nouvelle] Les choux permettent de résister aux radiations.

Photo  "Mon choux" CC Mathieu Luna (Flickr)

Photo « Mon choux » CC Mathieu Luna (Flickr)

Une équipe américano-chinoise vient de montrer, sur des rats, que l’administration de 3,3′-diindolylméthane (DIM)permet de résister à des doses habituellement mortels de radiations.

Quel rapport avec les choux rouge, blanc et autres broccoli ? la famille des brassicacées? Et bien parce que c’est un composant présent dans ces plantes, l’indol-3-carbinol (I3C) qui une fois digéré, se transforme en une autre molécule, le DIM!!!

Pour le déterminer, les auteurs de cette recherche ont exposé ces rongeurs à une dose de 13 grays qui, en temps normal, aurait dû les tuer. On estime qu’un organisme humain ne résiste pas à une dose supérieure à 10 grays. D’ailleurs, dans le cadre de cette étude, tous les rats du groupe témoin, qui ont été irradiés mais n’ont pas reçu de 3,3′-diindolylméthane , sont morts dans les huit jours qui ont suivi.

Cela n’a pas été le cas de tous ceux à qui l’on injectait la molécule. Dans la meilleure des configurations (dose élevée et première injection 10 minutes après l’irradiation), jusqu’à 60 % des rongeurs étaient toujours en vie un mois après l’irradiation!

Ce pourcentage de survie à 30 jours montait à 80 % pour une dose de 9 grays (qui tuait 80 % des animaux n’ayant pas reçu le traitement) et à 100 % pour une dose de 5 grays, laquelle venait à bout d’un quart des rats sans DIM.

Les raisons sont doubles.

Les chercheurs se sont d’abord rendu compte que l’administration de DIM activait la protéine dite ATM, spécialisée dans la réparation de l’ADN, par exemple lorsque celui-ci est brisé sous l’effet de l’irradiation…

Mais la molécule ne se contente pas de stimuler la réparation de l’ADN : les auteurs de l’étude ont également découvert que le DIM parvenait à bloquer la mort cellulaire induite par les radiations.

Car une exposition à des rayonnements ionisants constitue une agression physique susceptible de provoquer une apoptose, c’est-à-dire une sorte de suicide de la cellule. C’est un peu comme si celle-ci préférait mourir plutôt que de se battre pour sa survie. Or, les chercheurs se sont aperçu que le DIM déclenchait la production d’une protéine qui elle-même allait activer des gènes chargés de combattre l’apoptose. Les deux mécanismes sont d’ailleurs peut-être liés quand on sait que la rupture de l’ADN peut provoquer l’apoptose de la cellule qui le contient.

On connaissait le DIM pour son effet anti-cancéreux (Il évite la formation des vaisseaux sanguins irriguant les tumeurs, ce qui empêche la prolifération des cellules cancéreuses et conduit celles-ci à la mort. ) mais ce nouvel effet de radio-résistance et de radio-résilience est éminemment intéressant dans un contexte où les ondes qui nous traversent n’ont jamais été aussi nombreuses…

[De temps en temps, je publie des « Bonnes Nouvelles ». J’en donne la raison dans ce billet.]

[Bonne nouvelle!] Des zoos relachent des animaux.

La République du Costa Rica veut en finir avec les cages. D’ici à mai 2014, deux zoos seront transformés en jardin botanique et parc urbain. Singes, volatiles, jaguars, crocodiles, mais aussi lions et reptiles pourront donc gambader, voler ou rugir en toute liberté. Et ce, grâce à un « changement dans la conscience environnementale des Costariciens » , a déclaré le ministre de l’environnement et de l’énergie, Rene Castro.

« Nous ne voulons plus voir d’animaux en captivité ou enfermés d’une quelconque manière, sauf s’il s’agit de les sauver », a-t-il ajouté.

