Nouvelle pub EDF : Du « bon » usage d’un budget pub pour servir son actionnaire…

Dans « Le nouvel esprit du capitalisme » de Eve Chiappello et Luc Boltanski ,on apprend que le capitalisme ne survit que grâce à la récupération de ses critiques.
 
Dans sa nouvelle pub #EDF tâche opportunément de nous faire croire que les aspirations révolutionnaires se résument à des voitures électriques et des panneaux solaires…
 
https://www.youtube.com/watch?v=0wCSc9S0Q-Y
 
Dans cette nlle pub #EDF, on appréciera le discours disant que « Les gens veulent toujours tout changer mais ça n’a pas changé grand chose, sauf maintenant, l’énergie. »
Ah bon?
 
Dans cette nlle pub #EDF, on appréciera le gloubiboulga des connotations, mettant au même niveau Mai 68, luttes féministes, chute du mur de Berlin, célébration bleu-blanc-rouge de la coupe du monde de 98. Non, « des gens dans la rue » =/= « Les gens veulent tout changer. »
Ce gloubiboulga vise probablement à cibler le plus de classes de populations possible. Différentes générations, différentes préoccupation, gauche, droite, etc…
On n’est pas dans une pub pour une niche de consommation…
 
Dans cette nlle pub #EDF, on appréciera d’ailleurs la séquence des événements retenus et une des interprétations possible des cibles : Extrême gauche-Gauche-Droite-Extrême Droite. Il y en a qui ont retenu la leçon du 1er tour des présidentielles. Ou pas.
 
Dans cette nlle pub #EDF, on lira avec intérêts les écritures non floues : « Cessons de nous haïr »; « Droits de la femme »; « La Nature, le futur. » ; « Il n’y a pas de Plan B. » (#TINA) ; « Planète. » Le social, l’environnemental, le patriotisme et en même temps le « citoyen du monde » sans aucune critique du capitalisme, ça ne vous rappelle la ligne politique de personne?
Vraiment? Aucune critique du capitalisme, horizon dégagé grâce à l’entreprise et à la technologie seulement positives, sur fond de « Tout le monde a les mêmes intérêts et veut la même chose au fond. » #ToutChangerRienChanger
#LREM
 
Dans cette nlle pub #EDF,au prix d’une concession à l’existence d’un peuple (#Populisme) uni, on réduit les aspirations présentes de celui-ci à ne vouloir que sauver le climat à travers les entreprises. #CapitalismeVert
 
La publicité, chez EDF, c’est tout une histoire… Dans les années 80-90, elle déploie une énergie (!) et un pognon de dingue (lol) dans des spots alors qu’elle détient le monopole de l’électricité. La fonction n’est alors pas d’engranger des ventes : Personne n’a le choix d’aller se fournir ailleurs.
http://www.strategies.fr/actualites/marques/r8372W/plus-que-des-spots.html
 
Les fonctions semi-avouées sont au minimum de faire rentrer dans la tête des gens un certain discours et d’avoir un pouvoir financier sur la presse
 
Pouvoir qu’elle ne s’est pas privé d’exercer lorsqu’un journal a publié des infos déplaisantes sur l’EPR.
http://observatoiredelapublicite.fr/2011/11/17/edf-la-tribune-et-la-publicite/
 
Rappelons par ailleurs que EDF a comme actionnaire l’Etat français, à 83,7%
https://www.edf.fr/groupe-edf/espaces-dedies/investisseurs-actionnaires/l-action-edf/structure-du-capital
 
Dans un contexte où, pour une bonne partie de la population, la moindre parole émanant du gouvernement est décrédibilisée, du seul fait que ce soit le gouvernement qui parle, ce spot d’EDF tombe à pic.
 
Dans cette nlle pub #EDF, bonus, on trouve une #RenaultZoé en placement produit, en pub dans la pub. Renault dont un des plus gros actionnaire est…l’Etat Français (15% https://www.zonebourse.com/RENAULT-4688/societe/). Décidément quelle chance que ce spot s’inscrive, en plus, dans la continuité du plan de comm’ démarré en novembre par le Ministère de la Transition énergétique après une réunion avec les constructeurs automobiles !
https://youtu.be/VEaWpkAtxpo
 
Bref, bref,…
 
Au regard des utilisations passées de la publicité par EDF, des structures actionnariales, des calendriers des plans com’ et des discours même pas sous-jacents, il n’est pas déraisonnable d’envisager que ce spot, très court, très simple à réaliser rapidement, et donc très peu cher car aussi blindé d’images d’archives gratuites soit un geste de secours en urgence envers le gouvernement.
 
Mais une aide d’urgence au gouvernement, c’est pourtant l’effet de ce spot. Un effet qui ne peut pas avoir été ignoré par les professionnels qui ont conçu ce spot. Car, décider des impacts de leur productions, c’est leur métier.
#NousVousDevonsPlusQueLaLumière #DevenonsLEnergieQuiChangeVosIdées.

Refusez de donner votre aide à un fromage.

Temps de lecture 2min à 2min30.

