Pas assez de bruit pour quelquechose…

Un petit article paru du Big Browser et donnant un peu de suite à l’article dans lequel je signalais les grenades sonores.

Le son devient de plus en plus une arme dirait-on…ça ne fait pas saigner, ça n’inquiète pas trop lesvictimes et celles-ci en se bouchant une oreille avec chaque main se menottent toutes seules…

n plus de baskets, vêtements souple, sac à dos, bouteille d’eau, il semble qu’il faudra désormais aller dans les manifestations muni de bouchons d’oreilles

« Pinkwashing. »

C’est un nouveau mot.

En fait, c’est le nom d’un blog créé par une femme atteinte du cancer du sein et qui définit le pinkwashing ainsi:

« Terme désignant les activités des compagnies ou groupes se positionnant eux-même comme leaders de la lutte contre le cancer du sein alors qu’ils sont engagés dans des pratique susceptibles d’en faire augmenter le taux. »

C’est l’équivalent, pour le cancer du sein, de ce qu’est le greenwashing pour l’écologie.

Un petit « Top 10 du pinkwashing » est disponible ici.

Je n’avais pas pensé qu’on pouvait décliner le concept…

Là, tout de suite, je pense au « Bluewashing »

« Terme désignant les activités des partis ou groupes se positionnant d’eux-même comme promoteurs de valeurs progressistes telles la liberté et de l’égalité alors qu’ils sont dans les textes, comme dans les actes de terrain, dans une démarche de régression des droits humains, liberticide ou inégalitaire. »

Suivez mon regard…

Earth is not a Gasland.

Ce message n’est pas objectif, il est très émotionnel. Il fait suite à un film.

Avant de voir ce film, je savais que ce n’était pas un film drôle mais très informatif de ce qui se passe lorsqu’on exploite les gaz de schiste.

Pendant le film, j’ai pleuré, je me suis senti révolté, abattu, déterminé. J’ai pensé à plein de choses…

Après avoir vu ce film, je vous en parle. En espérant que vous ferez pareil auprès des gens qui vous entourent.

J’ai eu l’impression qu’après avoir déclaré la guerre à l’Afghanistan, à l’Irak, à la Lybie, les gouvernants s’en prenaient maintenant à leurs propres populations. Et je pense qu’il y aura du sabotage. On les appellera éco-terroristes. Comme c’est déjà le cas parfois. Ils seront dans l’illégalité mais dans la légitimité. Car lorsque la loi est du côté de personnes qui détruisent ce que vous avez mis une vie à construire, vos parents et vous, pour vos enfants ensuite, que faire? Que faire quand l’eau du robinet est toxique? quand l’air est toxique ? quand votre paradis dans la forêt risque d’exploser, littéralement, un matin, avec vous dedans? quand juste vivre est impossible et qu’il n’y pas d’action en justice possible car rien n’est prouvable? Que faire quand une telle violence ne peut pas être exprimée par la catharsis d’un jugement au tribunal? Soit on a une philosophie de non-violence résignée très solide. Soit on rend la violence que l’on reçoit.

Je ne vois pas comment cela peut finir autrement.

Une chose me semble certaine et beaucoup plus sécuritaire : Il ne faut pas que cela commence. En France nous avons encore une mince possibilité d’éviter ça. Il faut impérativement s’en saisir. Et ça passera, encore, par une diminution de la consommation d’énergies. Car, n’oublions pas les commanditaires finaux de cette catastrophe : Les personnes qui brûlent ces gaz dans leurs voitures, leurs chaudières et ailleurs. Sans doute vous. Et moi. Mais ce film montre que, à vouloir conserver la même vie, et le même confort, nous en changerons quand même et risquons de tout perdre. Plus que jamais je pense que nous devons nous empêcher d’utiliser ces gaz. Nous devons nous empêcher d’utiliser notre voiture. A tout prix. Car, le prix de l’autre possibilité nous est décrit dans ce doc, et il est trop élevé.