La vice-ministre de l’environnement, Ana Lorena Guevara, a expliqué qu’elle travaillait avec des associations de défense des animaux pour réimplanter certaines espèces dans les zoos. Celles à qui il conviendrait davantage d’être remises en liberté seront relâchées, a-t-elle dit. Au total, quelque quatre cents animaux de soixante espèces y sont regroupés.

Dans le zoo Simon Bolivar, prochainement transformé en jardin botanique, la ministre espère voir arriver naturellement certaines espèces de mammifères, de reptiles et d’oiseaux.

Le Costa Rica, très impliqué dans la protection de l’environnement, s’est fixé pour objectif d’avoir un bilan carbone neutre en 2021. Pour l’atteindre, le pays a lancé une importante campagne de reforestation : les surfaces boisées représentent désormais plus de 52 % de son territoire. Un quart du Costa Rica a été placé sous statut protégé.

[Bonne nouvelle] Opération « Des Biscuits pour les Nazis. »

ça s’est passé à la mosquée de York, dans le nord de l’Angleterre et c’est rapporté par la BBC. Alors qu’une action de l’English Defence League (EDL), un mouvement nationaliste et anti-islam, se préparait devant son bâtiment, plus d’une centaine de ses membres se sont rendus sur place et sont allés à la rencontre des manifestants, les invitant à partager du thé et des biscuits et leur proposant de jouer au football. Après trente ou quarante minutes d’échanges, les militants d’EDL sont paisiblement entrés dans la mosquée.

Le père Tim Jones, responsable de la paroisse où la mosquée est implantée, a également témoigné de son admiration : « [Leur réaction] a démontré la mesure de leur courage – un courage physique, bien sûr, mais aussi un grand courage moral. Je pense que cette modeste petite mosquée a offert un exemple au monde entier. »

 Neil Barnes, un élu local, a pour sa part déclaré que cela avait été « un moment de fierté pour York ». « Je pense que je n’oublierai jamais ce jour où la mosquée de York a contré la colère et la haine par la paix et l’hospitalité »

Biscuits : 1 ; Nazis  : 0

Soutien à l’Edition du Guide Et Faits Planète.

Cultiver son esprit critique, c’est une chose. Il faut ensuite que cela débouche sur des actions concrètes. L’association contribue à faciliter cette émergence. Soutenons-là!

L’association Et faits planète prépare pour l’année 2013, un guide des lieux de consommation alternative adapté aux ménages à faible revenu, en Haute-Savoie et Genève frontalière.
Des guides de consommation plus verte existent déjà, mais peu prennent en compte la dimension purement locale, alternative au sens large ou la contrainte budgétaire de beaucoup de consommateurs.

Divers thèmes seront abordés : l’habillement, l’alimentation, le transport, l’information, la culture… 

Si vous souhaitez contribuer à changer les règles du jeu économique comme alternative au système actuel, ayant montré ses limites,

Si valoriser un secteur économique encore peu connu et reconnu, mais socialement utile et créatif a du sens pour vous,

Alors peut-être serez-vous intéressé à participer financièrement à la mise en place de ce projet ?

Le site Ulule permet de découvrir et soutenir des projets et des produits originaux. Sur Ulule, les projets ne sont financés que s’ils atteignent leur objectif (celui d’Et Faits Planète termine le 24 avril!!!).Une nouvelle façon d’aider, de partager ou de participer à l’éclosion de bonnes idées.

http://fr.ulule.com/faits-planete/

D’avance MERCI.

Merci aussi aux personnes qui en parlerons, transmettrons notre appel, par mail, réseaux sociaux, par tous les moyens qui leurs sembleront justes

Urgent! Cycle de conférences gesticulées à la Maison de Quartier Jonction-Genève!

Après avoir vu hier la conférence gesticulée de Thierry Rouquet, « Dernier tango pour les services publics« , je vais faire un peu évoluer la mienne. D’autre conférences sont programmées à Genève, maison de quartier jonction, de jeudi à samedi prochain. Faites vos universités d’hiver! 10 balles l’entrée, c’est quasi donné!

Plus d’info sur l’agenda d’Alambik.