La propagande tient compte de l’évolution des usages. Elle ne serait pas la propagande si elle ne le faisait pas. Et il semble acquis que bon nombre de personnes regardent la pub sur tablette, smartphone et autres écrans mobiles.

Aide=Confiance

Une marque agro-industrielle tire partie de cela à travers une campagne avec des spots « interactifs ». Des héros en cire et restes laitiers (Ironiquement nommés « super fromages », haha. C’est drôle.) ont besoin d’un coup de main. Et ce coup de main, c’est vous qui pouvez le donner, là en cliquant au bon moment, ici en posant votre doigt sur l’écran, ou en secouant votre appareil, et autres actions simples et ayant des petites implications drôles sur la vidéo. Demander son aide, pour rappel, c’est une manière excellente de créer de la confiance chez un interlocuteur….

Pied dans la porte du frigo.

Sauf que, ces actes, sous cette forme, portent un nom, ce sont des actes d’engagement, aussi connus sous le nom de pied dans la porte. Des petites actions qui ont pour effet d’augmenter votre acceptation à la demande de réalisation d’une action plus coûteuse et qui vient ensuite dans la même veine.

La première démonstration de cet effet remonte à 1966 par Freedman et Fraser à Palo Alto, haut lieu de la psychologie et de la thérapie en Californie. Portant dans leur recherche le taux d’acceptation de la pose d’un encombrant panneau de jardin de 16,7  à 76% (!) grâce à un petit acte préparatoire, la pose d’un stickers de 4cm par 5 sur la fenêtre de la cuisine.

Puis la recherche a été approfondie de multiples fois par Kiesler (1971), Pliner-Host-Kohl-Saari (1974),… Et les premières méta-analyses remontent à1983 (Beaman-Cole-Preston-Klentz-Steblay) et 1984 (Dillard-Hunter-Burgoon), aboutissant à la certitude de l’effet.

Tout comme fut prouvé qu’on pouvait se livrer à une suite d’engagement croissant. Une demande préparant à la demande d’une autre un peu plus grosse, préparant à une autre un peu plus grosse, et ainsi de suite… La persévération de la décision antérieure agissant comme un marche pied pour une décision plus engageante, elle même marche pied, etc…

Une campagne-escabeau

Or les 6 épisodes de la campagne sous-fromagère suivent effectivement une gradation dans la taille des actes.

Le 1er épisode demande juste de poser un  doigt sur l’écran.

Le 2e demande de jouer avec plusieurs touches du clavier.

Le 3e demande d’arrêter la vidéo à un moment très précis. C’est difficile et pour y arriver il faut clairement persévérer. Puis cliquer volontairement sur la vidéo qui montre la fin de l’épisode.

Le 4e demande de bouger tout l’appareil et donc, aussi votre corps dans l’espace.

Le 5e vous propose de vous prendre en photo, d’ajouter un filtre à cette photo aux couleurs de la marque puis de vous afficher sur un réseau social ainsi.

De poser son doigt sur un écran à incarner un défenseur de la marque sur un réseau social, on n’est clairement plus dans le même niveau d’implication…

Effet d’attente et question activatrice

Le 6e et dernier spot, d’apparence plus simple propose juste d’agiter son téléphone au bon moment. D’apparence seulement car une autre vilenie se glisse dans la vidéo : On n’en connaît pas la fin et elle termine sur une question ouverte : Pour savoir où sont les héros de la vidéo, il faudra attendre la prochaine « saison » de spots. C’est ce qu’on appelle créer de l’attente (que l’inconscient cherchera à combler) et poser une question activatrice (à laquelle l’inconscient répondra par tous les moyens.) Et la réponse, dans la réalité quotidienne, nous la connaissons : les fromages cireux sont au supermarché…

Au passage, j’ai découvert que cette marque a donc une chaine Youtube. Avec 35 000 Abonné-e-s. 35 000 personnes se sont donc inscrites pour être poussées à acheter des résidus laitiers. Pendant ce temps, ma chaine vient de dépasser les 100 abonnée-e-s. Encore quelques efforts de partage de la part de la communauté des dégom’prop vont être nécessaires pour surpasser ça. Mais on peut! 🙂

 

Macron l’hypnOtiseur…

Ceux et celles qui ont déjà vu ma conférence gesticulée, se souviennent peut-être de l’Abbé Faria…? Un hypnotiseur classique, très célèbre parce que son nom a été popularisé par Dumas dans le Comte de Monte-Cristo. Ce lettré, qui participa activement à la Révolution de 1789 par ailleurs, montra notamment que l’hypnose est un état naturel. Il avait déjà recours à des techniques de très bon niveau.

Abbé Faria

La Ville Natale de Faria, Goa, en Inde, ne s’y est pas trompée sur la valeur du bonhomme et lui a fait une statue. On l’attend toujours en France…

Il a été connu notamment pour hypnotiser et faire s’écrouler parterre des assemblée entières en brandissant un crucifix. La technique était simple. Il avait 1 ou 2 complices qui commençaient à faire mine de tomber au moment opportun et tout les autres suivaient peu après. Cela parait folklorique. Mais c’est encore utilisé par les télé-prédicateurs aujourd’hui.

