A stimulus objectif identique, les publicitaires modifient le fonctionnement de votre cerveau.

Une étude avance que l’image de marque a un effet sur l’expérience et le vécu du consommateur-trice. Cela fait parti des messages que je fais régulièrement passer, considérant que c’est un des objectifs des propagandistes et la raison de l’utilisation des techniques hypn0tiques. Tout l’intérêt de l’étude réside dans le fait qu’elle s’appuie sur l’imagerie cérébrale. Habituellement, il s’agissait d’une autodescription de ressenti. Là, le biais lié à l’autoévaluation et aux filtres de conscientisation est écarté. A stimulus objectif identique, les publicitaires modifient le fonctionnement de votre cerveau.

L’essor de l’informatique vestimentaire, la fin de la vie privée et de la désobeissance.

Récemment, j’ai reçu un SMS de mon opérateur de téléphonie mobile « Nouveau et irrésistible : le forfait XXX à 4,99€/mois vous en donne plus pour le même prix avec 20 Mo d’Internet mobile inclus et toujours 2h d’appels, les SMS et MMS illimités en France… » Pour le même prix, je pouvais désormais avoir, en plus, un « accès internet ». Question… Sachant que lorsqu’une chose est gratuite, ce que l’on vend, en fait, c’est vous, l’accès internet est il un accès de moi à ce qui est sur Internet ou de ce qui est sur Internet à moi… Mais puisque c’est « Nouveau et irrésistible »… j’ai résisté. Je n’ai pas donné suite. Non. Et même pas merci. Non, tout court…

Par les balloches du Cornu!

Après la révélation de PRISM comment est-il encore possible de vouloir des lunettes qui filment tout ce que vous regardez, des montres qui enregistrent chacune de vos données physiologiques ou d’un ordinateur de bord qui vous conseille le film dont vous ne savez pas encore que vous en avez envie…

« C’est juste incroyable. Le futur s’annonce excitant », se réjouit Asim Smailagic, directeur d’un laboratoire de recherche sur l’informatique vestimentaire à l’université Carnegie Mellon, en Pennsylvanie. Ces ordinateurs « peuvent vous aider quand vous en avez besoin. Et tout le monde aime recevoir le genre d’informations qu’ils peuvent fournir », dit-il. « Quand vous mélangez de l’informatique vestimentaire avec des capteurs et des machines à algorithmes, vous obtenez du ‘contexte’. L’ordinateur connaît votre état d’esprit et est capable de vraiment vous aider en fonction de la situation », assure M. Smailagic.  Le professeur est persuadé que les lunettes Google – équipées d’une caméra, reliées à Internet et commercialisées très prochainement – seront un succès, malgré les inquiétudes qu’elles soulèvent sur l’atteinte à la vie privée. « L’informatique vestimentaire doit être discrète, et apparaître comme une extension naturelle du corps », estime M. Smailagic.

Aider en fonction de l’état d’esprit, c’est vous proposer ce que vous ne savez pas encore vouloir… Ou ce qu’un algorithme considère le mieux pour vous…

Dans le TGV magasine de Juin (Oui, j’ai des lectures suprenantes…), il y avait un article sur le Big Data. La parole n’était donnée qu’à des patrons du secteur, ce qui laisse entrevoir l’angle… En voici un extrait :

Quant à ceux qui s’inquiéteraient de voir les machines prendre le contrôle comme dans 2001, l’Odyssée de l’Espace ou Terminator, qu’ils se rassurent : « Il n’existe pas de système unifié centralisé. Si un programme Big Data venait à tomber en panne ou à s’emballer, il n’entrainerait pas le chaos avec lui, car tous les systèmes sont absolument autonomes. » souligne Eric Sadin, auteur de l’Humanité augmentée