28 FEVRIER

De l’idéologie médicale aux normes sociales, ou comment la santé m’a rendu malade ! une conférence gesticulée de Benjamin Cohadon

La santé nous concerne tous et pourtant est très personnelle. Elle est en même temps sociale et individuelle. Il en est de même pour la maladie, comme pour la folie, comme pour la souffrance, comme pour l’inacceptable. Définir et contrôler la santé, c’est donc définir et contrôler les Humains ainsi que la société dans laquelle ils vivent. À l’inverse, rendre aux Humains le pouvoir d’être réellement acteurs de leur santé et de celle de leur entourage, c’est leur redonner le pouvoir d’agir, de vivre, et de décider de la vie qu’ils souhaitent mener.

Alors pourquoi court-on dans la direction opposée ?

Benjamin Cohadon a étudié la médecine au sein du système de santéfrançais pendant 5 ans. Il a aussi travaillé en tant qu’aide-soignant et infirmier dans différentes structures médicales. Mais à un moment, son expérience associative et militante n’arrivera plus à lui changer les idées. L’hôpital a eu raison de lui et la façon dont sont «soignés» les «consommateurs de soin» en France devient insupportable à ses yeux.

Pour que tout ça ait quand même un sens, il lui faut au moins témoigner. C’est donc ce témoignage, à base de rugby, de néolibéralisme, de trou de la sécu, de danse africaine, de corps-machines, de folie douce, d’esprit carabin, de douleurs oubliées, de médecine scientiste, de papy italien….. que vous pourrez entendre si vous tendez l’oreille à travers les murs de sa cellule, les murs de la norme sanitaire.

1 MARS

En sortant de l’école une conférence gesticulée de Pauline Christophe

La conférence « En sortant de l’école » alterne trois données essentielles dans l’expérience personnelle de Pauline : le théâtre, le militantisme et le métier de professeur des écoles qu’elle a exercé pendant 5 ans. Depuis toute petite, elle a cherché comment elle pouvait exprimer le mieux son militantisme, hésitant entre ses deux passions : le théâtre et l’école.Dans sa conférence gesticulée, elle raconte toutes les désillusions qu’elle a subies à l’Education Nationale. Elle croyait pouvoir militer à l’école, car pour elle l’enseignement n’est pas dissociable du militantisme, mais dès le début, elle s’est heurtée à des murs. En 2009, elle a finalement pris la décision de sortir du système pour prendre du recul avec le métier qu’elle ne se voyait plus faire, du moins pas comme elle l’a vécu. Aujourd’hui, Pauline préfère militer avec les outils de l’éducation populaire, comme la conférence gesticulée, plutôt que retourner dans le système institutionnel sclérosé.
Pauline ne prône aucun dogme, aucun moyen unique de lutte, et surtout, ne livre pas son parcours comme un exemple à suivre ! Ce ne sont que ses propres questionnements, humblement partagés, sur les moyens que nous avons pour lutter aujourd’hui dans l’Education Nationale… et en général…La conférence fait rire, car elle met en scène toute une galerie de personnages de l’Education Nationale, dont Pauline en instit’, mais aussi des personnages du texte de Jacques Prévert, « La Crosse En l’Air », dont elle joue plusieurs extraits. Elle provoque aussi une grande émotion, car quelque soit le métier des gens qui la voient, elle semble faire écho à pas mal de souffrances au travail, quand on a cru faire un métier plein de valeurs qu’on défend. Enfin, elle énerve, car, politique, elle n’est évidemment pas
« politiquement correcte ».

2 MARS

Les aventures d’ocytocine et colostrum une Conférence Gesticulée de Noémie Moutel

C’est quoi l’émancipation ?
S’affranchir, se libérer, trouver son indépendance…S’émanciper physiquement, intellectuellement, géographiquement…Spirituellement… Sexuellement… Et être une femme émancipée, ça veut dire quoi ? Être féministe, c’est défendre les femmes ou retrouver le féminin partout ? Et si être mère au foyer, c’était être une femme libérée ? Est-ce que donner naissance à soi-même, ça fait forcément mal ?