Aucun « Feu de Dieu » là dessous, juste de l’hypnose dans sa version la plus basique. C’est « un gramme » gênant sur le plan de l’honnêteté…

Là où ça commence à devenir « très » gênant cette histoire c’est quand on utilise les mêmes mécanisme, version 2.0, pour créer…un président.

Lors de la dernière campagne présidentielle, les partisans d’Emmanuel Macron qui le souhaitaient pouvaient d’inscrire à une liste de diffusion avant de se rendre en meeting. Il rejoignaient alors, un groupe, la Team Ambiance. Ces personnes étant tout particulièrement placées dans l’axe de la caméra, derrière le candidat. Un groupe éclairé en plein feu alors que le reste de la salle est en pénombre . Un groupe muni de drapeaux, de t-shirts aux couleurs criardes. On aurait voulu attirer l’attention sur eux qu’on ne s’y serait pas pris autrement… Déjà,ça ressemble très fortement à une technique de focalisation de l’attention, première étape de toute mise en transe dissociative.

Et, un gestionnaire de communauté, un community manager passait ensuite le meeting à leur envoyer des messages (via Telegram) afin d’ordonner aux volontaires d’applaudir ou de scander au moment opportun. Des message court. En majuscules souvent, très directifs. Avec des tournures proches du « Dormez, je le veux! ». La suggestion directe de l’hypnose classique 2.0! Florilège : « ON LEVE LES DRAPEAUX ! » « Je veux du Macron président. Et du On va gagner. » ou encore « GOOGOGOGOGOGO ! » « N’hésitez pas à vous levez, ça va monter tout seul. N’ayez pas peur de la foule. ».

Alors, le dispositif n’était pas parfait et ça s’est parfois un peu vu. Une erreur de message et les gens applaudissent au milieu d’une phrase ou scandent des mots improbables.  Et oui, l’inconscient c’est mécanique et un peu basique… Mais reste que le type a été élu, alors même que la supercherie avait été révélée dès les jours suivants.

Les chauffeurs de salle existent depuis bien longtemps et la présence du public en plateau de télé a aussi cette fonction de suggestion envers les téléspectateurs. Tout comme les sondages élogieux. Ce n’est pas nouveau. Ce qui est nouveau -et grave- c’est ce niveau de systématisation (Un applaudissement toutes les 50 secondes??? Vraiment???), la technicisation de la chose et la profondeur de la complicité de la part des participants. Comment douter de s’être vendu quand on a reçu et suivi des ordres pendant des heures et qu’on se retrouve invité en boîte de nuit en guise de paiement? Ce n’est plus de la propagande, c’est du pilotage.

La stratégie du choc.

La stratégie du choc est un fonctionnement relevé et développé par Naomi Klein dans le livre éponyme. L’idée en est simple. S’appuyant sur l’opportunité qu’après un choc émotionnel, les humains se recadrent, les gouvernants profitent généralement d’évènements choquants pour faire passer des lois impopulaires. Les cas  sur lesquels elle attire l’attention sont les situations où Milton Friedman et ses disciplines ont profité de coups d’états, d’attentats et de diverses catastrophes naturelles pour libéraliser les économies de plusieurs pays.

En ces jours où « Nous sommes tous Charlie. », et à l’aune de la connaissance de cette stratégie, il peut paraitre utile d’avoir un oeil sur les lois passant en urgence et les mesures prises « au nom de… »

Mise à jour du 07/02/2015 : Citation qui illustre très bien notre propos  « Je suis tout à fait convaincu que d’abord que le moment d’unité nationale autour de ce qui s’est passé peut avoir des prolongements dans le vote de ce texte [La loi Macron] parce que d’abord les prémices étaient déjà là dans une sorte de consensus sur la nécéssité de libéraliser l’économie et le fait que la réponse, une réponse, une part de la réponse, soit dans la mise en adéquation de paramètres économiques pour donner de l’élan et de la croissance économique à notre pays, que ça fait partie de la consolidation de la Nation, et de la réponse à ce terreau qui est propice au développement du fondamentalisme (Leonidas Kalogeropoulos, président du cabinet de lobbying Médiation et Arguments et vice-président de Ethic (« Entreprises de Taille Humaine Indépendante et de Croissance »( ça ne s’invente pas…), relevée par La Decroissance sur BFM Business le 12 janvier )

Et, à toute fin utile, rappelons qu’il n’est pas besoin d’imaginer que quiconque organise ou laisse organiser des attentats POUR dérouler des programmes économiques ou législatifs. En revanche, penser qu’on puisse se garder sous le coude une ou 2 réformes pour un moment qu’on estime plus propice, voilà qui est crédible. N’inversons pas les choses.

https://www.youtube.com/watch?v=SWmifJnvBcM

Pour compléter, lire : « La Stratégie du choc, la montée d’un capitalisme du désastre. » aux éditions Actes Sud (titre original : The Shock Doctrine : The Rise of Disaster Capitalism)