La crainte n’est pas tant qu’une machine super intelligente soit en possibilité d’agir sur notre monde en utilisant ces données. Mais plutôt que des humains le fassent… Les algorithmes liés au « conseil » auront bien les paramètres que ceux qui y auront accès voudront… Téléguidé un choix ne me semble pas autre chose… Saviez vous que grâce aux données collectée sur les cartes de fidélités des supermarché, le taux d’utilisations des ristournes figurant sur les tickets de caisse passe de 1% à 25 % ? Et avant même l’influence directe, le seul accès aux informations de base est un problème. L’article a été écrit avant les révélations d’Eric Snowden concernant le fait que les USA ont accès à toutes les données personnelles possédées par les grandes entreprises numériques de leur territoire… Mais

« Comment imaginer, par exemple, que des assureurs ne seraient pas tentés d’aller fouiller du côté de Facebook, Twitter ou LinkedIn pour établir le profil santé de leurs clients et ainsi adapter leurs prix, voire refuser de prendre en charge certaines personnes sous prétexte que les risques sont trop importants…? La question est d’autant plus brûlante que les humains ne sont plus les seuls responsables du déluge quotidien de données. De plus en plus « connectées » les machines parlent elles aussi pour nous, informant les entreprises sur nos goût et nos habitudes, la plupart du temps à notre insu »

Dans ce contexte, je repose la question, comment est-il encore possible de vouloir des objets connectés/intelligents? La curiosité? La frime? « Le cool, le hype, le in, le je-fais-baver-mon-voisin-avec-ma-montre » ? L’attrait d’un chèque de réduction lié à la possession d’une carte de fidélité qui indique ce que vous achetez à votre magasin? Mais aucun de ces lots de compensation ne me semble être un prix de vente assez élevé pour la part d’ombre qu’elles achètent… Une part d’ombre qui est le refuge d’une certaine sensation de liberté et de certaines possibilités de ne pas être prédictible. Car, je suis bien placé pour le savoir, si on est prédictible, on est manipulable.

Discussion avec la Quadrature du net.

Un article que je conseille de lire en entier pour avoir un éclairage sur PRISM.

http://www.lemonde.fr/technologies/article/2013/06/12/pourquoi-stocker-toutes-nos-vies-sur-des-serveurs-aux-etats-unis_3428857_651865.html#ens_id=3426444&xtor=RSS-3208

On n’a pas assez souvent l’occasion de lire des représentants de la Quadrature du Net ou de Framasoft dans les grands media…

Et le rêve devint réalité…

Dans le spectacle Propagando Manipulens, je parle du fait que les météorologues, tout scientifique qu’il sont, ne peuvent pas dire en juin si on aura de la neige à Noël. Cela étant censé sonner comme une évidence, quiconque le ferait se discréditerait.

Et bien non.

En date du 28 Mai, l’article s’intitute « Spécialiste météo, Laurent Cabrol annonce « qu’il pourrait ne pas y avoir d’été en France cette année »….

http://www.wat.tv/audio/pour-laurent-cabrol-il-y-aura-6aal1_2exyv_.html

Impossible de prévoir le temps à 15 jours d’avance et un journaliste d’Europe 1 se permet de gommer la nuance entre « nous sommes dans la mouvance d’une année sans été  » et « Il n’y aura pas d’été »… C’est donc fait, on peut donc annoncer fin mai qu’il y aura de la neige au 15 août!  Bon peut-être pas jusque-là quand même…

Au passage, on appréciera la valeur de l’expert. L’homme présente la météo depuis de nombreuses années. Cela lui confère une certaine légitimité mais de là à le bombarder « Spécialiste Météo »… Après, c’est le site de J-M. Morandini qui use de ce qualificatif, c’est pas comme si c’était du journalisme…

Dans le même style, en pire, on adorera les prévisions météo publiée dans 20 Minutes, mais aussi Le Parisien.

Prix du Jury pour le Figaro qui publie, le 31 mai, ces cartes de la météo pour, soyons généreux, juin, juillet et aout d’un coup… Accompagnée du petit commentaire qui va bien qui nous indique le temps pour septembre puis octobre.

nous optons donc pour un été plutôt maussade, ponctué de coups de chaleur de courte durée suivis d’épisodes orageux. Une nette amélioration et un retour à la normale pourraient s’observer en fin de saison (fin août et septembre). C’est en septembre et en octobre que le temps pourrait être le plus chaud et ensoleillé. […] C’est à l’Ouest qu’il devrait faire le temps le plus doux, ce qui n’empêchera pas la survenue d’orages et de coups de vent océaniques. En août également, de violents orages risquent de s’abattre sur les montagnes.meteo Juin 2013meteo Juillet 2013

Waouh, on risque d’avoir des orages en aout en Haute-Savoie!!!