http://www.dailymotion.com/video/xhfvhy_gasland_news

J’ai une réponse à une petite question que se pose le réalisateur : Les petits drapeaux multicolores présents près des usines et des bassins de décantation sont les même qu’on utilisent pour éloigner les oiseaux. Sans ces épouvantails, les sites seraient sans doute jonchés d’oiseaux morts après avoir bu. Et cela prouverait peut-être la toxicité de l’eau de manière beaucoup plus directe. On pourrait faire de la toxicologie sur les oiseaux et détecter les molécules responsables en les reliant directement au site. Trop gênant.

Pour terminer, une carte montrant une des zones demandées à l’Etat pour exploration, par la Société Schuepbach. Et ne vous leurrez pas, celles autour sont aussi demandées. Celle-ci est juste celle où figure ma ville, et ses propres pompages d’eau potable… (Source : « Non au gaz de schiste« )

Effort de convivialité robotique…

Un autre article ciblé technologie aujourd’hui. Le sujet ce sont les « trucs » (surtout ne pas oublier que ce sont des trucs…) qui dansent dans cette vidéo. Je ne sais pas vous mais moi, j’ai tellement l’impression que ces choses ne sont pas faites pour danser…

En fait, elles me font plutôt penser à ça. Juste l’arme en moins.

Trêve d’appel à la peur. Avoir évité de mettre le bazooka, et faire danser le mambo, cela me semble à classer dans les « efforts de convivialité. » permettant à ce genre d’objets d’intégrer peu à peu le paysage…

Heureusement, l’intelligence artificielle est aussi absente. Le truc étant télécommandé. Vu sa taille et, j’imagine, son poids, c’est la moindre des précautions.

Ateliers d’autodéfense intellectuelle.

Au passage, j’ai mis à jour les autres pages du blog. Et notamment la page « Ateliers » qui présente les ateliers de formation à l’autodéfense intellectuelle. Il s’organisent autour de 3 axes : Les mots, les chiffres et les images… Je vous laisse regarder et vous renseigner si besoin.

SOS Education…Vraiment???

[ADDENDUM ! La page  a été modifiée le 6 au matin! Seule la vidéo est disponible en page d’accueil, plus trace du texte de la pétition ici . En contrepartie, en page 2, on peut télécharger (pas consulter directement…) et signer le texte de la pétition. Mais texte-pétition et vidéo ont été disjoints. Rien ne permet de passer de la page 1  à la page 2. La pétition devient moins accessible mais si on y arrive on peut désormais signer la pétition sans avoir accès à la vidéo. Qui était de loin la plus éclairante du vrai sens de l’initiative. Il semble qu’on ait voulu décrocher la vidéo-boule puante du texte édulcoré.]

Cette page (http://www.soseducation.com/greve27septembre/) me semble un excellent exercice d’esprit critique face à une source d’information.

La page est titrée « Grève du 27 Septembre ». Le chapeau de page est une image de tête de cortège de manifestation. A titre personnel, je me suis dit « Tiens! Une informations des grévistes sur les raisons de la grêve. »
Cela m’a incité à lire.
La pétition est rédigée de manière à ce qu’on ne puisse pas être contre ce qu’elle met en exergue en gras. Qui pourrait être contre l’idée que les enfants doivent sortir de l’école en sachant lire…? A première lecture en diagonale, j’ai pensé la signer.
Cette pétition met en avant un texte qui ne parle quasiment que de ses intentions, peu des moyens auxquels on souscrit.
Or les intention d’une action me paraissent toujours, d’un certain point de vue, positivables… Les bonnes intentions, l’Enfer en est pavé, parait-il 🙂