Un monde de brutes, l’Artisanat une Conférence Gesticulée de Grandyann

Après l’agriculture et la pêche, l’artisanat risque de disparaître.Germaine, Jeanne et Marie-Joseph étaient les poules de ma grand-mère. Mon truc, c’est les poules. Gamin, j’ai toujours rêvé d’élever des poules. Je suis charpentier. Le charpentier sait dimensionner, tailler et assembler une charpente et surtout il sait la tracer parce que la charpente c’est avant tout l’art du trait. Le capitalisme s’approprie et détruit ce métier pour le transformer en compétences à son service. L’opérateur bois ne conçoit, ni ne taille plus une charpente; il sait soit la dimensionner, soit la tracer, soit l’assembler…Mon truc, c’est les poules. Gamin, j’ai toujours rêvé d’élever des poules. Je construis des maisons en bois. Cette spécialisation nécessite de comprendre le point de rosée, les descentes de charges, l’étanchéité à l’air et à l’eau, la résistance au vent…L’industrialisation de la technique que j’utilise, l’ossature plateforme, fait que déjà ma tâche se transforme en leveur de maisons parfaites, conçues, taillées, et vendues par d’autres. Artisan aujourd’hui ce n’est pas un métier, c’est statut qui demande de savoir comptabiliser, gérer, utiliser des logiciels, communiquer, commercialiser, manager, négocier, coordonner, connaître les réglementations techniques, celle du travail, de la sécurité, de la fiscalité. Un statut que l’industrie et le capitalisme avalent tout cru en le confondant avec un métier. Pour un artisan aujourd’hui il est préférable de vendre que de faire. On marge en fonction du marché et de sa manière de vendre. Il faut être une brute pour s’en sortir.

(Con)science et progrès:la recherche scientifique au service de l’humanité (la plus aisée) une Conférence Gesticulée de Benjamin Caillard

Si on entends souvent que l’occident est en perte de sacré, une religion semble encore mettre d’accord une bonne majorité d’entre nous: la science. Et si on croit si fort dans cette science, c’est, semble t-il, qu’elle est la garantie du progrès… mais de quel progrès ? Sillonnons l’univers de cette recherche, de la place que la politique y occupe – ou pas – et découvrons le parcours du combattant que mène un scientifique qui veut concilier profession et convictions. Maître de conférences à l’université Bordeaux I travaillant dans le domaine des micro et nanosystèmes, Benjamin Caillard est aussi militant récidiviste dans et hors de son boulot. Itinéraire d’un gars en colère qui cherche – encore !- à améliorer le bienêtre de l’humanité en faisant du service public, le con.

[Bonne nouvelle!] Une capitale européenne instaure les transports en commun gratuits.

Il s’agit de Tallin, la capitale de l’Estonie. La ville vient d’instaurer ce non-tarif  pour ses 420 000 habitants. En fait, la ville a renoncé à « une manne » qui ne couvrait pas plus d’un tiers des frais de fonctionnement desdits bus, le reste étant, de toute manière financé par les impôts… Et les touristes devront encore s’aquitter de tickets. Pour les différencier les résident-e-s auront une carte de bus spécifique coutant 2€ dont l’aspect désagréable est qu’elle fonctionne à radiofréquence (Une puce d’identification à distance). La mesure s’est accompagnée de l’augmentation de la cadence des bus car, depuis son entrée en vigueur, leur fréquentation a notablement augmenté.
Une bonne nouvelle pour cette ville dont l’objectif était de réduire l’usage de la voiture.
Une bonne nouvelle aussi pour de nombreuses villes françaises de tailles comparables, type Grenoble, qui vont pouvoir prendre exemple sur cette expérimentation…N’est-ce pas ? 🙂 Surtout qu’à Grenoble, les abonnés ont déjà depuis longtemps été mis à la télédétection par radiofréquence… 7-8 ans?