Moi je propose de continuer les prévisions jusqu’en décembre carrément. En novembre décembre, les température baisseront graduellement et sur les montagnes, un risque de neige est à envisager.

On remerciera Météo France de remettre un peu d’ordre dans tout ça en publiant un communiqué le 2 juin dernier :

« Ces ‘prévisions’ reprises telles quelles par de nombreux journaux n’ont pratiquement aucune valeur scientifique. Plusieurs d’entre elles sont basées sur une soi-disant corrélation entre ‘printemps pourri’ et ‘éte pourri’. Une telle corrélation n’existe tout simplement pas. »« Pour ce qui nous intéresse, le vrai scoop c’est de dire haut et fort que nous ne savons pas encore le temps qu’il fera cet été, tous les cas de figure sont encore possibles (bel été, été moyen et même… été ‘pourri’). »

Je ne suis pas le seul à employer un ton un peu taquin. Mais je ne devrais pas car voilà des gens qui me transforment en visionnaire. Youpi. Ou pas.

Comment la diplomatie américaine veut imposer les OGM.

Pour ceux et celles qui souhaiteraient voir à quoi ressemble un campagne de relations publiques à l’échelle du Monde, vous pouvez lire cet article. Il est a noter que dans cette campagne de fabrication du consentement, vous ne verrez sans doute aucune affiche, aucun spot télévisé, aucun papier dans vos boîtes aux lettres. En fait, vous pourriez ne jamais rien en savoir… Et vous savez le meilleurs? Ce n’est pas le fait d’entreprise, non, mais du gouvernement US!

En 2008, pour empêcher la Pologne d’interdire les OGM dans l’alimentation du bétail, le département d’Etat avait également invité une délégation du ministère polonais de l’agriculture à rencontrer des experts, notamment du département de l’agriculture américain. Entre 2005 et 2009, 28 voyages ont été organisés de la sorte aux Etats-Unis, avec des délégations de 17 pays.

 

Voyages, conférences, évènements divers et variés pour viser les leaders d’opinions, journalistes, scientifiques, mais aussi pression directes pour contrer des lois auprès des décideurs.

Selon le rapport de Food and Water Watch, 70 % des câbles [diplomatiques ]échangés avaient à trait aux lois et régulations des pays étrangers quant à l’agrochimie et 38 % portaient sur des pays membres de l’Union européenne, parmi les plus hostiles. Dans un câble de 2009, l’ambassade américaine en Espagne demande ainsi « une intervention du gouvernement américain de haut niveau », à la « demande urgente » de Monsanto, pour lutter contre les opposants espagnols aux cultures OGM. L’ambassade de France a, elle, proposé de tenir une conférence sur le thème « comment les biotechnologies peuvent répondre aux pénuries dans les pays en développement » pour contrer l’image négative dont pâtissent les OGM dans l’Hexagone.

Quant aux résultats immédiats, vous ne les verrez pas non plus car ils auront lieu dans les officines gouvernementales.

En 2005, l’ambassade d’Afrique du Sud informait ainsi Monsanto et Pioneer de deux postes vacants au sein de l’agence gouvernementale de régulation des biotechnologies, leur suggérant de proposer des « candidats qualifiés ».

Lire l’article en entier ici.

Lire la source (anglophone) de l’article.

La biologie de synthèse.

Il me semble très utile et très urgent de lire ce document du collectif Pièce et Main d’Oeuvre. 

On y comprendra que, dans la droite ligne d’une certaine forme de médecine qui considère le corps comme une machine, assemblage de pièces organiques interchangeable, voire modifiable et améliorables, la biologie de synthèse s’imagine qu’une bactérie est une somme de composants assemblables à l’envie.