L’association qui a créé le site nous donne beaucoup d’informations très précises à son sujet. En pied de 2e page. Pour y accéder, il faut déjà avoir cliqué sur « Je signe » (Le 2e acte d’engagement déjà! Le premier consistant à lire la pétition en entier volontairement…). Mais ces informations, sous couvert d’une extrême précision, nous cachent leur…inutilité. Quel est l’intérêt  pour des personnes comme vous et moi d’avoir un numéro de SIRET ou de déclaration à la CNIL?  Par contre, comme moyen de joindre l’association, seulement des moyens différés ou fortement engageants (mail, téléphone ou courrier.) Cela a pour effet général de réduire la probabilité des tentatives de traçage de l’auteur. Alors que l’organisme à bel et bien un site internet. Pourquoi n’est-il pas disponible?  Là ça commence à sentir très mauvais pour la pétition…

Et quand on regarde la vidéo, c’est le bouquet…

Les 60 premières secondes (couramment celles qu’on regarde avant de zapper…Surtout si la vidéo s’annonce longue (pas de barre de temps à son pied) Elle fait 12-13 minutes lorsqu’on la regarde sur Viméo.)), sont complètement non spécifiques et s’adressent ainsi autant à des gens de gauches que des gens de droite, dès lors qu’ils sont préoccupés par l’état de l’école. Les secondes suivantes sont ensuite relativement confusionnantes, quand, au regard de tout ce qui précède, on s’attend, à une explication  en provenance des grévistes…

Et puis, pêle-mèle :

Appel à la peur : « Si vous êtes angoissés pour vos enfants, vous avez raison. »)

-Origine des chiffres perdue la plupart du temps : Les sources citées sont invérifiables. Pas de bibliographie, ni de webographie.  Alors que les sources semblent relativement pointues donc facilement publiables, surtout sur un site web. Les page 26 et 27 de « l’Etat de l’école », seule source donnée, ne parlent pas des nombres de fonctionnaires évoqués vers 2 min45 et 4min.  Erratum du 6 octobre ! J’ai confondu les pages 26-27 du pdf du rapport avec les pages 26-27 du rapport (qui figure en page 28et 29 du pdf. Les nombres de fonctionnaires cités sont bien ceux figurant au rapport (Au passage, on y lit que le nombre d’administratifs est bien de 126 915 en 2010. Et qu’il était de 249 762 en 2000… Lorsque SOS Education propose de réduire de moitié, elle occulte que c’est déjà ce qui vient d’être fait.) Mais « L’Etat de l’école » est une production du Ministère de l’Education Nationale qui, au vu de certains graphique, doit aussi être lu de manière avertie…

-Utilisation d’argument d’autorité : En citant l’INSEE, la Cours des Comptes, l’Education Nationale sans plus de précision.

-Calcul simpliste voire biaisé : La moyenne de 14 élèves… Je veux bien croire qu’il y a des problèmes de gestion mais d’ici à observer une telle différence entre le vécu et le calculé, c’est sans doute qu’il y a un problème quelque part ailleurs… La moyenne est une mesure de tendance centrale. Elle est facile à calculer mais elle est très sensible aux extrêmes… Or, sans plus de précisions, dans les 12 millions d’enseignants on peut imaginer que sont sans doute comptés les personnels en disponibilité (0 élève.Mais pas de salaire.), en détachement (sur des missions de formations des enseignants), en décharge syndicale (assurément même…) mais aussi les enseignants spécialisés (En CLIS, on a 6-8 élèves maximum !), les personnels de direction (Directeur d’établissement et son adjoint… ce sont des enseignants. 0 élèves.), les CPE. Cela représentera facilement  un bon tiers des enseignants. Refaites le calcul en tenant compte de cela…Vous tomberez sur 20-21 élèves. Beaucoup moins révoltant déjà… Mais attention, c’est une approximation! Je n’ai pas de source. Il s’agit d’un calcul grossier, seulement indicateur de tendance. Au passage, dans le chiffre des 126 915 fonctionnaires non-enseignants, est-ce que sont comptés les personnels de direction et les CPE ? Non parce comme ils n’enseignent pas…