Belle et heureuse année 2013

Carte de Voeux 2013-c

Ma Bonne Révolution pour 2013. Pour cette nouvelle année, j’ai décidé de publier ici quelques unes des info que je publie sur mon blog de bonnes nouvelles. La raison tient toute entière dans l’introduction à mon cours d’autodéfense intellectuelle…

En démarrant ce module, il est important que vous ayez conscience du risque que vous prenez.
Vous risquez de changer votre vision du monde.
Vous prenez le risque d’en découvrir une facette laide et  puissante. Mais hélas, aussi très diffuse.
Ainsi, vous prenez le risque de la voir chaque jour, presque partout. Surtout au début.
Cela risque de vous pousser à changer de croyances sur le monde.
La conséquence première sera que vos capacités vont changer.
Et qui dit changer de capacité dit changer de comportements.
En ce qui me concerne, ça a eu diverses répercussions.
J’ai beaucoup de difficulté à supporter le flux continu d’une télé.
Et j’ai de plus en plus de mal avec le cinéma grand public.
Le moindre embouteillage me parait un gâchis immense.
Aller au supermarché est une horreur.
Et, pour éviter d’être insupportable pour les gens qui m’entourent, je dois taire mon opinion très souvent.
Et je vous épargne les détails.
Par contre, j’ai gagné en patience. Bien obligé
Et puis je ne me sens plus révolté mais déterminé.
J’ai gagné en liberté de choix, en autonomie, en capacité d’argumentation.
J’ai gagné en convivialité, j’ai perdu des copains mais je me suis fait des amis.
J’ai aussi gagné des sous, faut dire… Avec lesquels je me suis acheté un vélo.
J’y ai gagné du temps. Que je passe à cultiver mon jardin ou les petites réveri-volutions.
Ce qui me nourrit copieusement puisque, si j’étais déjà un rêveur, je suis en plus végétarien.
Et enfin, même si c’est à une toute petite échelle, j’ai l’impression de changer le monde parce que je peux prendre sur moi de changer mon monde. Le seul sur lequel j’ai un impact à court terme.
Si je vous dis ça c’est pour 2 raisons.
– La première c’est que, si vous faites le choix de nous suivre dans le terrier du lapin blanc, il vous sera difficile de revenir en arrière. Les arbres ne poussent que dans un seul sens…
– La deuxième c’est pour que vous compreniez le conseil que je vais vous donner maintenant.
Apprenez à voir que le monde est beau. Qu’il va bien.
De mieux en mieux.
Chaque jour.
Sans quoi, vous risquez l’acidification et la rancœur.
Prenez le temps de vous recentrer sur la beauté du monde car elle est réelle.
Prenez le temps de découvrir chaque fois que c’est possible de bonnes nouvelles, au détour d’une page de votre journal préféré.
Pensez que, en France et en plein d’autres endroits, malgré ce qu’on en dit, la violence et l’insécurité n’ont jamais été aussi réduites. Et que ça réduit encore.
Il est important que vous vous rappeliez chaque jour que ce à quoi vous sensibilise ces cours, cette facette laide et puissante du monde n’est qu’une facette. Et qu’il y en a beaucoup d’autres. Qu’elle voudrait bien que vous ne voyiez pas.
Vous allez apprendre l’auto-défense intellectuelle afin d’éviter la propagande, la manipulation et autres tentatives de récupérer votre libre arbitre.
Mais, dans un jardin, virer les limaces n’a de sens que si on y cultive du beau ou du bon.
Alors ne vous trompez pas de finalité.
Si vous sortez de ce cours en pensant que le monde est moche et vil alors j’aurai raté quelque chose.
Par contre, si vous vous considérez comme outillés pour passer d’un monde déjà bien à un monde encore mieux et que vous êtes déterminé à faire la transition alors là, on aura tous gagné quelque chose.
Bon cours…

Et si vous faite le nécessaire pour voir le beau du monde dans votre quotidien alors, bonne année.

Assurément.

Et pour commencer, voici un hommage à Holî, le festival des couleurs, la fête hindoue de l’équinoxe de printemps.