Le rôle d’assumer les conséquences de l’assemblage de machines vivantes risquant de revenir à la communauté humaine entière au bénéfice de seulement quelques’uns…

Internet est un État policier

Un article en Creative Commonse By-Sa du Framablog : Soutenir Framsoft ici

Un article qui ne nous apprend à priori rien de nouveau mais dont les exemples et les arguments enchaînés aboutissent à quelque chose d’absolument terrifiant.

Ce n’est pas un cauchemar c’est la réalité. Une réalité, née d’un accord tacite entre le public (les États) et le privé (les multinationales), qui s’est mise en place sans véritablement rencontrer conscience, ni opposition.

Raison de plus pour soutenir tous ceux qui voient le monde autrement et participer à faire en sorte que nous soyons de plus en plus nombreux à réclamer une éthique et faire vivre le bien commun…

Internet est un État policier

The Internet is a surveillance state

Bruce Schneier – 16 mars 2013 – CNN Opinion
(Traduction : Antoine, Neros, Sky, guillaume, audionuma, Asta + anonymes)

Note de la rédaction : Bruce Schneier est un expert en sécurité et l’auteur de Liars and Outliers: Enabling the Trust Society Needs to Survive (NdT : Menteurs et Atypiques : mettre en œuvre la confiance dont la société à besoin pour survivre).

Je vais commencer par trois points factuels.

Un : certains des hackers militaires chinois qui ont été récemment impliqués dans une attaque d’envergure contre le gouvernement et des entreprises des États-Unis ont été identifiés car ils accédaient à leur compte Facebook depuis la même infrastructure réseau qu’ils utilisaient pour leurs attaques.

Deux : Hector Monsegur, un des dirigeants du mouvent hacker LulzSec, a été identifié et arrêté par le FBI l’année dernière. Bien qu’il prenait de fortes mesures de sécurité informatique et un relais anonyme pour protéger son identité, il s’est quand même fait prendre.

Et trois : Paula Broadwell, qui avait une relation extra-conjugale avec David Petraeus, le directeur de la CIA, a également pris de nombreuses mesures pour masquer son identité. Elle ne se connectait jamais à son service de courriel anonyme depuis le réseau de son domicile. À la place, elle utilisait les réseaux publics des hôtels lorsqu’elle lui envoyait un courriel. Le FBI a effectué une corrélation entre les données d’enregistrement de différents hôtels pour y trouver que son nom était le point commun.

Internet est en état de surveillance. Internet est un état de surveillance. Que nous l’admettions ou non, et que cela nous plaise ou non, nous sommes traqués en permanence. Google nous trace, tant sur ses propres pages que sur celles auxquelles il a accès. Facebook fait de même, en traçant même les utilisateurs non inscrits chez lui. Apple nous trace sur nos iPhones et iPads. Un journaliste a utilisé un outil appelé Collusion (NdT : de Mozilla) pour déterminer qui le traçait : 105 entreprises ont tracé son usage internet sur une seule période de 36 heures !

De plus en plus, nos activités sur Internet sont croisées avec d’autres données nous concernant. La découverte de l’identité de Broadwell a nécessité de croiser son activité sur internet avec ses séjours dans des hôtels. Tout ce que nous faisons aujourd’hui implique l’usage d’un ordinateur, et les ordinateurs ont comme effet secondaire de produire naturellement des données. Tout est enregistré et croisé, et de nombreuses entreprises de big data font des affaires en reconstituant les profils de notre vie privée à partir de sources variées.

Facebook, par exemple, met en corrélation votre comportement en ligne avec vos habitudes d’achat hors-ligne. Et, plus encore, Il y a les données de localisation de votre téléphone portable, les enregistrements de vos mouvements par les caméras de surveillance…

C’est de la surveillance omniprésente : nous sommes tous surveillés, tout le temps, et ces données sont enregistrées de façon permanente. C’est ce à quoi un état de surveillance ressemble, et c’est plus efficace que dans les rêves les plus fous de George Orwell.