-Décrédibilisation anticipée de la critique (« Aucun expert sérieux ne peut le contester. » D’ailleurs qu’est-ce qu’un expert sérieux ? Comme je ne suis pas un expert du tout, je peux alors le contester ? 🙂  )

-Culpabilisation (« C’est aussi parce que nous avons laissé faire. »)
Et j’en passe…

Donc sur la forme, seulement la forme, ce document me semble un élément de propagande très bien préparé et possiblement très trompeur.
Et pour aller un peu plus loin, je trouve un peu culotté de la part de l’asso de dire que l’initiative est apolitique et de produire une pétition à destination du ministre de l’Education, du premier ministre, du Président et du Parlement. Apartisane, à la limite, ce serait affirmable…

Mais apartisane ou même « indépendante » comme énoncé…et bien…non plus, ça ne l’est pas… La page d’accueil de l’association présente le soutien de 144 députés. Loin d’être de tous les bords, il sont quasiment tous de l’ UMP.(Je dis quasiment car je n’ai pas vérifié pour tous…) Leur appartenance ne figure évidemment pas sur le trombinoscope. Ce qu’une association apartisane ferait sans doute apparaître clairement. Celle-ci est clairement de droite. Et pas qu’un peu (Vanneste, Panafieu…).

Et pour finir, le plus étonnant.

Il est fait référence, dans la vidéo, vers 7 minutes,  au fait qu’au début des années 90, la France se classait correctement dans les évaluations de l’OCDE. Mais que, à partir de 1995, il y a une régression.

Or, information non notifiée, en 1995, c’est l’arrivée de la droite au pouvoir

Alors quelle conclusions tirer de tout ça ?

En ce qui me concerne, je trouve qu’il y a, au minimum, dans cette initiative une forme de malhonnêteté. Car il y a double discours autant sur la forme que dans le fond.

Elle présente comme une demande de changement et de révolution, une pétition qui va juste demander aux actuels dirigeants de continuer exactement comme ça, voire d’accentuer leur politique actuelle… (Quand le libéralisme échoue, il répond par « Il faut plus de libéralisme.»…Revoir « La stratégie du choc« … )

En tout cas, c’est de la propagande très réussie, riche en ingrédients savoureux et tout à fait convaincante de prime abord. Et en plus, pas simple et chronophage à décortiquer. Très réussie. Pas étonnant qu’elle fonctionne bien cette pétition !

Maintenant, je vais aller prendre un peu le soleil.

Belle journée à vous !

Mes sources :

-La vidéo originale, dans laquelle on peut naviguer et faire des retours arrière… : http://vimeo.com/28923541

-La 2e page du site de la pétition : http://www.soseducation.com/greve27septembre/petition.php

-L’Etat de l’école : http://media.education.gouv.fr/file/etat20/87/0/l_etat_de_l_ecole_2010_160870.pdf

-Les soutiens à SOS éducation : http://www.soseducation.com/signataires_mesures.php

-La page d’accueil de SOS Education : http://www.soseducation.com/

-La stratégie du choc. : http://propag.wordpress.com/2011/10/03/la-strategie-du-choc/

-La définition d’un argument d’autorité : http://fr.wikipedia.org/wiki/Argument_d%27autorit%C3%A9

-La définition de l’appel à la peur : http://fr.wikipedia.org/wiki/Appel_%C3%A0_la_peur

-La définition de l’apolitisme: http://fr.wikipedia.org/wiki/Apolitisme

Ajout du 6 octobre : Un article très intéressants qui permet d’aller plus loin sur le fond de SOS Education : http://www.liberation.fr/societe/0101469635-sos-education-attention-danger

Et le journal Libération n’en est pas à son premier accrochage avec ce groupe qui semblait déjà tenir un double discours en 2006 : http://www.liberation.fr/societe/010170391-droit-de-reponse-l-association-sos-education

http://www.liberation.fr/societe/010165516-sos-education-en-croisade-pour-le-retour-a-l-ecole-d-antan