Bien sûr, nous pouvons agir pour nous y prémunir. Nous pouvons limiter ce que nous cherchons sur Google depuis nos iPhones, et utiliser à la place les navigateurs Web de nos ordinateurs, qui nous permettent de supprimer les cookies. Nous pouvons utiliser un alias sur Facebook. Nous pouvons éteindre nos téléphones portables et payer en liquide. Mais plus le temps passe et moins de gens s’en soucient.

Il y a simplement trop de façons d’être pisté. L’Internet, les courriels, les téléphones portables, les navigateurs Web, les sites de réseaux sociaux, les moteurs de recherche : ils sont devenus nécessaires, et il est fantaisiste d’attendre des gens qu’ils refusent simplement de s’en servir juste parce qu’ils n’aiment pas être espionnés, d’autant plus que l’ampleur d’un tel espionnage nous est délibérément cachée et qu’il y a peu d’alternatives commercialisées par des sociétés qui n’espionnent pas.

C’est quelque chose que le libre marché ne peut pas réparer. Nous, les consommateurs, n’avons pas de choix en la matière. Toutes les grandes sociétés qui nous fournissent des services Internet ont intérêt à nous pister. Visitez un site Web et il saura certainement qui vous êtes; il y a beaucoup de façons de vous pister sans cookie. Les compagnies de téléphones défont de façon routinière la protection de la vie privée sur le Web. Une expérience à Carnegie Mellon a pris des vidéos en temps réél d’étudiants sur le campus et a permis d’identifier un tiers d’entre eux en comparant leurs photos avec leurs photos publiques taguées sur Facebook.

Garder sa vie privée sur Internet est désormais presque impossible. Si vous oubliez ne serait-ce qu’une fois d’activer vos protections, ou si vous cliquez sur le mauvais lien, vous attachez votre nom de façon permanente à quelque service anonyme que vous utilisez. Monsegur a dérapé une fois, et le FBI l’a choppé. Si même le directeur de la CIA ne peut garder sa vie privée sur Internet, nous n’avons aucun espoir.

Dans le monde d’aujourd’hui, les gouvernements et les multinationales travaillent de concert pour garder les choses telles qu’elles sont. Les gouvernements sont bien contents d’utiliser les données que les entreprises collectent — en demandant occasionnellement d’en collecter plus et de les garder plus longtemps — pour nous espionner. Et les entreprises sont heureuses d’acheter des données auprès des gouvernements. Ensemble, les puissants espionnent les faibles, et ils ne sont pas prêts de quitter leurs positions de pouvoir, en dépit de ce que les gens souhaitent.

Résoudre ces questions nécessite une forte volonté gouvernementale, mais ils sont aussi assoiffés de données que les entreprises. Mis à part quelques amendes au montant risible, personne n’agit réellement pour des meilleures lois de protection de la vie privée.

Alors c’est ainsi. Bienvenue dans un monde où Google sait exactement quelle sorte de pornographie vous aimez, où Google en sait plus sur vos centres d’intérêt que votre propre épouse. Bienvenue dans un monde où votre compagnie de téléphone portable sait exactement où vous êtes, tout le temps. Bienvenue à l’ère de la fin des conversations privées, puisque vos conversations se font de plus en plus par courriel, SMS ou sites de réseaux sociaux.

Bienvenue dans un monde où tout ce que vous faites sur un ordinateur est enregistré, corrélé, étudié, passé au crible de société en société sans que vous le sachiez ou ayez consenti, où le gouvernement y a accès à volonté sans mandat.

Bienvenue dans un Internet sans vie privée, et nous y sommes arrivés avec notre consentement passif sans véritablement livrer une seule bataille…

Scandale plus bifluoré.

Voilà un cas dont je ne parle pas dans le spectacle mais dont j’aurais pu parler…

Connaissez vous Alcoa? Alcoa est une firme américaine qui produit de l’aluminium, c’est même la 3e plus grand productrice de ce métal. Elle existe depuis fort longtemps. Elle est née en 1894.

Or, vous ne le savez peut-être pas, mais un des déchets de la production de l’aluminium est le fluor.

Mais des déchets, il n’y en a pas pour l’industrie. Alcoa a alors fait appel à Monsieur Edward pour lui permettre de fourguer son fluor…S’appuyant sur une étude (laquelle?) affirmant que des dents exposées au fluor sont plus résistantes au caries, Bernays, notre petit père des relations publiques chéri, convainc l’Association Dentaire Américaine de s’adjoindre à lui pour mener une grande campagne « d’information » : Il faut mettre du fluor dans l’eau potable. Voilà son message. Oh, pas beaucoup, juste un peu…

Et c’est ainsi que la plupart des pays américains ou d’influence américaine ont de l’eau fluorée.

Alors qu’une simple bonne hygiène dentaire et une alimentation variée sont tout à fait suffisantes pour prévenir les caries. Par contre, le fluor, lui, est toxique.

Et de plus en plus de voix commencent à s’élever contre le fait que les buveurs d’eau servent de poubelles à l’industrie de l’aluminium. Industrie qu’ils payent pour maintenir cet état de fait!  Bah oui, le fluor, ça a un prix… Nos santé aussi?

Vous êtes noire? Faites vous chirurgier.

Article également publié sur « Et Faits Planète », en date du 4 mars 2013

Mise à  jour : Aux personnes qui arrivent sur ce site directement à cette page, nous signalons que nous sommes une association d’éducation populaire travaillant notamment autour des media. L’article qui suit dénonce sur un ton ironique ce que véhiculent les images qui y figurent et les schémas de pensées auxquels elles font référence. Aux commentateurs qui s’énervent en nous signalant que nous ferions mieux de promouvoir la beauté unique à chacun plutôt que le bistouri nous répondons bravo. Car c’est bien ce que nous pensons.

C’est, à mon avis, le message sous-jacent à ces photos, dont on commence à avoir quelques exemplaires différents, de ces femmes blanches, mannequins, maquillées en femmes noires pour poser dans des magasines de mode. N’est-il pas possible d’avoir des mannequins noires? Leurs nez sont ils trop épatés? Leur bouche trop lipues?

Je vous laisse gouter 2-3 de ces photos …

Ondria Hardin, dans un article intitulé « African Queen » du « Numero » de Mars 2013. On appréciera la reprise des codes couleurs, motifs, forme, posture censées être…bref…

African-Queen-

Ce n’est pas la première puisque la version française de Vogue magazine avait déjà fortement bronzé une dénommée Lara Stone en Octobre 2009.

African-Queen 2

Et pour finir, allons dans le ridicule, qui ne tue pas mais pourrait, Constance Jablonski, française avec perruque Afro et bébé noir accessoire dans un autre « Numéro » :African-Queen 3

Cela pourrait paraître anecdotique mais ce genre de chose est une évolution de racisme. L’absence de mannequins noir et leur remplacement par des blanches travesties dénote quelque choses : La couleur noire est désormais tolérée mais la morphologie « anciennement » associée non. Elle n’est toujours pas désirable par la majorité. Restez noires mais faites vous rectifier le nez, la bouche, lisser voire mieux, blondir, les cheveux. Et si vous voulez percer dans le milieu de la musique pop, il va falloir y passer…

Pour Lil’Kim, ça donne ça :African-Queen -really

Pour Nicki Minaj ceci :African-Queen -really 2

Pas besoin que je vous indique l’avant et l’après, vous aurez trouvé…. Quant à Rihanna, elle ne semble pas encore avoir touché à son visage, par contre les seins, oui. Mais bon, elle n’a pas encore 25 ans…Quand on sait que ces personnes sont des modèles identificatoires de réussite pour pas mal d’afro-américaines, je me dis que le taux consentement à la chirurgie dans cette population dans les années à venir ne devrait pas trop poser de problème pour les cliniques… J’en connais qui vont être contents pour leur taux de croissance. Nouvel adage « médical » : »Plus les nez rapetissent, plus croissent les bénéfices. »blackface_3910